/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Flashback Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Wake me up before you go go ! feat. Jade [mai 2018]
avatar
TRACKS
Age : 40
Emploi : ancien fermier et éleveur de chevaux
Messages : 92
Points : 494
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : nulle part
Mar 20 Nov - 12:54
Voir le profil de l'utilisateur
WAKE ME UP BEFORE YOU GO GO

 BEAU & JADE


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


Voilà bien deux semaines que je faisais route avec la blondinette. On ne pouvait pas dire que c'était de tout repos. D'abord il avait fallu quitter Alice Springs, avec un max de vivres ! On avait du affronter, moi surtout, des dizaines de rôdeurs. Ensuite nous avions retrouvé Light, attendant sagement là où je l'avais caché. Qu'est-ce que j'ai rit, encore, en voyant la tronche de Jade face à mon bel étalon. Elle ne s'y attendait pas du tout ! Lui, non plus d'ailleurs. Fidèle à lui même il ne s'était pas laissé amadouer de suite par cette inconnue qui n'avait pas l'air d'avoir une grande considération pour sa personne. Il avait quand même accepté que je la fasse monter avec moi, et parfois seule. On était des gentlemen que voulez vous !
Ensuite nous nous étions lancé dans le désert , suivant de près Great Central Road. Je lui apprenais ainsi de quoi il s'agissait puisqu'elle ne connaissait pas le pays. Elle dû bien se rendre à l'évidence que malgré ses ronchonneries, tout ce que je lui avais fait mettre dans un vrai sac de campeur, lui était utile. Même indispensable. Pour éviter les conflits, j'avais séparé les vivres en trois et je la laissais gérer ses réserves, l'ayant prévenue que nous ne la volerions pas mais que nous ne lui céderions pas non plus les nôtres si elle se retrouvait à sec trop vite. Gentils mais pas pigeons.
Jusque là nous avions eu de la chance. Les rôdeurs étaient presque rares dans le désert. On en avait vus des tous secs qui rampaient au sol et ça n'avait pas été difficile de les expédier vers une mort définitive. J'avais même proposé à Jade de s’entraîner sur eux. Mais l'été approchait, on n'avait croisé la route de personne, pas de communauté en vue... La merde quoi.

Me laissant choir dans une chaise pliante qui traînait là, près d'un énorme bidon en fer qui nous servirait à faire un feu, j'avais enroulé mon tshirt autour de ma tête. Je montrais à Jade ma chasse :

« Au menu ce soir : lézards ! Mais en attendant, tu veux pas me faire un massage ? J'ai le dos complètement noué ! »




code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 24
Emploi : Fille à papa
Messages : 177
Points : 1212
Date d'inscription : 02/11/2018
Localisation : Sur les routes
Mer 21 Nov - 15:33
Voir le profil de l'utilisateur

Wake me up before you go

Bon gré mal gré, Jade avait suivit Beau. Elle n'avait de toute façon guère d'autres choix, si elle voulait survivre, que de se faire aider par un homme capable de la défendre, ne sachant pas vraiment se débrouiller par elle-même. Ses compétences initiales étaient orientées vers les soldes, les dépenses, et sans son arme, elle se retrouvait bien démunie face à l'adversité. Si le Mitchells avait réussi à la convaincre de porter un sac de randonnée et de mettre des chaussures confortables, la demoiselle avait néanmoins refusée de se séparer de ses affaires de luxe, quitte à devoir les porter, se plaignant régulièrement de sa fatigue, de l'état de ses cheveux, du soleil, du cheval dont la présence l'avait d'abord choqué, et de tout ce qui pouvait tomber sous son regard bleuté, intraitable.

    - Je te masserai quand tu me rapporteras une limonade bien fraiche, au lieu de reptiles séchés ! Répliqua-t-elle, en le voyant se pavaner torse nu, sa serviette enroulée autour de la tête comme un sultan. Elle leva les yeux au ciel devant cet accoutrement, derrière ses lunettes de soleil Rayban. Je la prend sans sucre.


Elle posa la main sur son ventre comme s'il lui restait encore quelques kilos à perdre, alors que les os de ses côtes commençaient presque à se voir, et qu'elle n'avait gardé une jolie poitrine surement que parce que la génétique l'avait favorisée comme sa mère dans ce domaine.
Après tout ce temps passé ensemble, les deux survivants avaient appris à se connaitre, et ne s'offusquait pas des piques de l'autre, au contraire, semblant s'amuser de ce jeu perpétuel, devenu presque une habitude. A vrai dire, c'était surement la seule façon de pouvoir supporter la Butler que de se moquer de son tempérament, plutôt que de s'en agacer.

    - On est bientôt arrivés ? Répéta-t-elle pour la douzième fois ce jour, ce qui ne dépassait pas encore son record quotidien, en s'éloignant de Light, comme s'il allait la contaminer de son animalité. A vrai dire, dès que Beau avait le dos tourné, elle passait son temps à le cajoler et lui offrir des choses qu'elle trouvait discrètement sur la route. Elle ne voulait juste pas que quiconque soit témoin d'un de ces moments de faiblesse, où elle se laissait aller à apprécier quelque chose ou quelqu'un. C'est à mon tour de monter.


Pour le coup, elle était une cavalière expérimentée, les grandes plaines d'Ecosse lui ayant toujours offert un terrain plus que propice à l'éducation, sport préféré des riches propriétaires du pays. Elle n'avait donc pas échappé à la destinée de posséder plusieurs chevaux, depuis son premier Highland à 4 ans, et était jalouse de la chance de Beau - même si elle aurait préféré traverser le désert sans boire que de l'avouer.


Too pretty to die, too broke to care
« Dead people would not be so scary if they were not so ugly. »


Pfff.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 40
Emploi : ancien fermier et éleveur de chevaux
Messages : 92
Points : 494
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : nulle part
Ven 23 Nov - 15:24
Voir le profil de l'utilisateur
WAKE ME UP BEFORE YOU GO GO

 BEAU & JADE


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


Fidèle à elle-même, Jade ne veut pas donner de sa personne et trouve le moyen de me réclamer quelque chose, tout en dénigrant le repas au passage. Et fidèle à moi-même, je souris parce que tout cela est ridicule mais ça nous passe le temps.

« Tant pis. Je vais me débrouiller et je vais manger tout seul. »

Mais pour l'instant, je me pose. C'était pas facile d'attraper ces bestiaux ! Bientôt arrivés ? Mais où ? Si encore on savait où était cette fichue communauté et comment y aller. Ni l'un ni l'autre ne connaissons ce désert sans fin. On suit Great Central Road, enfin je crois... Alors comme à chaque demande, je ne réponds pas. En même temps, ce n'est pas comme si elle attendait une réponse puisqu'elle enchaine en réclamant de monter Light. Elle sait monter, ce qui évite à Light d'avoir le dos en compote ou s'agacer. Et à moi aussi.

« C'est à lui qu'il faut demander. Mais on va d'abord manger et voir si on ne trouve pas d'eau dans le coin. Parce qu'on va bientôt être dans la dèche. Et crois moi, mourir de soif c'est pire que mourir de faim ! »

Je ne lui ai toujours pas dit ce que je faisais avant. J'aime bien de temps en temps envoyer des indices plus ou moins révélateurs. Je ne sais pas si elle cherche toujours, je m'en fiche, ça m'amuse d'y croire. C'est comme son comportement avec Light. A faire sa dégoûtée alors que je l'ai déjà surprise à lui faire des papouilles. D'ailleurs si elle ne l'avait pas aimé, il lui aurait fait la misère alors que là, limite s'il joue pas les traîtres !

« Il y a des arbustes là bas, on va creuser pour voir ce qu'on trouve. »

Je suis super cool, en revanche je la forçais depuis le début à m'aider pour ce genre de tâche car j'étais pas son larbin ni son père. Pour les rôdeurs, tant que j'ai pas besoin d'elle je gère, mais ça, c'est à deux.


code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 24
Emploi : Fille à papa
Messages : 177
Points : 1212
Date d'inscription : 02/11/2018
Localisation : Sur les routes
Sam 24 Nov - 2:16
Voir le profil de l'utilisateur


Wake me up before you go

Aussitôt dit, aussitôt regretté, ou presque, comme à chaque fois que Jade se laissait dépasser par ses instincts de bourgeoise mal lunée. Son estomac lui en fit la remarque en grognant avec protestation, lorsque Beau prétendit donc la priver de lézard. A force de route, la Butler était devenue nettement moins exigeante avec ce qui pouvait se trouver dans son assiette - et encore, si elle disposait de ce luxe, et ne mangeait pas avec les doigts, tout simplement - et un reptile ne lui paraissait au final pas pire que certains autres animaux qu'elle avait goûté par dépit.

    - Ne faut-il pas chercher un cactus ou une oasis ? Demanda la blonde, se remémorant quelques uns des critères que lui avaient appris ses professeurs sur le désert... Elle n'avait retenu que parce que le cours avait été appuyé d'un film sur les cow-boys, dans lequel les protagonistes étaient animés par la même passion de l'or qu'elle ressentait. Ce serait moins pénible que de creuser.


Même si la Butler essayait encore une fois d'éviter la tâche, elle ne s'y soustrayait pas totalement. Elle avait bien compris qu'elle devait collaborer un peu à la survie, et le Mitchells était juste dans ses demandes, en général, respectant ce qu'elle voulait garder de statut, en la ménageant pour certains aspects qui lui auraient causés autant de peines physiques que psychologiques à effectuer.
Au final, ils avaient su s'adapter l'un à l'autre, en quelques sortes, avec de moindres concessions, et beaucoup de débats, pour la forme et la distraction, plus que pour réellement se disputer un avis.

    - Si seulement on pouvait utiliser les rôdeurs pour ce genre de trucs... Enfin, j'veux dire, après tout, ils ont une certaine force, commença à rêver la blonde, honteuse d'envisager l'esclavagisme, mais pas totalement persuadée que l'idée soit si répréhensible, puisqu'ils ne semblaient ressentir ni douleur ni humiliation mentale... Et après tout, Jade, d'une certaine façon, avait exploité les autres toute sa vie, contre rémunération. Dis-moi au moins que tu étais sourcier, et qu'on ne va pas s'épuiser pour rien.


Beau aimait garder le mystère sur ses occupations passées, et Jade en jouait pour lui faire plaisir, même si au fond, son métier lui importait peu. Elle était devenue curieuse de ce secret, et s'appliquait à le faire donner des indices de temps en temps, histoire de pouvoir un jour lui clouer le bec en trouvant la réponse, voilà tout.
Elle avait tout juste touché la pelle que la demoiselle soupira déjà d'ennui et de fatigue, comme si le moindre geste lui était particulièrement coûteux : encore une fois, elle prenait son rôle très au sérieux, et n'en sortait jamais, de peur de décevoir son public. Il était hors de question qu'elle ait des ampoiles aux mains pour ne pas mourir de soif : elle avait des priorités, aussi ridicules soient-elles.

    - Au fait, tu ne m'as jamais raconté comment tu avais trouvé Light ? Demanda Jade, par intérêt mais aussi pour détourner l'attention du faire qu'elle ne se foulait pas vraiment à planter son ustensile, gratouillant péniblement le sol, de crainte de se faire des courbatures ou se salir.


Too pretty to die, too broke to care
« Dead people would not be so scary if they were not so ugly. »


Pfff.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 40
Emploi : ancien fermier et éleveur de chevaux
Messages : 92
Points : 494
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : nulle part
Sam 24 Nov - 21:35
Voir le profil de l'utilisateur
WAKE ME UP BEFORE YOU GO GO

 BEAU & JADE


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


« Cactus ou arbustes, les deux ont besoin d’une source d’eau mais écoute si tu veux attendre de trouver une oasis, fais toi plaisir ! »

Je lui adressais un clin d’œil. Pour le moment il n’y avait pas de cactus à l’horizon et perso je n’allais pas attendre d’en trouver pour chercher de l’eau. On pouvait en croiser demain comme dans quatre jours alors bon… Crever de soif ne faisait pas partie de mes projets. Crever tout court non plus. Ce qu’elle dit alors n’était pas dépourvu de bon sens.

«  Ouais, c’est bien dommage. Je ne suis pas certain qu’on puisse les… dresser. »

Le mot me paraissait inapproprié pour ceux qui avaient été des êtres humains comme moi mais que leur restait-il d’humain ? Leur apparence ? A peine. Si j’avais été sourcier ? Je lui souris de toutes mes dents.

« Tu refroidis. »


Mais j’avais appris comment trouver de l’eau auprès d’un de mes employés. Encore un souvenir de mes treks en plein bush hostiles. Du genre où seuls les initiés s’aventurent. J’avais pris cher, très cher, pendant ce trek. Je me levais et allais vers les arbustes, attendant à genoux par terre que la blondinette se mette à l’ouvrage. Elle essayait de m’endormir.

« Light m’a été amené pour qu’il soit débourrer. C’était mon premier. »

Voilà pourquoi c’était aussi fort entre nous. Je lui avais appris à avoir confiance en l’être humain, à ne plus être sauvage. Lui m’avait appris mon nouveau métier et surtout, il m’avait aidé à me sortir de ma dépression.
D’ailleurs, entendant parler de lui, il s’approcha pour brouter les quelques rares feuilles sur les arbustes.

« Un peu de volonté, sugar ! Sinon tu boiras ta propre pisse, et crois-moi, c’est dégueulasse ! »

Sa mine écœurée me fit rire.
 
« Et toi, où t’as appris à si bien monter ? Tu faisais de l’équitation entre deux séances de shopping ? »

Tandis qu’elle me répondait, je vis Light se crisper et mettre ses oreilles en arrière. Je posais la main sur la bouche de Jade pour la faire taire et lui fit signe en mettant mon index devant ma bouche avant qu’elle ne tape un scandale. Puis je murmurais :

« Light a capté quelque chose. »


Je me redressais et pris le katana que je gardais toujours près de moi. Scrutant l’horizon silencieux. Il me fallut un peu de temps pour voir la poussière qui se soulevait. Une voiture arrivait…




code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 24
Emploi : Fille à papa
Messages : 177
Points : 1212
Date d'inscription : 02/11/2018
Localisation : Sur les routes
Dim 25 Nov - 4:39
Voir le profil de l'utilisateur


Wake me up before you go

Malgré les apparences, et son détachement parfois incompréhensible devant la réalité, Jade ne manquait pas totalement de bon sens, ni de stratégies pour éviter de se plier aux inconvénients de ce monde auquel elle ne s'adaptait que lorsque cela l'arrangeait. Plutôt sociable, la Butler n'avait jamais été du genre à se taire, et prenait la moindre occasion pour donner son avis, même si celui-ci n'avançait pas à grand chose - surtout si celui-ci n'avançait à rien, en réalité.

    - Si seulement je pouvais refroidir au sens propre, soupira-t-elle, en ne relevant pas plus les moqueries de son compagnon, avisant le soleil de plomb qui tapait sur leurs têtes. Quelle idée avait-il eu de prendre cette route pour rejoindre une communauté dont ils n'étaient même pas certain de l'existence... Ton premier ? Répéta-t-elle lorsqu'il évoqua sa relation avec Light, sentant qu'elle tenait peut-être là un indice tangible sur sa profession.


Bien entendu, il aurait pu débourrer des chevaux par plaisir, mais cette passion coûteuse en temps, en espace et en argent n'aurait pu se faire que parce qu'il avait un métier qui le lui permettait... Jade réfléchit à plusieurs probabilités qui n'impliquaient pas que posséder des animaux fusse sa priorité, et elle n'en arriva à rien de très concluant.
Elle grimaça à l'évocation d'une autre manière de se désaltérer, donnant à Beau un léger coup de pelle en signe de réprobation.

    - Me dit pas que tu as déjà essayé ! S'offusqua-t-elle, préférant changer de sujet avant d'avoir la nausée, et qu'il lui propose de ravaler les derniers nutriments qu'elle avait mangé. Oui, en Ecosse, on apprend tous à galoper dans les plaines verdoyantes très jeunes. Mon père a une grande propriété et une écurie, alors j'ai eu mon premier poney dès que j'ai su marcher, ou presque.


A quelques années près, elle ne se souvenait que de la sensation d'avoir toujours su faire, et apprécié le vent frais dans ses cheveux blonds, contrastant avec la chaleur de l'animal qui la portait sur son dos. Alors qu'elle se mettait enfin à l'oeuvre, la main du Mitchells lui ferma la bouche, autoritaire - décidément, cet homme ne savait pas ce qu'il voulait.

    - C'est une voiture, souffla-t-elle, après avoir attendu patiemment de voir ce qu'il craignait, et observé l'horizon comme lui. Elle jeta un regard circulaire aux alentours, paniquée. On se cache ?


La question était de rigueur. Tous les survivants n'étaient pas forcément sympathiques, et ceux qui avaient un véhicule souvent encore moins que les autres : conserver ce genre d'équipement impliquait souvent d'être prêt à tout pour le défendre, quitte à le conserver égoïstement hors de portée de ceux qui en auraient eu besoin.


Too pretty to die, too broke to care
« Dead people would not be so scary if they were not so ugly. »


Pfff.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 40
Emploi : ancien fermier et éleveur de chevaux
Messages : 92
Points : 494
Date d'inscription : 08/10/2018
Localisation : nulle part
Lun 26 Nov - 15:49
Voir le profil de l'utilisateur
WAKE ME UP BEFORE YOU GO GO

 BEAU & JADE


You burn everything you see, Gold are your fingers, Leaving traces everywhere you go. Diamonds in your skin, my bood flows. Down of the water, Beads drippin' down your face, calling out my name.


On passait de bons moments malgré nos galères. J'étais certain que même si elle faisait tout pour paraître toujours indignée ou blasée, dans le fond elle m'aimait bien et parfois je la faisais rire. Et moi évidemment, je riais de bon cœur ! Surtout à voir sa tête quand je parlais de boire sa propre pisse. Mais sans lui répondre, laissant planer le doute pour m'amuser. On changea de sujet pour parler de chevaux. Mais la conservation tourna court parce qu'on n'était plus seuls. Une voiture arrivait. Se cacher ? Je lui fis signe que oui.
 
« Planque toi derrière le rocher. »

C'était bien notre veine de tomber sur des survivants dans un coin aussi désertique. Light était trop haut pour être caché, hors de question que je l'abandonne. Si je ne pouvais pas le protéger, je le ferais partir au galop pour lui laisser une chance, quant à Jade, tant qu'elle restait cachée elle avait une chance de s'en sortir. J'étais peut être parano mais je me méfiais de tout le monde. Mon cœur tambourinait contre ma poitrine. La voiture fonçait vers nous, comme s'ils nous avaient repéré de loin. Ou suivis ? Le conducteur fit un dérapage inutile mais sensé m'impressionner. Je plissais les yeux à cause du sable et Light recula en s'ébrouant. Enfin le véhicule se stabilisa et trois hommes en sortirent. Merde 3 contre 1, j'étais mal.

« Messieurs. Joli dérapage. »
« C'est ça, ta gueule ! »

Super, ça partait mal. J'observais leurs mains. Pas de flingues, mais batte et matraque, ce qui me laissait plus de chance. Ils approchaient en roulant des mécaniques.

« Elle est où ta blonde ? »

Je fronçais les sourcils, genre j'avais pas compris. Et ce n'était pas totalement feint parce que comment pouvait ils savoir ?

« Il n'y que moi. »

Je ne disais pas le cheval et moi, pour qu'ils ne pensent même pas à lui. Pour l'instant ils l'ignoraient, regardant à droite à gauche. Pourvu que...

« Mens pas ! On sait que y'a une jolie poupée avec toi. Tu nous la file et on te brisera juste les jambes. »
« Je l'ai abandonnée y'a longtemps, trop chiante. »
« Nous prend pas pour des cons ! »
« Etes-vous certains de ne pas vous tromper de gars ? On ne s'est jamais vus alors... »

Deux ont un doute et regarde le troisième.

« J'suis sûr qu'c'est lui ! Je l'ai bien vu à Alice Springs, il était avec cette salope de bourge ! C'est à cause d'elle qu'mon frère est mort ! »
« Alors oui, il se peut que ce soit bien moi. Je suis effectivement tombé sur une bobo qui donne des envies de meurtres, mais je l'ai larguée en route depuis longtemps. »

Ils grognent, ils hésitent. Mais il y a les affaires Louis Vuitton de la demoiselle. Ils les ont vues.

« Elle doit pas être loin ! »

Et voilà qu'il va vers le rocher à quelques mètres. Même si elle n'a pas du jeter son frère aux rôdeurs, ce mec la hait. Je brandis mon katana. C'est le moment de se battre...





code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.




DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 24
Emploi : Fille à papa
Messages : 177
Points : 1212
Date d'inscription : 02/11/2018
Localisation : Sur les routes
Mer 28 Nov - 18:09
Voir le profil de l'utilisateur


Wake me up before you go

    - Et toi ? Couina Jade, le ventre se tordant d'angoisse, alors qu'elle lui obéissait néanmoins, courant se cacher derrière le rocher qu'il lui avait indiqué. Dépêche toi !


Elle se mordit la lèvre inférieure en voyant que son compagnon ne bougeait pas, et que l'attente faisait surement partie de son plan... La Butler hésita à ressortir pour être à ses côtés quand la voiture arriverait, et lui montrer qu'elle ne voulait pas qu'il prenne de risque inconsidéré pour elle, mais elle resta immobile, tétanisée par la peur, et la conviction qu'il devait surement avoir une idée derrière la tête - depuis leur rencontre, Beau s'était toujours montré plein de ressources, et très débrouillard.
Mais cette fois-ci, Jade n'était pas certaine qu'il ait vraiment prévu de quoi répondre au véhicule qui venait de s'arrêter devant lui, avec un grincement terrible de roue.
La blonde fit une grimace, en se recroquevillant plus encore sur elle même.

Les propos des nouveaux arrivants la glacèrent plus encore d'effroi, et elle écarquilla les yeux en essayant de se remémorer de qui ils pouvaient bien parler. Elle n'avait jamais tué personne, évidemment, de façon directe, ni même volontaire.
Elle avait bien laissé périr quelques compagnons de route, qu'elle n'aurait pu sauver de toute façon qu'en risquant sa propre vie... Et s'ils s'étaient mis en danger, elle ne tenait pas à payer pour leur inconscience, tout simplement.
Maintenant qu'elle y réfléchissais, en essayant d'occulter les battements de son coeur affolé, elle reconnaissait cette voix... Et celle-ci se rapprochait !
La demoiselle se serra plus encore contre la pierre, et retint sa respiration, fermant les yeux comme lorsqu'elle était enfant et que sa gouvernante lui faisait croire qu'elle ne la voyait pas ainsi.
Puis elle entendit des hennissements, des cris... Des coups ??

Elle écrasa ses paupières plus encore, comme si ce simple tour de magie lui permettrait de découvrir un autre monde en les rouvrant : un où son père reviendrait la chercher, où les caméras se dévoileraient enfin, où Beau se mettrait à éclater de dire, parce que tout n'avait été qu'une vaste plaisanterie destinés à amuser des millions de spectateurs sur leur dos.
Malheureusement, les bruits étaient toujours là, et le cauchemars ne semblait pas s'arrêter.
Enfin, elle entendit le son du moteur qui ronflait à nouveau, et s'éloignait.
Attendant quelques minutes encore, tétanisée, la jeune femme finit par se relever, et observer le sable, là où le Mitchells se tenait un peu plus tôt.
Son sac avait été laissé sur place - personne à par elle surement ne portait de Louis Vuitton. Le cadavre d'un homme qu'elle ne connaissait pas gisait près du tee-shirt que son compagnon avait perdu en se défendant, surement.

    - Beau ? Appela-t-elle, la voix nouée, déraillant un peu. Voyant que personne ne lui répondait, ses épaules s'affaissèrent et, pour la première fois depuis longtemps, une larme coula sa joue, de peur, de honte de n'avoir pas pu aider, et de tristesse aussi... Pour quelqu'un d'autre que sa personne. Je ne voulais pas... Pardon.


Son aveu laissa le désert indifférent : maintenant, elle était de nouveau seule pour l'affronter.
Elle essaya de deviner dans quelle direction était parti le véhicule, mais ses compétences ne lui permettait pas de lire les faibles indices qui avaient couvert sa fuite. Encore une fois, une personne avait peut-être été tué pour la protéger - et cette idée ne lui plaisait pas.


Too pretty to die, too broke to care
« Dead people would not be so scary if they were not so ugly. »


Pfff.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: