/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Les alentours :: ➳ Les routes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Monster feat. Noah [2.12.2018]
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 173
Points : 868
Date d'inscription : 20/09/2018
Mer 5 Déc - 22:59
Voir le profil de l'utilisateur

Noah
Sullivan

Kezia
Levy

Monster

I got to know that your heart beats fast and
I got to know I'm the only one for you
What have I become?
I'm a fucking monster


J'ai dormi plusieurs heures. Je ne sais pas ce qui m'a réveillé mais je me sens comme angoissée. J'ai rêvé qu'on avait un enfant. C'était à la fois fantastique et flippant. Noah dort encore et je me sers contre lui. Doucement, je quitte le lit et vais me rafraîchir dans la salle de bain. Je reviens toute nue, il a un peu bougé. Je l'observe en souriant. J'ai bien envie qu'il me voit avec la robe, mais d'abord j'ai d'autres projets. Comme lui donner l'envie de me venir avec moi à Yulara. J'embrasse son torse, son ventre. Chaque partie de lui que j'aime tant. On dirait bien que son corps est bien réveillé, lui. Je pose ma bouche sur son sexe. Je sais, je suis une vilaine fille. Je ne peux pas résister. Quand je sens qu'il est réveillé, je relève la tête. Je lui souris et reprends mes caresses buccales. Ses mains attrapent mes cheveux, je le laisse me guider. L'entendre gémir me fait perdre la tête. Il me stoppe avant de jouir et m'attire sur lui. Il est l'incarnation de la virilité. Ses mains fermes glissent sur mon corps, je l'embrasse fiévreusement. Il tira à nouveau sur mes cheveux, m'embrasse dans le cou, m'arrachant des frissons de plaisir. Sa barbe frotte contre mon épiderme hyper sensible. J'ai envie qu'il me montre à quel point il me veut, à quel point il... On s'embrasse à nouveau. Nos langues se caressent avec passion. Je bouge un peu, son sexe glisse entre mes lèvres humides.

« Noah... »

Il me pénètre. C'est tellement bon. Non, c'est divin. Comme si nos corps étaient deux aimants, s'aliénant mutuellement. Dans ses bras j'ai l'impression que plus rien n'existe à part nous, je me sens tellement vivante. Je m'accroche à lui alors que le plaisir monte en moi, que l'orgasme me submerge, éclate comme un volcan. Je vibre, je tremble, je ne le lâche pas. J'enfouis mon visage dans son cou, respirant son odeur qui est déjà partout sur moi.

« Reste avec moi... »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FURY ROAD
Age : 33
Emploi : Ancien patron de bar
Messages : 117
Points : 880
Date d'inscription : 10/11/2018
Jeu 6 Déc - 4:26
Voir le profil de l'utilisateur

Qu'y avait-il de plus agréable que de se faire réveiller par les caresses d'une femme qu'il avait voulu garder près de lui dans son lit ? Noah émergea doucement du sommeil, guidant la demoiselle vers son pénis qui déjà réclamait son attention, fort de sa trique matinale. Les mains dans ses cheveux blonds qu'il aimait sentir chatouiller sa peau, il encourageait la demoiselle, jusqu'à ce que la tension devienne trop insupportable, et qu'il veuille la posséder enfin.
Energisé par ce repos confortable, l'un des meilleurs qu'il avait eu depuis longtemps, le Sullivan la retourna sur le lit pour la prendre, encore et encore, jusqu'à ce qu'il la sente gémir entre ses bras... Il s'arrêta cette fois-ci avant d'atteindre l'orgasme lui-même, à la limite de la douleur.

    - Me tente pas, grogna-t-il entre ses dents, avant de l'embrasser doucement et de se relever pour se diriger vers la salle de bain, pour se finir sans risques. Tu sais que j'peux pas.


Le débat était toujours ouvert, les avis toujours divergents. La laissant se remettre des émotions de son corps encore tremblant, Noah décida de pousser un peu plus sa toilette que d'habitude. Se découvrant au fur et à mesure de ses changements dans la glace, il fut presque ému de voir qu'il ressemblait fortement au jeune homme dont la plus grande fierté était d'avoir acheté un bar à vingt cinq ans bien tassé.
Et sans sa barbe et ses cheveux longs, sans la crasse de ses aventures dans la nature sauvage, sans la rage qui occupait ses prunelles quand il était parmi les Fury Road, il avait tous les charmes d'un homme en parfaite santé, plein de testostérones et émanant d'une beauté virile incontestable, qui aurait pu surement lui ouvrir les portes du mannequinat.


    - T'en pense quoi ? Demanda-t-il à son amante, en se présentant propre et nu, devant les draps desquels elle n'avait pas bougé. Peut-etre que comme ça, il ne serait pas reconnu, sur la route... Peut-etre qu'il pourrait prendre une nouvelle identité, espérer repartir à zéro... Il sourit à Kézia. Et si on restait ici, plutôt, tous les deux ?


Il s'assit à côté d'elle, l'odeur de savon se propageant autour d'eux, comme une vague de nostalgie. La vieille femme avait bien prévu sa réclusion, il y avait quelques vivres, de quoi tenir... Les morts restaient à distance... Ils auraient pu faire de cet endroit leur foyer.
La main de Noah glissa sur les courbes de la demoiselle, et son regard se fit plus profond alors que ses doigts effleurait le bas de son ventre. Son regard bleu plongea dans celui de la demoiselle, intense.

    - J'te ferai un bébé, si t'en veux un, souffla-t-il, la voix vibrante d'émotions. On construirait notre famille, juste toi et moi...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 173
Points : 868
Date d'inscription : 20/09/2018
Jeu 6 Déc - 21:37
Voir le profil de l'utilisateur

Noah
Sullivan

Kezia
Levy

Monster

I got to know that your heart beats fast and
I got to know I'm the only one for you
What have I become?
I'm a fucking monster


Il me dit qu'il ne peut pas. Je ne comprends pas. Je ne l'accepte pas. Je le laisse pour le moment quitter le lit. Je fixe un instant le plafond pendant un temps qui me parait infini. Il s'est endormi sous la douche ? Non. J'entends sa voix et me retourne. Je souris devant ce changement radical.

« On dirait que t'as dix ans de moins. »


Il est parfait. Sa barbe ne cachait pas je ne sais quel défaut. Je le regarde s'assoir près de moi. Mon coeur bat plus vite. Rester ici... Je ne dis rien. Il commence à me caresser. Il triche encore. En plus il me parle de bébé. Le pire, c'est que lorsque mon regard plonge dans le sien, je sais que ce n'est pas un mensonge.

« Si je n'avais pas mes frères, je te suivrais au bout du monde... »


Oui j'en suis là. Je me redresse pour me rapprocher de lui. Même si ses doigts me rendent folle, il faut bien qu'on parle. Je caresse sa joue rasée. Je n'ai pas rompu le contact visuel.

« Je ne peux pas les abandonner et je ne pourrais plus me passer de toi. »

Je me mets à genoux sur le lit, contre lui.

« Tu m'a sauvée, personne n'a besoin de savoir le reste. Et tu pourras me faire l'amour jusqu'à la fin des temps. On serait tellement bien... Et si on avait réellement un enfant, il serait protégé par nous deux, aussi par mes frères, mon grand-père. Il serait à l'abri et nous aussi. »

Seuls on est trop vulnérables. Avec les Fury même pas la peine d'y penser. A Yulara on aurait notre place. On pourrait se prendre la tête comme on a envie puis se réconcilier sur l'oreiller. On aurait tout le temps pour se découvrir et... et nous aimer. Mais tout dépend en réalité de ce qu'il ressent réellement.

« Je sais que ce ne serait pas simple de tout recommencer mais on serait ensemble. »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FURY ROAD
Age : 33
Emploi : Ancien patron de bar
Messages : 117
Points : 880
Date d'inscription : 10/11/2018
Sam 8 Déc - 9:43
Voir le profil de l'utilisateur


Le changement était plutôt radical, même si Noah avait toujours préféré porter la barbe, par confort personnel. Néanmoins, il fallait aux grands maux les grands moyens, et s'il voulait transformer sa vie d'une quelconque manière, il devait bien commencer quelque part.
Avec cette coupe et ce visage imberbe, le Sullivan était persuadé qu'il faudrait y regarder plusieurs fois pour que les sauvages des Fury Road ne puissent le reconnaitre.

    - On fait le même âge alors, répondit Noah en souriant, à la remarque de Kézia. Il avait craint de moins lui plaire ainsi, puisqu'elle l'avait aimé plus poilu, mais la lueur dans ses yeux lui disait bien le contraire. Et moi je n'ai que toi...


C'était à peine un soupir, mais il était plein de cette douleur qu'il avait enfouis au plus profond de lui-même, après la perte de la famille. Il ne l'avait jamais exprimé vraiment par des mots : cette solitude, il l'avait ressentie, il l'avait partagé en tuant pour les autres des êtres chers sans doute. Il ne s'était jamais montré tel qu'il l'éprouvait vraiment, avec tant de vulnérabilité. En quelques jours, la blonde avait prit une place tellement grande qu'elle avait comblé le vide, qu'il s'avouait enfin.

    - Je ne crois pas aux contes de fées, Princesse, grogna-t-il, parce que la proximité de la demoiselle, et l'entendre parler de sexe, réveillait encore son désir. Tu es tellement brillante, et moi je suis... J'peux pas mentir. Couper mes cheveux ne trompera pas longtemps les tiens sur ma véritable identité. Et j'les mettrais tous en danger.


Si les Fury Road apprenaient sa trahison, ils voudraient surement se venger, d'une manière ou d'une autre. Noah connaissait le sort réservé aux déserteurs, et il connaissait même plusieurs personnes qui jubileraient à l'idée de devenir son bourreau.

    - Je me détesterai plus encore de te faire prendre ce risque, conclut-il, en l'embrassant doucement. La perspective qu'elle soit blessée par sa faute lui nouait le ventre, le rendait malade. Il lui ceintura la taille pour l'attirer contre lui, sur ses genoux. J'vais te raccompagner chez tes frères, pour qu'ils sachent que t'es vivante, et tu décideras, une fois là-bas, ce que tu veux faire.


Elle aurait un choix à faire, déchirant sans doute, mais il ne pouvait pas se permettre de lui laisser d'autres options. Si elle décidait de rester à Yulara avec sa famille, il l'accepterait, comprendrait même, et s'éloignerait de son propre côté. Il posa ses lèvres sur sa gorge découverte, et descendit doucement vers sa poitrine si parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 173
Points : 868
Date d'inscription : 20/09/2018
Sam 8 Déc - 10:14
Voir le profil de l'utilisateur

Noah
Sullivan

Kezia
Levy

Monster

Not really sure how to feel about it
Something in the way you move
Makes me feel like I can't live without you
It takes me all the way
I want you to stay

C'est la première fois qu'on parle sans se disputer ou s'envoyer des pics. Et la douleur que je sens dans la voix de Noah me fait mal. Je commence à comprendre vraiment comment il a pu sombrer. S'il était tombé sur nous plutôt qu'eux... Mais avec des si on met Paris en bouteille.

« Si on n'est pas dans un conte de fées, alors je ne suis pas une princesse. »

Je dis ça tristement. Ce n'est pas une attaque. Larmes aux yeux je l'écoute et je le laisse m'attirer à lui. C'est horrible ce que je ressens. C'est trop puissant, trop violent. Je ne veux pas me séparer de lui. Je ne veux pas vivre sans mes frères. Ari m'a souvent dit qu'on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Je ne suis pas d'accord. Surtout là. Je peux.

« On en reparlera. »

Il changera d'avis en voyant où je vis. De toute façon les Fury nous ont déjà dans le collimateur. Qu'il soit chez nous ne changera rien. Ou si, tout ! Il pourrait dire tout ce qu'il sait pour nous aider à les affronter. Mais je lui dirais quand je ne serais plus perturbée par ses baisers. Il y a du désespoir dans nos caresses. De la passion mais pas de précipitation. C'est comme si on allait faire l'amour pour la dernière fois et qu'on voulait tout garder en mémoire. Chaque parcelle de nos corps, de nos peaux, de nos souffles, de nos regards. C'est monstrueux autant que c'est magnifique. Je crois que même cette chambre s'en souviendra.

Lovée contre lui, nos doigts enlacés, je regarde le jour décliner par la fenêtre. Au bout d'un moment je romps le silence. Si aucun de nous ne se décide, on va rester là et je suis certaine que mes frères sont déjà partis à ma recherche. Je leur fais courir des risques.

« On part de nuit ? Elle avait peut-être une voiture. On n'a même pas fouillé la maison pour voir s'il y avait quelque chose d'intéressant. »

Mon estomac gronde.

« Je crois que je vais commencer par la cuisine. T'as pas faim ? Si tu veux, je fais à manger. Ensuite on fouille, je nous préparerais aussi ce qu'il faut pour la route et tu verras s'il y a une caisse ? On pourra se servir des feux d'artifices pour attirer les marcheurs à l'opposé. »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FURY ROAD
Age : 33
Emploi : Ancien patron de bar
Messages : 117
Points : 880
Date d'inscription : 10/11/2018
Sam 8 Déc - 16:23
Voir le profil de l'utilisateur


Plus ils faisaient l'amour, et plus la toucher semblait intense pour Noah, qui était plutôt habitué au contraire. D'habitude, il se lassait rapidement, quand il lui semblait avoir fait le tour de la personne... Mais il ne paraissait jamais avoir assez de Kézia, de sa peau, de ses caresses, de la façon dont elle répondait à chacun de ses gestes avec autant de passion.
Et il avait peur de la peur, une peur qui lui nouait le ventre, et lui donnait envie de ne jamais quitter la chaleur de son corps. Une fois la fatigue devenue trop forte pour qu'il puisse continuer à se rassasier d'elle, Noah l'entoura de son bras, somnolant doucement sur l'oreiller tandis que le regard de la jeune femme observait les couleurs filtrant par la fenêtre. Il la sentait déjà partir dans ses pensées, et serra ses doigts dans les siens comme pour la retenir.

    - Ouais, en nettoyant j'ai vu une porte qui doit conduire à un garage, y'avait des clefs crochetées à côté... On aura même l'embarras du choix, à mon avis, déclara-t-il, ne sachant plus trop s'il devait s'en réjouir. De nuit ? Sans lumières ? Je sais pas si c'est pas plus dangereux.


Conduire de nuit était possible, même sans allumer les phares, mais ça comportait évidemment plus de risques... La journée, les bruits des animaux, du vent, et autres mouvements occupaient toujours un peu mieux les rôdeurs. Le plan comportait autant d'avantages que d'inconvénients.

    - Vaut mieux qu'on parte dès que le soleil se lève. Vous aviez fait combien de route pour arriver là-bas ? Demanda-t-il en parlant de la maison où ils s'étaient rencontrés. Y'a pas mal de bouffe dans les placards, de quoi tenir plusieurs jours... On pourra remplir le coffre, t'auras quelque chose de valeur à ramener comme ça.


Il ne se considérait pas dans cette catégorie. Il approuva d'un signe de tête son idée de trouver des feux d'artifice, et s'habilla rapidement, pour se mettre en activité. Quelle que soit l'heure à laquelle ils décideraient de partir, il valait mieux s'assurer que tout soit en ordre.
Alors qu'il allait la laisser se rendre à la cuisine, Noah l'attrapa par la taille, et lui vola un baiser - doux, chaud, puisqu'il n'avait plus de poils pour lui chatouiller les lèvres. Il la fixa intensément.

    - C'est toi qui m'a sauvé, de toutes les façons qu'on puisse sauver quelqu'un, murmura-t-il, pour contredire ce qu'elle comptait annoncer à sa famille en le présentant, s'il décidait de la suivre jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 173
Points : 868
Date d'inscription : 20/09/2018
Dim 9 Déc - 21:03
Voir le profil de l'utilisateur

Noah
Sullivan

Kezia
Levy

Monster

Not really sure how to feel about it
Something in the way you move
Makes me feel like I can't live without you
It takes me all the way
I want you to stay

Il a sans doute raison. Sortir de nuit pouvait nous mettre encore plus en danger. J'acquiesce d'un signe de tête. Encore une nuit auprès de lui. Le poids que je ressentais dans ma poitrine diminue à cette idée.

« On a fait à peu près six heures de route à cause des détours et des imprévus. »

Great Central Road n'est pas toujours praticable à cause des voitures qui s'y sont entassées, abandonnées ou accidentées, et des nombreux marcheurs qui errent toujours avides de chair fraiche. Et puis, on se méfiait des Fury. On avait raison, sauf qu'ils ne nous ont pas attaqués là où on le pensait. On ne peut jamais tout prévoir. Là, on va essayer. On parle de ce qu'on peut récupérer ici. ça nous sera bien utile pour la route et plus encore. Ramener quelque chose de valeur...

« Il n'y a que toi qui en ai. »

Il se relève pour s'habiller, je fais de même. J'enfile la robe en vitesse. Elle me va à merveille, comme si elle avait été faite pour moi. Elle épouse mes formes, dévoile mon décolleté de manière glamour. Je prends la brosse sur la superbe coiffeuse et arrange mes cheveux. Il y a du parfum, j'en mets une touche. J'ai presque l'impression d'être comme avant et ça me permet de croire que tout est encore possible. Pour cette nuit au moins. Alors que je vais sortir de la chambre, Noah m'attrape par la taille pour m'embrasser. Ce qu'il me dit me va droit au coeur, comme une flèche. A la fois douce et douloureuse. J'ai envie de le prendre dans mes bras, de lui dire que je l'aime. Ari m'a dit une fois que lorsqu'on aime quelqu'un, il ne faut pas perdre un seul instant. C'était à la mort de mamie. Mais les mots restent bloqués dans ma gorge. D'autres finissent par sortir.

« Ne parle pas comme si tu me disais adieu. »

Je lui souris et file vers la cuisine en sentant son regard sur moi. Si on a envie de profiter pleinement de cette nuit, il faut qu'on mange. Sinon je vais finir par m'évanouir. Il s'en va vers le garage j'imagine. Tout en ouvrant les placards de la cuisine, je nous imagine à Yulara. Je ne perds pas espoir. Bon, je ne suis pas une grande cuisinière mais je vais bien nous trouver quelque chose à faire... Je sors tout, d'un côté j'en mets pour ce soir, d'un autre ce qu'on va emmener. C'est vrai que la femme était bien organisée. Pour elle seule, il y avait de quoi tenir encore des semaines je crois. Je sens une présence dans mon dos, je souris en me retournant.

« T'as vu... »

Je me fige. Ce n'est pas Noah. L'homme est vêtu de noir, un peu sale, il me regarde comme un gros pervers. J'ai peur. Je veux m'échapper de la cuisine mais il me bloque le passage. Où est Noah ? Je n'ai rien entendu. S'il l'avait tué ?

« Alors ma jolie tu finis pas ta phrase ? »

Il range son arme, il ne me prend pas pour une menace. Mon bâton... Merde, je ne l'ai pas pris. Je vois les couteaux sur le plan de travail.

« N'y pense même pas. »

J'attrape des conserves, je les jette sur lui pour essayer de quitter cette cuisine. L'une des boîtes le touche à la tête et vu le bruit ça a du faire mal. Je cours, je dépasse le plan de travail, j'arrive à la porte quand on m'empoigne par les cheveux. Je hurle de toutes mes forces. Le type m'attire à lui, il pue. Je lui hurle de me lâcher, je me débats alors qu'il veut me maintenir contre lui. Je ne veux pas qu'il pose ses sales pattes sur moi. Non ! Je griffe, je frappe. J'entends des voix, ça marche vers nous.





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 99
Points : 318
Date d'inscription : 20/09/2018
Dim 9 Déc - 21:05
Voir le profil de l'utilisateur
Somewhere in hell
“L'enfer, c'est les autres !”

Monster ;




Noah a pris les clés qu'il avait vues et s'est dirigé vers ce qui semblait être le garage. Bingo ! Il y a plusieurs véhicules. Il en fait le tour, vérifie la mécanique, le niveau d'essence. Il y en a une qui fera l'affaire plus que les autres. Il en profite pour voir ce qu'il y a à prendre ici. Tiens, on a accès à une autre pièce. Il ouvre la porte et découvre des escaliers. Il va jeter un oeil rapide. Une cave à alcool. Du vin et d'autres alcools qui changeraient du tord boyaux des fury. Il faut qu'il dise ça à Kezia. Il remonte et se retrouve nez à nez avec un canon.

« Bouge pas mon beau ou je t'explose. »

Ce mec il le connait c'est un Fury Road. C'est même un de ceux qui étaient avec lui pour attaquer le groupe de Kezia. Le gars l'observe, il a du mal à tilter mais il a bien la tête du mec qui se dit qu'il a déjà croisé le mec face à lui.

« J't'ai déjà vu, toi... Avance. Pas de geste brusque. Mains sur la tête. »

Noah n'a pas le temps de sortir son arme, il sait qu'il se ferait tuer. Il le force à revenir vers le coeur de la maison. Là où il a laissé Kezia. D'ailleurs il ne tarde pas à l'entendre hurler. Le mec le fait aller vers les cris. Quand il a vu sur la cuisine, il peut voir un homme mettre une énorme baffe à Kezia, l'envoyant valdinguer sur le plan de travail. Il se colle aussitôt à elle en lui retournant le bras.

« Je vais te faire gueuler, sale pute. »

Elle est sonnée mais se débat encore alors qu'il la force à écarter les jambes en soulevant sa robe. Il s'arrête un instant en voyant le fury et son ôtage. Il lache la robe pour tirer sur les cheveux de Kezia. Elle voit Noah et lui jette un regard désespéré. Sa lèvre saigne, ses yeux sont emplis de larmes.

« J'crois qu'ton copain veut mater. »
« Hey mais c'est la blondasse que j'ai vue avec Sullivan ! »
Il se décale un peu pour regarder Noah.

Tout est allé très vite. Si tu veux parler ou agir c'est le moment ou jamais. Avant de poster envoie moi un mp avec ton intention pour que je te donne des indications et de quoi tirer les dés. Bonne chance !







b l a c k f i s h
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FURY ROAD
Age : 33
Emploi : Ancien patron de bar
Messages : 117
Points : 880
Date d'inscription : 10/11/2018
Mar 11 Déc - 3:15
Voir le profil de l'utilisateur


La vie semblait de nouveau s'éclairer pour le jeune homme... Malgré lui, malgré toute raison, il commençait à croire aux paroles de Kézia, il commençait à croire qu'il serait possible pour lui de s'intégrer, peut-etre, à une communauté bienveillante. Il pourrait se rattraper, se racheter, laver en parti ses fautes, repartir sur le bon pied. En accédant au garage, il chantonnait presque doucement, laissant ce rêve, cette perspective de bonheur, si proche, se répandre en lui, lui faisant baisser sa garde.
Il ne savait pas s'il le méritait, mais il comptait bien essayer de se montrer digne du cadeau qu'avait été la rencontre avec la blonde, quand son quotidien lui semblait désespéré.
Faisant le tour des véhicules, parce qu'il y en avait plusieurs, il remarqua avec plaisir que non seulement ils étaient en parfait état, mais que certains avaient même le plein, et un moteur qu'il s'impatientait de sentir ronronner. Explorant les lieux, il remarqua un autre escalier, et descendit à une cave, qui là encore, délivrait des surprises ravissantes, qu'il s'impatientait de partager avec Kézia.
C'était leur chance, ils allaient pouvoir construire un avenir sur des bases solides et une abondance de ressources luxueuses.
Malheureusement, le karma prenait sans doute sa revanche.

Arrivé en haut des marches, ce fut un canon qui l'attendait, plutôt que le sourire chaleureux de son amante... Incapable de connecter toutes les informations assez vite, Noah se contenta d'obéir, en priant intérieurement pour que rien ne soit arrivé à la jeune femme, et qu'elle ait eu le temps de se cacher.
Il ne connaissait pas cette gueule de balafré, mais il ne faisait aucun doute qu'il appartenait aux Fury... Alors qu'il avançait, toujours en joug, impuissant, vers le coeur de la maison, le Sullivan rassemblait ses esprits, pour trouver un plan, un moyen de s'en sortir, sans prendre trop de risques.
Malheureusement, ce qui l'attendait là où se trouvait les camarades de son agresseur mit fin à toute logique dans ses pensées.
Kézia était là, dominée par un homme qu'il ne connaissait que trop bien, et ce spectacle lui donna immédiatement la nausée.

    - Lâche-la connard ! Hurla-t-il, en se jetant sans réfléchir, fou de rage, sur Cabe, cette immonde ordure, qui osait poser les mains sur la seule personne qui comptait désormais dans son coeur, son seul espoir de vivre enfin, et de ne pas se contenter de subsister, dans la souffrance. Kézia !


Alors que son poing s'écrasait sur son ancien allié, Noah entendit la détonation, trop tard. L'autre imbécile avait tiré, et la balle n'avait pas touché sa cible, mais bien la blonde, sur la robe de laquelle s'étendit doucement une tache écarlate.
Le temps semblait s'être arrêté, et Noah fut le premier à bouger de nouveau, pour enlacer la jeune femme, et l'empêcher de tomber lourdement sur le sol.

    - Oh non Kézia, non, non ! Supplia-t-il, à genoux, en l'embrassant avec avidité, trop habitué à ce genre de blessure pour ne pas en comprendre les terribles conséquences. Non, mon amour, tiens bon... J'vais te soigner, comme t'as fait pour moi, j'vais...


Mais les autres n'étaient pas de cette avis. Les yeux humides, rendant sa vision floue, Noah sentit des mains puissantes, trop nombreuses, s'emparer de lui et l'écarter de la demoiselle, malgré ses efforts désespérés et violents pour s'en défaire.
Il ne sentait plus les coups, ni d'autres douleurs que celle qui lui broyait les entrailles à l'idée qu'il venait de perdre la seule femme qu'il avait jamais aimé.

1 - Neil tire et abat Noah (quart de chance + malus du choix du MDJ)
2 - Neil tire et blesse gravement Noah
3 - Neil panique et tire, c'est Kezia qui prend la balle blessure grave
4/5 - Neil lui tire dans la jambe pour le stopper
6 - Neil panique et tire, Kezia se prend la balle blessure légère
7/8 - Neil donne un puissant coup de crosse à Noah qui perd connaissance quelques minutes
9 - Neil donne un coup de crosse à Noah, l'empêchant de se jeter sur Cabe et le sonnant un peu
10 - Neil tire près de Noah pour qu'il se calme - moment de flottement
11 - Neil panique et blesse légèrement Cabe
12 - Neil panique et blesse gravement Cabe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 99
Points : 318
Date d'inscription : 20/09/2018
Mar 11 Déc - 3:15
Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Noah Sullivan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 12' : 3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 173
Points : 868
Date d'inscription : 20/09/2018
Mar 11 Déc - 14:47
Voir le profil de l'utilisateur

Noah
Sullivan

Kezia
Levy

Monster

We have no future
Heaven wasn't made for me
We burn ourselves to hell
As fast as it can be


Je me débats mais je ne fais pas le poids face à cet homme. Il me décoche une gifle d’une violence comme je n’ai jamais connue. J’ai l’impression que ma tête va se décrocher. C’est une douleur cuisante. J’ai senti ma lèvre éclater. J’ai le goût du sang dans la bouche. Ma tête tourne. Je sens qu’il me colle au plan de travail et ses mains qui commencent à me toucher de partout. Je fais tout pour garder les jambes serrées alors qu’il veut relever ma robe. L’idée de ne pas avoir mis de sous-vêtements me donne la nausée. Il me tord le bras, je lutte quand même. Je reprends un peu mes esprits quand eux autres arrivent. Mon agresseur marque une pause. Noah… Non. Pas ça ! Il hurle et se jette sur celui qui me tient en ignorant le gars qui a une arme en main. Je sens qu’on ne me tient plus, je me redresse et j’ai juste le temps de voir Noah frapper le type que quelqu’un tire. C’est si fulgurant que je n’ai pas mal de suite, je me sens juste comme poussée par quelque chose et je m’appuie au plan de travail pour ne pas perdre l’équilibre. J’ai la respiration coupée. J’ai l’impression que je vais étouffer. Et la douleur me parvient comme une onde de choc dévastatrice. Je porte une main à ma poitrine, elle se noie sous le sang que je perds. Pendant un temps que je suis incapable de définir, je ne calcule plus rien, je glisse. Mes jambes me lâchent. Je crois qu’on me retient mais je suis occupée à chercher de l’air. J’y parviens mais ça siffle et chaque appel d’air me fait souffrir.

« Noah… »

C’est lui. Je suis dans ses bras. Tout est fini ?

« M… frères… avec eux… »

Putain ! Je vais mourir ! Dans un effort qui me tire les larmes j’arrive à lever le bras et toucher son visage. J'imprime son visage dans mon esprit. Mes lèvres tremblantes ont perdu de leur teinte rosée.

« Je t’… »

On l’arrache à moi et je ne peux même pas le retenir. Si les deux autres ont eu un moment d’égarement, sûrement parce que la viande fraîche leur échappe d’une manière imprévue, ils se ressaisissent. J’ai cru entendre d’autres voix et alors que je finis sur le sol en marbre, ma vision trouble me permet de voir plusieurs personnes. Je tremble, je ne veux pas avoir froid, je sais ce que ça veut dire. J’ai assez été observée ma mère en salle d’opérations. Tous les signes je les connais. Je ne sais juste pas me soigner. Mes yeux clignent pour évacuer les larmes. Je ne bouge plus, c’est trop difficile déjà d’happer l’air qui s’échappe de mon poumon. Si j’ai bien un pneumothorax, il risque de s’affaisser. Je vais cyanoser. Je vais mourir. Yahvé ne m’abandonne pas je t’en supplie. Pardon, pardon.






No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
En ligneavatar
FURY ROAD
Age : 45
Emploi : Lieutenant d'Emrys
Messages : 124
Points : 565
Date d'inscription : 20/09/2018
Mar 11 Déc - 15:28
Voir le profil de l'utilisateur









ft.
Kezia & Noah
2 décembre, quelque part
Monster
Monster

Un groupe était parti il y a quelques jours. Celui de Jimmy. Il disait avoir une info sur une sortie des mecs de Yulara et voulait se les faire. Emrys avait donné son aval. Il l’avait toujours mauvaise que Levy ait refusé de plier genou. Byron n’avait toujours pas dit qu’ils y avaient vécu. Et c’était bien la première fois que Maggie tenait sa langue. Elle avait compris l’importance de cette information. L’instinct de l’irlandais lui avait dit de garder ça pour lui. Il savait que si ça se savait aujourd’hui, il aurait intérêt à avoir de bons arguments pour expliquer son geste. Bref. Du groupe un seul était revenu. Il leur avait expliqué que ça avait dégénéré, que les Yupins étaient plus armés que prévu et surtout qu’une horde était arrivée. Il avait vu Noah attirer une blonde dans une maison mais n’avait pu le rejoindre. Il ne savait pas s’il était vivant, lui s’était barré fissa. Emrys demanda alors à Byron de partir avec ce rescapé et deux trois hommes pour récupérer tout ce qui pouvait l’être. Y compris Noah s’il avait tenu bon.
Voilà donc comment Byron, Cloud, Neil et Cabe étaient arrivés dans un bled au nom imprononçable. Ils avaient retrouvé les lieux du massacre et ramasser les armes toujours là. Un peu de matos. La baraque où Noah avait été vue était vide et un non mort s’y promenait toujours. Pas de trace du blond. Il y avait bien des traces de sang et des pansements. Quelqu’un avait été blessé, soigné. Noah et la blonde s’en étaient ils sortis finalement ? Ils n’étaient peut-être pas bien loin. Sortis pour sortis, le groupe commença à visiter le coin. Et c’est par le plus grand des hasards que le lendemain soir ils tombèrent sur une putain de baraque avec un portail qui avait tenu la route. Il y avait encore un tshirt déchiré accroché aux barbelés. Et un rôdeur tué par balle tout près. Byron donna l’ordre de ne tirer que si ce n’était pas possible de faire autrement.
« On n’attire pas les rôdeurs. Et si y a des vivants, vous les maitrisez. On prend c’qui a  à prendre et on s’casse.»
« Ça a l’air sympa pour la nuit, chef. »
« On verra. »

Ils étaient crevés, Cloud avait raison. Si c’était sécurisé ils y squatteraient pour la nuit. La porte n’était pas fermée à clés, la baraque était immense. Byron envoya Cloud faire le tour du jardin, Cabe vers la gauche, Neil à droite où devait se trouver l’entrée du garage qu’ils avaient vus et lui l’étage. Le groupe se dispersa discrètement. A l’étage, Byron ne trouva personne mais entre l’odeur de gel douche, les draps froissés et autre : quelqu’un vivait ici. Quelqu’un qui se croyait en sécurité et qui allait le regretter. Il avait vu les photos d’une vieille et d’un chien. Lui ils le boufferaient, elle, c’était à voir. Quand soudain il y eut une détonation.

« Putain ! »

Il courut au rez de chaussée, ça venait de la cuisine. Cloud accourut dans son dos quelques instants plus tard. Dans la cuisine, Byron trouva un Neil paniqué par ce qu’il avait fait mais ne sut dire si c’était parce qu’il avait tiré ou visiblement tué quelqu’un. Cabe avait l’air de ne plus savoir quoi faire. Byron soupira et s’approcha, il les poussa pour mieux voir. Un mec tenait sa nana qui perdait du sang et prononçait sans doute ses derniers mots. Il claqua des doigts, faisant signe à ses hommes de récupérer le mec. Ils n’allaient pas faire dans le mélo. Le gars ne se laissait pas faire mais à trois contre un, c’était difficile. Il se prenait de sacrés coups. Byron ne s’intéressa pas de suite à lui. Il se pencha vers la fille, jeune, qui allait s’étouffer dans son propre sang. Il leva son arbalète pour l’achever mais quand leurs regards se croisèrent il stoppa son geste. Il fronça les sourcils et se tourna vivement vers le mec que ses hommes tenaient. Il lui releva la tête en lui tirant les cheveux. Harper ?  Tobias ? Non aucun d’eux. C’était… Changé, et amoché mais c’était Noah. Qu’est-ce qu’ils foutaient ensemble ces deux-là ? Il devait réfléchir, et vite. Neil était un branleur, il parlerait s’il se mettait à flipper. Cabe était une raclure, il le balancerait sans se gêner. Cloud était un taré mais il se tairait. Et c’était le seul à avoir des notions de premiers secours. Byron soupira.

« Lâchez le. »

Cloud le fit sans broncher, les autres hésitèrent. Confirmant son idée. Ils lâchèrent le gars qui tomba à genoux. Là il sortit son flingue et tira. Deux balles. Deux corps s’affaissèrent. Aller simple vers l’Enfer pour Neil et Cabe.

« Chef ? »

Il lui fit signe d’attendre et se pencha sur Kezia. Cette gamine avait toujours été sympa avec ses gosses. Son petit frère était à tuer mais pas elle. Il ne pouvait pas. Elle ouvrit la bouche et prononça son prénom, l'ayant reconnu. Il s'agenouilla et lui pris la main.

« Tiens bon, Kezia. Cloud, trouve d’quoi la soigner. Sullivan, montre lui. Magnez vous avant qu’elle clamse ! »


Tir à l'avance pour savoir si Kezia perd un quart de chance :
1 - Cloud parvient à la maintenir en vie, elle a plusieurs heures devant elle.
2 - Cloud parvient à la maintenir en vie mais pour peu de temps.
3/4 - Il ne sait pas quoi faire, elle perd un quart de chance pour s'en sortir.






Oh, what a day, what a fucking day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It is hard to know who is craziest...(c)flotsam.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 99
Points : 318
Date d'inscription : 20/09/2018
Mar 11 Déc - 15:28
Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Byron O'Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé de 4' : 2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FURY ROAD
Age : 33
Emploi : Ancien patron de bar
Messages : 117
Points : 880
Date d'inscription : 10/11/2018
Hier à 19:28
Voir le profil de l'utilisateur


C'était un cauchemars, sans doute, et Noah se débattait dans des pensées plus sombres que jamais, mortifié par le sang qui tachait la robe de Kézia, et les doigts qui s'enfonçait dans sa chair pour l'écarter de la jeune femme. Il se débattait tant bien que mal en tentant de ne pas toucher la jeune femme, jusqu'à ce que finalement, l'emprise se desserre, et qu'il soit libre de tomber à nouveau à genou auprès de sa blonde.
Une voix bien connue le ramena à la réalité, et le Sullivan secoua la tête, pour essayer de comprendre de nouveau ce qui se passait, et comment répondre à ce qu'on lui demandait, dans l'intérêt de celle qu'il avait peut-etre tué, indirectement.

    - Par là, grogna-t-il en se redressant, la gorge noué, les poumons douloureux, les coups qu'il avait reçu commençant à se faire sentir sur sa peau. Il jeta un dernier regard à Kézia, puis un coup d'oeil presque suppliant à Byron, qu'il savait désormais contre lui... Mais pourvu qu'il soit pour la demoiselle était tout ce qui lui importait. Marchant d'un pas urgent et déterminé vers l'étage, il se précipita vers la salle de bain, en ouvrit le placard où se cachait l'infirmerie de fortune de la propriétaire, et qu'il avait découvert quelques heures auparavant, quand sa seule préoccupation du moment était de savoir si Kézia l'apprécierait autant rasé que chevelu. Y'a pas grand chose, prend le désinfectant et les bandes de coton, j'vais amener le reste.


Cloud l'avait reconnu, lui aussi, et Noah percevait son regard, curieux, derrière sa nuque désormais découverte. Le destin lui souriait peut-etre, et le Sullivan reprenait espoir, en constatant que la situation aurait pu être pire, et toute chance perdue, si d'autres camarades de son ancien groupe étaient venu à le trouver, à la place du O'Kane.
Si Noah doutait encore de son allégeance, et de la décision que prendrait Byron à son sujet, il lui importait surtout de savoir que son ancien ami essayait de sauver Kézia, avant toute chose. Alors que Cloud était déjà redescendu pour apporter son aide, Noah passa devant la chambre, et avisa l'arme qu'il avait laissé sur la commode. Discrètement, il s'en saisit et la glissa dans son dos, tenue par la ceinture de son pantalon.

    - Est-ce qu'elle respire encore ? Demanda immédiatement Noah en revenant près de la demoiselle, se précipitant pour aider. Les corps des deux agresseurs avaient été dégagés pour laisser plus de place à l'opération qui allait se dérouler non sans mal. Il faut la ramener à ses frères... Il sauront la soigner, ils ont les moyens.


Même si cela lui brisait le coeur de l'admettre, c'était sans doute la meilleure solution, la seule façon pour qu'elle survive. Pour l'instant, ils ne pouvaient que contenir l'hémorragie, et la maintenir quelques heures, probablement moins d'une journée, faute de véritable matériel et de compétences... Dans son foyer, chez sa famille, ils auraient de quoi lui administrer un véritable traitement médical.

    - Il faut que tu m'laisses l'emmener à Yulara Byron, sinon elle mourra, implora presque Noah, en se tournant vers celui qui avait longtemps partagé ses vues sur leurs missions. Mais s'ils ne coopéraient pas, le Sullivan était prêt à les obliger par la force, en les tuant s'il le fallait, tout comme il se serait sacrifié, pour la ramener. Tu connais son nom... Tu sais qu'elle ne mérite pas de finir là.


Il ne savait pas comment ni pourquoi et s'en fichait. Il se moquait même que tous ses sentiments puissent se lire sur son visage comme sur un grand livre ouvert, alors que le quotidien chez les Fury Road lui avait appris à dissimuler toute émotion. Il avait changé, physiquement de manière réversible, mais mentalement, définitivement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: