/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Yulara :: ➳ L'infirmerie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Playing Gods (Will - 17 novembre)
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Mer 28 Nov - 22:07
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


Il faut que je trouve du matériel. Ce qu'on a ici est trop sommaire, même avec la meilleure volonté du monde, je ne suis pas près de faire quoique ce soit. Il me faudra certainement une décennie avant de trouver un antivirus mais je me dois d'essayer. Alors je viens ici tous les jours quand je ne suis pas en expédition et je planche. J'ai gardé tout ce que j'ai pu emporter avec moi en quittant le Centre. C'est une base sur laquelle travailler. Les échantillons sont toujours au frais, parfois je les sors juste pour les regarder comme s'ils allaient me donner la solution.

Je suis là à lire mes notes quand la porte de ce qui fait office de laboratoire s'ouvre. Je me tourne légèrement pour voir qui va là. Tiens, William. Ancien prof de sciences, ami d'Ari Levy, beau mec, sympathique. Je me demande des fois comment il fait pour être si sociable et agréable avec tout le monde. J'en suis incapable. D'ailleurs je n'aime pas être dérangée, d'habitude. Là, c'est un peu différent parce que lorsqu'on discute il sait en partie de quoi je parle. Et Tobias m'a dit de faire un effort avec les femmes, j'imagine que ça marche aussi avec les hommes.

- Bonjour William.

Je lache mon stylo. C'est l'occasion de faire une petite pause. Je suis dans une impasse qui va me rendre complètement dingue.

- Pas de nouveaux aujourd'hui ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Jeu 29 Nov - 6:01
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
A force de vouloir tout faire, William se retrouvait dans des situations rocambolesques, à essayer d'aider un de ses concitoyens à réparer des étagères quand il n'avait aucune compétences dans le domaine de la menuiserie... Et il se blessait. Bien sur, le jeune homme était assez dur à cuire pour ne pas en faire toute une histoire, et se contenter de se soigner rapidement, en réalisant que ce genre d'accident pouvait lui causer l'interdiction de sortir du périmètre, tant que la plaie ne s'était pas cicatrisée. Il comprenait bien les enjeux, et respectait les règles, mais l'envie de servir son prochain était parfois plus forte que sa raison.
Cette fois-ci, il s'était seulement égratigné le doigt, et un désinfectant suffirait, mais il tenait quand même à y apporter le soin dont il ne se serait pas préoccupé en d'autres temps, ou une infection n'était pas atrocement mortelle, et donc moins risquée.

    - Salut Alysha, Répondit-il à la jeune femme, qu'il dérangeait visiblement dans un travail de la plus grande importance. Pour en avoir déjà discuté rapidement avec elle, il savait qu'elle prenait ses recherches au sérieux, et il l'admirait pour cela, gardant toujours son optimisme, lorsqu'il s'agissait de l'issue de cette épidémie. Hum, Smith et sa bande sont partis hier en reconnaissance vers le sud, mais je crois qu'ils ont prévus d'aller assez loin, donc ils seront pas revenus avant quelques jours.


Les réserves étaient trop limitées pour subvenir au besoin de tous, et c'était une chose sur laquelle le conseil ne s'étendait pas trop, pour éviter la panique, mais les missions étaient multipliées pour explorer les alentours, le plus largement possible, afin de rapporter tout ce qui pouvait être utile à leur quotidien à Yulara.
Bien sur, encore une fois, William avait totalement confiance en leur réussite. En trois ans, leur organisation n'avait fait que s'améliorer, et leur nombre grossir... Ils avaient même accueilli plusieurs bébés, conçus et nés dans la ville, réserve de paix.

    - T'as besoin de quelque chose en particulier ? Demanda-t-il, dans l'optique de mettre en place une équipe, si elle le voulait, pour tenter de lui fournir le matériel nécessaire. Il prit la bouteille de savon, et en frotta sur sa blessure, en grimaçant légèrement, à l'effet piquant du liquide. Une infirmière est arrivée l'autre jour, mais je crois que la vue du sang ne l'enthousiasme plus autant qu'autrefois, alors j'préfère pas lui demandé de reprendre du service de suite...


Il sourit avec amusement, préférant en rire, qu'autre chose. Maintenant, la vieille femme était en sécurité, quelles que soient les horreurs qu'elle avait pu vivre. L'ancien professeur avait, quand à lui, géré plus de traumatismes qu'il n'aurait voulu... Chaque nouveau arrivé amenait avec lui des histoires affreuses, dont il fallait les sortir, avec patience et compassion. William était parfait dans ce rôle.

    - Au fait, ça t'va bien, cette chemise d'intello, constata-t-il, avec un clin d'oeil appréciateur. Observateur, il n'était pas avare de compliment, car il savait leur effet positif sur l'humeur de ses interlocuteurs, qu'il voulait bonne. Et les boutons ouverts, c'est parce que tu veux être la prochaine maman de Yulara en attirant les mâles en rut ? Lui fit-il remarquer gentiment, en montrant d'un geste de menton que sa gorge était découverte jusqu'à montrer son soutien-gorge.

code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Dim 2 Déc - 16:31
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


Mon regard se porte sur la main de Will. Je grimace, écoutant que d'une oreille ce qu'il me dit à propos du groupe sorti. Je le regarde frotter sa blessure.

- Ari a la liste de tout ce dont j'ai besoin, normalement elle est donnée à chaque sortie.

Il me parle d'une infirmière qui ne veut plus l'être. Comme si on avait le droit d'être difficile. Avoir les compétences pour aider les autres et ne pas vouloir les utiliser.

- Pourquoi avoir dit qu'elle était infirmière alors ?

J'hausse une épaule. Je ne sais pas me retenir de dire ce que je pense. Une raison pour lesquelles je n'ai pas beaucoup d'amis. Il n'a pas l'air de m'en tenir rigueur et me parle de la chemise que je porte. Changement de sujet à 200%. Je baisse les yeux vers les boutons ouverts avant de relever la tête et m'approcher de lui, l'air mutine.

- Pourquoi ? Tu te proposes ?

Voyons voir si Monsieur Happy est du genre à rougir vite. Je l'arrête dans son savonnage en posant une main sur son avant bras. Je jette un œil à sa plaie. Rien de grave mais ça peut vite devenir handicapant. On n'est plus dans une ère où l'on peut ignorer les bobos. Dorénavant même une écharde dans le pied peut vous pourrir la vie.

- Laisse moi faire sinon les préliminaires vont être compliqués.

Je lui fais un sourire. Suis-je sérieuse ou pas ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Dim 2 Déc - 17:43
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
Visiblement, Alysha n'était pas aussi tolérante que lui : il l'avait déjà remarqué. Elle était forte, endurcie surement par ce qu'elle avait vécu, et dont il ignorait tout, surement par manque de temps, pour avoir cette discussion, à tête reposée - certaines choses nécessitaient le bon moment. Malheureusement, tout le monde ne survivait pas de la même façon, et William avait vu beaucoup d'hommes et de femmes ravagés de l'intérieur par l'épidémie, dans un sens symbolique. Une fois, Ari lui avait dit que certains ne survivaient pas vraiment, qu'ils continuaient juste d'exister, ce que le Nightingale avait trouvé très juste. Il s'estimait tout particulièrement chanceux de ne pas avoir du subir d'affreuses épreuves avant de trouver le refuge de Yulara.

    - Elle l'a dit parce qu'on lui a demandé de ne pas mentir... C'est un bon début, malgré tout ! Répondit William, avec un sourire moqueur. Des fois, les explications les plus simples n'étaient pas évidentes pour tous. Peut-Être qu'avec patience et douceur, elle retrouvera sa vocation. J'espère !


En effet, ils avaient besoin de gens compétents, surtout dans ce domaine... Mais la brusquer n'aurait surement servi à rien. Dans le genre contraire, Alysha était plutôt rentre-dedans, comme elle le prouvait en s'approchant de Will, poitrine en avant, jouant de cet accident de boutons pour essayer de le perturber. Le Nightingale lui adressa un clin d'oeil, nullement ennuyé par le spectacle de sa poitrine, dont il prit le temps d'apprécier la vue, au passage.

    - Je suis trop immature pour être père ! Se défendit-il, en riant. Voyant qu'elle se proposait de l'aider, il se laissa faire sans protester... Après tout, il préférait toujours l'avis d'une autre personne, et il aimait que l'on s'occupe de lui de temps en temps, autant qu'il adorait s'occuper des autres. On perd pas de temps avec toi, dis-donc ! J'suis pas un mec facile moi... Enfin, tout dépend de l'offre.


Son expression était amusée, bien qu'il ne montrait aucun signe de fuite. Après tout, il n'avait pas de quoi avoir peur : ils étaient adultes, sans compagnons attitrés, elle était plutôt jolie... Quoi qu'il se passe entre eux, plaisanterie ou pas, il n'avait pas à le craindre.

    - Si j'avais su j'aurais fait quelques pompes sur ma main valide avant de venir... Débuta-t-il, comme s'il cherchait une perche à lui tendre, pour s'échapper de la situation qui s'engageait sur un terrain glissant. L'autodérision était une de ses meilleures techniques pour s'en sortir. Parce que si j'dois me mettre à poil, je dois te prévenir que Mme Smith m'a gavé de gâteaux pour me remercier de réparer son étagère !


En vérité, il était loin d'avoir du bide, même si une légère couche de gras recouvraient ses abdos, ce qui lui donnait, au final, une carrure plus massive.
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Lun 3 Déc - 21:56
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


Ne pas mentir, prendre du temps. J'hausse une épaule. Il a en partie raison bien que ce ne soit pas ma façon de faire. Je n'ai pas été élevée comme ça. Du moins pas dans la seconde partie de ma vie. J'ai oublié la petite fille normale que j'avais été. Je préfère zapper et jouer avec William. Je hausse cette fois un sourcil. Lui, trop immature ?
Je prends ce qu'il faut pour soigner son doigt correctement. Il me fait sourire. C'est vrai que parfois on dirait un grand adolescent.

- Je note surtout que tu ne te défends pas d'être en rut. On mettra donc des préservatifs. Je ne veux pas d'enfant de toute façon.

Je lui fais un clin d'œil, il enchaine sur son physique. Je lui mets des sutures adhésives. Je garde un instant sa main dans la mienne.

- La perfection c'est tellement aléatoire. Et puis, ce n'est pas intéressant. On s'ennuie quand tout est trop beau, trop lisse.

Je laisse sa main dans une caresse. Je repense un instant à Marcus qui voulait se montrer parfait et à quel point ça m'avait refroidie. Il ne l'avait pas apprécié, encore moins accepté. Si bien qu'il a refusé de venir à Yulara, prétextant qu'il préférait partir à la recherche d'autres hommes qu'il devait tuer. On s'était disputés. Je ne suis pas non plus douée avec les hommes. J'adresse un sourire à William.

- ça va forcément te lancer, si tu as trop mal, prends des dolipranes. Ou trouves une occupation. Je t'offre un verre ?


Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Mar 4 Déc - 6:15
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
Plus la discussion avançait et plus William avait des doutes sur le ton de sa collègue... Il n'était plus très certain qu'il s'agissait d'une plaisanterie, et s'était peut-etre engagé malgré lui dans quelque chose qu'il n'avait pas envisagé. A vrai dire, il n'avait jamais vraiment regardé Alysha comme une partenaire potentielle, principalement parce qu'il n'était pas obsédé par ce genre de déduction, et ne regardait jamais les femmes de cette manière. Dans un monde apocalyptique, le professeur Nightingale était resté un profond romantique, qui se cachait derrière son costume de mec cool.

    - J'suis pas sur qu'un seul homme au monde puisse prétendre le contraire sans être un énorme hypocrite, précisa William, avec un sourire compatissant pour tous ses collègues de galère. C'était d'autant plus vrai que les conditions de vie ne donnait pas forcément envie aux femmes d'être câlines... Bref, un éternel problème de communication. T'es servie ici, conclut-il, à la fois pour les préservatifs qui étaient tous stockés dans l'infirmerie, et tous les gens qui trainaient désormais leurs imperfections comme la norme.


Il était assez d'accord sur ce point, néanmoins, et avait toujours été attiré par l'originalité, plutôt que par la perfection. La passion n'était pas parfaite, ni même les rêves. Il fallait une balance, un équilibre de défauts et de qualités, pour faire un être d'exception.

    - Roh, tu me vexes, je suis pas une chochotte quand même, je vais pas me mettre à pleurer, protesta le jeune homme, amusé par sa remarque, avant de se prendre le poignet comme s'il souffrait atrocement, avec une grimace : Mamaaaaan.


Il secoua la main et éclata de rire, bien conscient que si la blessure le piquait un peu en effet, il n'allait surement pas souffrir le martyr. A la proposition d'un verre, il haussa les sourcils d'un air interrogateur. Décidément, elle passait du coq à l'âne.

    - J'croyais que mon bide ne te dérangeait pas, et maintenant tu veux boire pour oublier, c'est ça ? Plaisanta-t-il encore, en tapant sur son ventre, qui était pratiquement plat, et dont le relief ne faisait que trahir, surement, ses abdos profonds. J'prendrai bien quelque chose en effet, j'bosse depuis 7h du mat' et j'ai besoin d'une pause. T'as quoi à proposer, à part les fameux Doliprane ?

code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Mar 4 Déc - 22:10
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


Quelque chose me dit que si je vais plus loin, il va complètement flipper. Il esquive sans grande discrétion. Je le soigne et il plaisante encore mais je suis persuadée que c'est pour cacher qu'il a mal pour de vrai. Je lui propose de boire un verre et finalement il me relance. Je le regarde amusée.

- Non, je veux boire pour te désinhiber. Sous tes airs relax, tu m'as l'air un peu coincé. J'ai un fond de rhum arrangé.

Je vais chercher la bouteille cachée au milieu des flacons avec une étiquette qui ne donne pas envie d'en boire, ni même de s'en approcher. Ainsi, je suis certaine de ne l'avoir que pour moi. Je prends deux fioles pour servir de verres et revient vers lui. Je penche la tête sur le côté.

- Dis moi, Will. Je ne crois pas à ton manque de maturité. Tu es un handicapé de l'attachement ou tu as subi une grosse déception ?

Je nous sers et lui tends son verre. Mon instinct me dit que ce doit être la deuxième raison. Il est tellement gentil, trop. Je ne serais pas surprise qu'une femme en ai profité. C'est bien connu. On n'aime pas les gentils.  

Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Ven 7 Déc - 3:23
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
C'était bien la première fois que quelqu'un traitait William de coincé... Heureusement, il n'était pas facile à vexer, et éclata de rire à cette remarque. Il acceptait l'alcool, mais n'estimait pas qu'il avait besoin de se détendre à ce point... Dans une petite communauté comme la leur, coucher avec n'importe qui pouvait faire des histoires, et il avait toujours eu besoin de sentir une certaine connexion, une complicité avec ses partenaires, pour se sentir à l'aise.

    - Faut dire que c'est pas facile de te suivre... Répondit-il, avec un clin d'oeil amical. En effet, si lui dissimulait un côté plus timide que ce qu'il montrait, elle était aussi pas mal pour prendre des airs froids qui ne donnaient pas envie de l'approcher, elle cachait bien son jeu. C'est toi qui l'a arrangé ?


Il l'observa avec doute tandis qu'elle prenait une bouteille qui ne faisait vraiment pas envie. Visiblement, chacun à Yulara avait ses secrets... William était certain qu'elle n'était pas la seule à conserver de l'alcool derrière des flacons, ou au fond d'une étagère. Le vieux Johnson, d'ailleurs, lui semblait souvent éméché, alors qu'il prétendait ne rien posséder que les quelques conserves que lui fournissait la communauté après une expédition fructueuse.
La question d'Alysha le prit de court, et le Nightingale passa d'une expression de surprise à celle d'une profonde réflexion.

    - J'ai pas de problème d'attachements, déclara-t-il d'abord, parce qu'il n'y avait rien de plus vrai. Au contraire, William avait tendance à se lier avec un peu tout le monde, et il n'était jamais déçu, car il avait appris à ne plus espérer. Peu importe la réciprocité de ses sentiments, William donnait de l'importance à toutes les personnes qui traversaient sa vie. C'est quoi que tu m'fais, un jeu d'alcool ? Ma fiancée d'avant l'épidémie me trompait avec l'un de mes collègues... Elle est partie avec lui, pour fuir les cadavres ambulants...


Cette idée le fit étrangement rire. En vérité, même s'il avait été blessé et déçu, William s'était plutôt bien remis de cette rupture brutale : il s'était plongé dans le travail, comme à son habitude, trouvant dans cette passion tout ce qu'il lui fallait de contact humain. Il attrapa le verre en riant toujours, et y trempa les lèvres. Wow, c'était fort - il fit une grimace, avant d'en prendre une vraie gorgée.

    - Alors à ton tour, action ou vérité ? L'interrogea-t-il, en reposant un instant sa boisson, qui lui brulait la gorge. Qu'est-ce que tu espères, ici ?


A force, le Nightingale avait constaté que les habitants de Yulara attendaient tous quelque chose. Soit ils espéraient encore voir apparaitre quelqu'un qu'ils avaient perdus, soit ils trouvaient des solutions pour se construire l'avenir utopiste dont ils rêvaient... Mais personne ne survivait sans un véritable espoir.
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Ven 7 Déc - 15:14
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


J'ai réussi à le faire rire. Sans le chercher mais peu importe. Je ne suis pas réputée pour mon humour alors tant mieux. Pas facile de me suivre ça en revanche, je l'ai entendu de nombreuses fois. Je ne peux répondre que par un sourire. Je lui confirme que c'est bien moi qui ai arrangé le rhum.

- Bananes séchées et un peu de gingembre. De quoi réveiller un mort !

Même si je doute que ce soit ça qui les ramène à une non vie. Nous servant je le questionne, appréciant de l'avoir perturbé. J'apprécie aussi qu'il ne cherche pas à me mentir pour se la péter. C'est une chose qui m'exaspère chez les hommes. Il va même jusqu'à me confier qu'il a été trahi par sa fiancée. Je bois pour éviter d'avoir à dire que je suis désolée d'avoir posé la question. Surtout que je ne le suis pas. Le rhum arrache tout en étant bon.

- Et si je préfère action ?


Je lui fais un clin d'oeil et réfléchis à la question.

- Hormis trouver un antivirus ? Ici je suis bien, je peux avoir un équilibre et... Carpe diem.

Je porte un toast et bois une nouvelle gorgée. J'espère bien vivre aussi longtemps que possible, je n'en oublie pas que chaque jour est une chance à ne pas gâcher.

- Action, alors ?

Je vais jusqu'à mon lecteur cd et mets la première musique. Bruno Mars, son dernier tube avant l'apocalypse. J'aime beaucoup, ça donne la banane.

- Comment tu danses là dessus ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Sam 8 Déc - 15:11
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
Comme ça, Alysha s'essayait aussi aux mélanges alcoolisés, et pas seulement aux manipulations de laboratoire, pour trouver un antivirus... Il fallait espérer qu'elle soit meilleure dans les premiers que dans les secondes, car celui qui arriverait à trouver un remède à la maladie n'était surement pas encore né.
William tentait quelques expériences de temps en temps, sans plus de succès... Il n'était pas spécialement fasciné par les cadavres qui se trainaient en dehors du camp, mais il avait eu l'autorisation d'Ari pour effectuer quelques recherches sur ceux-ci, dans la plus grande prudence, et n'en avait pas appris grand chose qu'ils ne savaient déjà. Ceux qui étaient contaminés se transformaient, indubitablement, et il était hors de question, pour le Nightingale, de tester quoi que ce soit sur des êtres vivants encore, au risque de les empoisonner. Et forcément, dans ce genre de contexte protégé et de prévention morale, rien n'évoluait vraiment.

    - Tant que ça ne fait pas l'effet inverse... Mais c'est vrai que ça arrache ! Approuva le jeune homme après avoir reposé son verre, patientant sagement d'être capable d'en prendre une autre gorgée, alors que celle qu'il venait de boire lui tournait déjà la tête. Hum, j'aurais deviné.


L'interrogeant du regard, avec un doute, William restait persuadé que la jeune femme ne se révélait pas autant qu'elle le prétendait. Mais après tout, chacun avait ses secrets, et ses façons de gérer les crises, et celle qui s'était abattue sur eux 3 ans plus tôt était assez conséquente pour traumatiser n'importe qui.

    - A l'avenir, conclut-il, en trinquant avec la demoiselle, qu'elle le veuille ou non, déterminé à faire honneur à sa boisson si gentiment offerte. Et à l'action alors !


Restait à savoir quelle genre d'action allait être provoquée par la descente de cette bouteille... Pour l'instant, Alysha était d'humeur bougeante, surement, parce qu'elle voulait le voir danser sur une musique conservée sur son lecteur CD : trouver des piles était assez rare pour que la musique soit un véritable luxe à présent.

    - Tu vas pas me croire, mais j'avais appris la chorégraphie avec mes collègues pour la kermesse de fin d'année... Tu pourras demander à Kézia, je pense qu'elle se souvient de ma performance ! Eclata-t-il de rire, en commençant à effectuer les mouvements exacts de la danse, avec un rythme parfait... Si elle voulait le mettre mal à l'aise, la jeune femme avait cette fois raté son coup, car William n'avait jamais été le dernier à faire la fête, et par conséquent, avait développé une habileté physique pour la danse qui aurait été assez ridicule, si ses gestes n'avaient pas été si bien exécutés. Et toi, montre-moi donc ton déhanché ! Oh et finis ton verre avant, et je vais te faire tourner un peu, histoire de te faciliter la tâche !


Franchement, William n'était pas sur qu'il puisse lui-même danser sans s'écrouler après avoir avalé une goutte de plus.
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 35
Emploi : expédition et scientifique
Messages : 79
Points : 436
Date d'inscription : 01/11/2018
Localisation : Yulara
Lun 10 Déc - 15:32
Voir le profil de l'utilisateur
 
Playing Gods


Nous trinquons à l'avenir. Un meilleur, songe-je. Concernant l'action, j'ai bien plusieurs idées derrière la tête. D'abord de la musique, pour bouger et faire monter le degré d'alcool dans le sang. Je l'imagine à danser sur une chorégraphie devant tout un lycée. C'est bien lui de faire ça. Ce qui me fait sourire. Sans le vouloir je lui ai rappelé de bons souvenirs, c'est tant mieux.

- Je veux voir ça !


Il se lance et je me délecte de son petit déhanché. Il est plus doué que je ne l'avais imaginé. Evidemment il veut que je le rejoigne.

- Je te préviens, je ne connais pas la chorégraphie.


J'ai lancé le jeu alors je ne me défile pas. Même si je ne suis pas une bonne danseuse. On va dire que selon les rythmes, je danse plus ou moins bien. En réalité, je dans le mieux quand je ferme les yeux et que je sens la musique. Comme avant mon opération. J'avale une gorgée de mon nectar maison, je m'ébroue à l'image d'une jument car il arrache.

- Il passe mieux au bout de trois gorgées.

Je prends la main de Will et le laisse m'embarquer dans une danse qui ressemble plus ou moins, moins surtout, à celle de Bruno Mars. L'avantage c'est qu'on s'amuse. La musique change. En voilà une qui invite plus au rapprochement avec ses petits sons ragga. Pour danser rapprochés je suis meilleure.  Je prends ses mains pour les poser sur ma taille. Je pose une des miennes sur son épaule, je laisse l'autre libre.

- Action ou vérité ?  

Codage par Libella sur Graphiorum


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 77
Points : 422
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Mar 11 Déc - 2:26
Voir le profil de l'utilisateur
PLAYING GODS —
— ALYSHA H. & WILLIAM N.
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, il arrivait que des survivants aient quelques moments de détente, sans songer au destin sombre qui les attendait, à toutes leurs responsabilités, aux impératifs de ce quotidien qui tenait sur un fil... William donnait beaucoup pour la communauté, et il avait toujours estimer que s'amuser n'était que bénéfique, pour améliorer la qualité de vie en général, et même être plus productif.
Le Nightingale n'était pas triste de repenser à l'époque où son seul soucis était de savoir comment organiser la prochaine réunion des maitres, ou préparer le punch pour la remise des diplômes. Au contraire, il n'en gardait que de bons souvenirs, et cette danse improvisée dans l'infirmerie lui redonnait l'énergie qui lui avait manqué durant la matinée, sans le café qu'il avait l'habitude de trainer en classe dès la sonnerie, lorsqu'il était à l'école.

    - Tu veux dire quand on ne sent même plus le goût, tellement on a la gorge en feu ? S'exclama-t-il en explosant de rire, mais en suivant néanmoins son conseil et en plongeant de nouveau ses lèvres dans son verre. C'est ta playlist d'avant épidémie ?


Une nouvelle chanson venait d'enchainer avec la première, et le rythme de celle-ci était plus langoureux, ce qui incita la jeune femme à se rapprocher. Il se retrouva malgré lui avec les mains sur sa taille, non pas que la chose ne lui déplaise.

    - Hum, j'aime à croire que je suis un homme d'action... Non pas que je ne chérisse pas la vérité ! Répondit-il, toujours avec humeur, en la serrant contre lui, par instinct, sur le ton des paroles qui s'y prêtaient. Et toi ?


Allaient-ils jouer à ce jeu longtemps ? Bizarrement, même s'il savait qu'il aurait probablement du essayer de trouver un antidote, ou de voir si quelqu'un avait besoin de lui quelque part, William ne culpabilisait pas de prendre un peu de temps pour lui. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas pris une femme dans ses bras, sans qu'elle ne soit blessée, ou en quelconque danger.
code by lizzou — gifs by TUMBLR (JORNSNOW) — 000 MOTS.




Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: