/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Flashback Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Don't tell me feat. Luck [Décembre 2016]
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Lun 10 Déc - 12:16
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Un an. Un an et deux mois que tout a basculé. Fini les virées entre copines, fini internet, fini le cinéma, fini les bons resto... Toutes ces choses sans lesquelles je pensais ne pas pouvoir vivre et pourtant si. Mes amis me manquent. Je supporte mieux leur absence mais quand même. Je les imagine ailleurs, vivants. Mes parents ? Je les préférerais vivants mais j'ai l'habitude de leur absence. Parfois, j'ai juste l'impression qu'ils vont revenir de leur boulot harassants. Mais non. Maman n'est jamais revenu de l'hôpital dont elle était la directrice. Papa a été tué sur la route pour venir rejoindre Ari à Yulara. C'est horrible mais je peux assurer que c'est la première fois où j'ai vraiment senti son amour pour nous.
Assise au bar de l'hôtel, je soupire. Il n'y a personne, j'ai mis un peu de musique. La playlist de mon ordinateur passe en boucle. Heureusement que j'avais plus de 1500 chansons parce qu'il y a de quoi péter un câble. Et heureusement qu'on a l'électricité. Vivre sans... Déjà que sur la route j'ai cru devenir folle alors... Non, je ne veux même pas y penser ! Finalement, je stoppe la musique. Je prends mon verre d'alcool et m'assois au piano. Je prends une gorgée, pose le verre et laisse mes doigts glisser sur les touches en marbre. Morceau de piano. Ce n'est qu'au bout d'un certain moment que je remarque l'homme qui s'est accoudé au bar et qui me regarde. Je l'ai aperçu une fois, il y a quelques semaines. Tobias m'a expliqué qu'il avait fait un deal avec nous. Il amène des gens et troque si j'ai bien compris. Il est bel homme. La trentaine je dirais. Sexy dans sa tenue militaire. Je lui souris.

« Bonjour.»

J'ai les cheveux détachés, une robe blanche courte. Il fait très chaud depuis quelques jours.

« Si vous attendez le barman il n'y en a pas en ce moment. Je vous sers quelque chose ? »

Je me lève pour le rejoindre, d'une démarche féline. J'ai vingt ans, il est plus âgé, je m'en fiche. C'est même plus intéressant. Je passe près de lui pour laisser un doux parfum dans mon sillage.

« C'est vous qui avez le grand bus, non ? »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Lun 10 Déc - 12:47
Voir le profil de l'utilisateur
Décompression...
Enfin.
La route, les dangers, les infectés, les pilleurs, la température, le stress, les clients qui embrouillent, le prix de troc du fuel, celui des balles... et cette manie encore et toujours de le contrôler lorsqu'il arrive ici. Mais merde, ça se voit lorsqu'on est infecté jusqu'à l'os du p'tit doigt de pied ! Nan mais là il est bien... terrain neutre.
Une fois les casse-couilles de la sécurité passés, c'est la récompense: Un bar !
Il y a cette ambiance inimitable, ces couleurs, ces odeurs... alcools, café, chocolat, cigarette et bois. En plus ils ont l’électricité, c'est juste la cerise sur le gâteau. Les quatre autres vaquent à leurs occupations et ça c'est bien aussi. Marre de vivre H24 avec de la testostérone masculine bien grasse et suante.


Luck Sorensen, le Canadien aux origines Suédoises, est au bar en tain d'attendre le barman. Oui, le barman... celui sensé servir des boissons enivrantes afin d'oublier les joies de la survie. Il est pas à son poste. Vu l'heure c'est pas étonnant. Manquerait plus qu'il lui refuse de troquer quelques dents en or sous prétexte qu'ils ont leur propre monnaie. Alors le blond se sent sous les bras, se repeigne les cheveux courts après le décrassage d'ou il sort. Remarquez... il y avait du bon de vivre en communauté.

Bruit.
Là, juste à quelques mètres, non loin du piano du lieu. C'est féminin.
Il l'avait senti le sniper... mais s'était refusé à la regarder. Sait-on jamais que son homme fasse deux mètres et cent vingt kilos. C'est susceptible un communautaire. La dernière chose que cherche Sorensen en mettant les pieds au bar... c'est de se battre.


Jeune femme blonde: " « Bonjour.» "

Putain cette voix... à rendre bien-entendant un petit vieux en fin de vie.
Luck tourne à peine la tête pour l'hocher.


- Sl'ut Mam'selle.

La blonde qui lui adresse la parole: " « Si vous attendez le barman il n'y en a pas en ce moment. Je vous sers quelque chose ? » "

Hum... là, la tête du mercenaire tourne dans sa direction. L’œil droit, le meilleur, celui qui vise, juge, calcule la mise à mort d'éléments gênants depuis nombre d'années se porte sur elle. Elle... une jeune femme qui rendrait voyant un aveugle. Qu'est-ce qu'elle est bonne !

- Vous êtes sérieuse ?

Oui est l'est. Elle propose même à boire.

- Euh... oui oui... Vodka fruitée si vous avez. Plus de Vodka que... de fruit.
Excusez moi mais j'ai pas trouvé le bureau de change... vous acceptez ça ?


Le tatoué dépose une dent en or sur le comptoir.

La Barmaid: " « C'est vous qui avez le grand bus, non ? » "

- Oui voila, le bus des passeurs. Je gère les quatre autres affreux.
Dites... je pourrais connaitre le prénom de celle qui sert Luck Sorensen ? Elle est charmante et il n'ose pas demander directement.


Là il la regarde bien dans les yeux. Il y avait un petit sourire à peine dissimulé. Il avait l'air joueur, assez abordable, assez poli pour ne pas être un prolo ou un cannibale des familles.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Mar 11 Déc - 10:50
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Vu son expression il est surpris. Pas que. Je sais reconnaître quand je plais. Je ne suis pas de ces filles qui ne voient pas les signes. Je tiens sa de ma mère. C'était une prédatrice. Je n'en suis pas là, et je n'ai pas envie d'en arriver là. Mais j'aime plaire. Et puis, je ne vais pas commencer à me dire que je vais attendre le grand amour. D'abord, je ne pensais pas comme ça avant, encore moins maintenant que la vie est incertaine.
Je propose de faire office de barmaid. Une vodka, bien dosée. C'est dans mes cordes. Je passe derrière le bar et pose mon verre. On a encore du choix. Je prends une bouteille de vodka et du jus de pomme. Il veut payer. Je regarde la chose. De l'or. Une dent ?!

« Euh... gardez la. On ne fonctionne pas comme ça ici. »

J’enchaîne sur son bus. Passeur. Voilà le mot que je cherchais. Je continue de le servir. J'apprends son nom dans son numéro de charme. Nos regards sont accrochés, j'aime son petit sourire. Je fais glisser le verre vers lui.

« Kezia. »

Je n'ai pas dit mon nom de famille car je sens que je perdrais toutes les chances de m'amuser s'il sait que je suis la petite fille du Maire. Je prends mon verre et propose un toast tout simple.

« A la votre Luck. Comme Lucky Luck ? »

Si oui j'espère qu'il n'y a que les balles qu'il tire plus vite que son ombre. Je me mords doucement la lèvre inférieure pour ne pas rire à ma connerie. Un an sans être touchée ça pèse sur le mental !

« Vous restez combien de temps ? »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Mar 11 Déc - 22:05
Voir le profil de l'utilisateur
Kezia...
Le mercenaire reçoit l'information comme une porte entre-ouverte.
Allez, on ne va pas se mentir... Luck est un homme, un vrai, un avec des envies, des attentes, avec ses faiblesses. Un basique dans les rapports humains. Un besoin électrique et pour que ça passe il faut brancher l'appareil avec une prise mâle et une femelle. Depuis qu'il avait fait le deuil de sa femme il avait au moins gardé cela. Une fille passable ça passe mais lorsqu'elle est au-dessus du lot ça risque de devenir une obsession.

Un verre glisse vers lui une fois la dent en or rejoignant la dizaine d'autres dans une petite pochette. Elle lui offre ? Il ne le sait pas encore. L'alcool est un de ses vices. Un toast !? En voila une belle suite. Vodka pomme... ça en devenait presque biblique.


Kezia: " « A la votre Luck. Comme Lucky Luck ? » "

Cling font les deux verres.
Nouveau sourire d'ex petite gueule de salope. Ca fait souvent son effet.


- Le Cow-Boy ? Non nooon... Luck, Luck comme la chance. Ils avaient cela en tête mes parents. Remarquez Kezia... que ce prénom me correspond bien. Quelle que soit la mésaventure dans laquelle je tombe, j'ai toujours cette petite étoile qui me sort de là.

Petit pincement de lèvres. La vue du sniper zoom cette bouche qu'il verrait bien à n'importe quel endroit de sa peau.

Kezia: " « Vous restez combien de temps ? » "

Petite gorgée.
Le liquide fait son chemin à travers le corps et les vapeurs lui enivre directement la tête. Le tatoué lève un instant les yeux à droite, vers les plafond et les reporte directement sur ceux de la Barmaid.


- Cette nuit déjà.
Dites Kezia... vous avez l'air bien intégrée ici... vous auriez une chambre à me conseiller ? Un type comme moi, après toute cette route, révérait de la meilleure couche. Je me demande même si j'arriverai à quitter ce tabouret.


Grande gorgée.
L'ex soldat sort son paquet de cigarettes et pose son zippo sur le comptoir avant d'en proposer sans un mot une à la blonde. Nul doute que s'il savait qui elle était, il serait déjà en train de quitter le bar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Mer 12 Déc - 22:52
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
On parle de son prénom. C'est original et ça me fait sourire. Dans la culture hébraïque, Kezia désigne un arbuste dont l'écorce est utilisée en parfumerie. En arabe, ça veut aussi dire trésor ou merveille. En un mot, je me la pète quoi ! Mais là je suis plus intéressée à savoir s'il reste cette nuit. Je le vois regarder tout autour de lui avant de me dire au moins cette nuit. Cool ! Une chambre ? Je souris encore plus. Non, pas la mienne, je vis dans une maison avec tous les mâles Levy et des fois je me dis qu'ils veulent que je rentre dans les ordres.

« Voyons, je ne vous laisserais pas dormir là, tout seul... »

Je lui adresse mon sourire de charmeuse, le regard qui va avec. Sans équivoque. Je le veux et j'ai pas l'intention de le laisser me dire que je suis trop jeune. On ne se connait pas, ça se trouve il ne reviendra jamais. Carpe diem !Il me tend une cigarette que je prends avec plaisir. C'est tellement difficile d'en avoir. Sevrage forcé. Je le remercie, je fais le tour du bar pour venir tout près de lui. Je la prends et la glisse entre mes lèvres. Je m'avance juste un peu pour qu'il me l'allume. Tout en le fixant droit dans les yeux. Ce qu'il fait, gentleman. Je tire une latte et recrache la fumée, pas dans son visage. Je me glisse sur le tabouret à côte du sien et prends une gorgée dans mon verre.

« Pour la chambre, je vais vous accompagner si vous voulez. Ce serait dommage de vous perdre. »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Ven 14 Déc - 10:57
Voir le profil de l'utilisateur
Une juive...
S'il savait aussi ça, il serait sorti du bar à quatre pattes. Soyons sérieux... outre son problème d'alcool et sa grande consommation de tabac, Sorensen en avait envers les religions, Aborigènes et d'autres choses...
Des problèmes.
Visiblement il en a pas pour faire un peu, un tout petit peu de rentre-dedans à une survivante qui avait plus de dix ans de moins. Sans réellement savoir qui elle était. Les remords il en a généralement après.


Kézia: " « Voyons, je ne vous laisserais pas dormir là, tout seul... » "

- Une intention si... si touchante.

Ouais. Elle fait le tour du comptoir pour l'avoir bien en face. Sourire et regard en prime.
Mais ou était le piège ?
Forcement il y en a un.
Rien n'est gratuit dans la vie... encore moins dans la survie.
Alors cette clope, il lui allume. Façon "contre le vent" bien qu'il y en ai pas. Ce regard fixe, cette fumée recrachée... puis une nouvelle gorgée. Pffffou pour le mercenaire c'est une attaque frontale. Obligé de répliquer.


Kézia: " « Pour la chambre, je vais vous accompagner si vous voulez. Ce serait dommage de vous perdre. » "

- Ca serait... oui, vraiment dommage.

Clope et nouvelle gorgée lui aussi.
Luck ne la lâche pas du regard lorsqu'il recrache lentement la fumée vers le plafond. C'était quoi le piège bordel ? Et s'il n'y en avait pas ? Parce que là notre Canadien ne sait rien des deux "détails" qui lui aurait fait envoyer un fumigène pour évacuer la zone. Non là il continue de la regarder et termine son verre pour camoufler la salive qui risquerait de couler de ses lèvres.


- Dites moi Kézia...
Vous fumez, vous buvez et vous...
... accompagnez les inconnus dans les chambres d’hôtel ? Ce n'est pas un peu risqué cela de nos jours ? Vous êtes ici depuis longtemps ?


Dernière tentative avant de se mettre des trucs dans la tête.
Pas difficile pour cet homme qui reste qu'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Sam 15 Déc - 12:57
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
On est là à se lancer des regards qui en disent long. C'est fou comme le corps peut parler. J'ai l'impression qu'il a grave envie mais qu'il cogite. A quoi, je ne sais pas trop. Vu qu'il a voulu me payer avec une dent en or il croit peut-être que je suis une prostituée ? Merde, ça me ferait bien chier. Bam ! Sa question me fait penser que je ne me trompe pas. Allez, Kezia ne te vexe pas.

« Ne vous méprenez pas, Luck. Je ne suis pas une pute. Je ne suis pas ainsi avec tous les mecs qui passent. »

Déjà que Tobias a du mal à se faire à l'idée que je ne suis pas une vierge effarouchée, il me tuerait je crois ! Je passe une main dans mes cheveux blonds et tire une latte avant de répondre.

« Je suis arrivée quelques mois après la... la contamination. Certains disent la fin du monde mais je ne suis pas d'accord. Si on se dit ça on part perdants. La fin d'un monde, ok, mais pas du monde. Sinon on se tire tous une balle et on en parle plus. Non, moi je veux vivre et profiter de tout ce qui s'offre encore à moi. »

Cette fois je fais le dernier pas entre lui et moi. Je pose une main sur son torse, là où son tshirt devrait laisser apparaître quelques poils. Je caresse sa peau douce du bout des doigts. Il est musclé, j'adore ça.

« Comme toi. »





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Mer 19 Déc - 11:12
Voir le profil de l'utilisateur

Kezia: " « Ne vous méprenez pas, Luck. Je ne suis pas une pute. Je ne suis pas ainsi avec tous les mecs qui passent. » "

Luck lève un sourcil en se demandant ce qu'il avait pu dire pour qu'elle dise cela.
Quoi que... oui, ça aurait pu être ça.
Lui de son coté pensait plutôt à la sécurité, à celle de cette jeune survivante qui pouvait tomber sur un sale type. Mais il le sait... sa tronche passe plutôt bien avec les autres. Il ne commentera pas.


Kezia: " « Je suis arrivée quelques mois après la... la contamination. Certains disent la fin du monde mais je ne suis pas d'accord. Si on se dit ça on part perdants. La fin d'un monde, ok, mais pas du monde. Sinon on se tire tous une balle et on en parle plus. Non, moi je veux vivre et profiter de tout ce qui s'offre encore à moi. » "

Sourire en coin. Le Canadien hoche plusieurs fois la tête, assez satisfait de cette façon de voir les choses.

- Kezia... le jour ou j'aurais le moral au plus bas, j'irais vous consulter.
Ah ah ah.


Il en rit volontairement puis rajoute:

- Oui enfin... ce qui est bon est plutôt à consommer avec modération.

Possible que ça ne soit pas son cas, la jeune nymphette fiche en l'air une barrière, là, à l'instant. Elle le touche avec ses doigts, sa main. C'était quelques fils de laine qui dépassent qui la gêne ? Non, c'est bien sa peau imberbe qu'elle bafoue de sa peau chaude. Violation de territoire. P'tit frisson garanti dans l'dos.

Kezia: " « Comme toi. » "

Ca venait de passer à l’appellation intime.
Ou était le piège ?
Il n'y avait que des laids et des vieux dans cette communauté ou était-il le plus chanceux des hommes de passage ? Lui ne se permet pas autant en retour... il a encore de trop gros restes de bonnes manières. Alors il laisse faire, ne quittant pas ce petit sourire gêné qui le caractérise tant. On pouvait lui donner dix ans de moins à ce moment là.


- Et... serait-il préférable que je consomme avec modération ?

Il se lève, décale son fusil-mitrailleur qui pendouille et lui scrute les contours du visage en s'attardant sur ses provocantes lèvres. Un vrai plan de film Américain, leurs visages à cinq centimètres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Ven 21 Déc - 14:07
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Consommer avec modération ? Pas trop mon truc ça. Je suis trop jeune pour me contenir ! Encore pire depuis qu'on ne sait pas si on pourra le faire le lendemain. Je le lui fais comprendre en faisant le premier pas. Mais il ne répond pas en gestes. Il va me faire courir ou quoi ? Il se lève, décale son arme, se rapproche un peu. Alors comme dans Hitch, je fais les 5% qu'ils restent. Souffle contre souffle, j'effleure ses lèvres des miennes. Elles sont charnues comme j'aime. Il a une bouche qui appelle au baiser ce mec.

« Pourquoi se retenir ? »

Il faut que je le viole ou quoi ? Je glisse ma main le long de son torse, je m'arrête juste sous le nombril. Je pose mes lèvres sur les siennes, trop envie de les goûter. Voir s'il fait ça avec modération ou s'il me suit dans cette folie.







No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Lun 24 Déc - 8:39
Voir le profil de l'utilisateur
La cigarette rejoint l'un des cendriers du comptoir...
Autant éteindre le feu de ce coté là. Ailleurs ça devient hot. Ils y a maintenant les lèvres de Kezia qui viennent le provoquer comme on provoquerait un enfant en lui mettant une glace devant la bouche.


Kezia: " « Pourquoi se retenir ? » "

Souffle t-elle.
Ouais pourquoi !? Merde quoi, c'est l'amour à la plage ahou tcha tcha tcha !
Luck cherche encore le piège. Non pas qu'il soit laid, il le sait ça... sauf que comme ça, si rapidement, c'est louche quoi. Avait-elle été enfermée depuis des mois ? Un coup de foudre ? Un peu dingue-dingue ? Une grosse envie pressante ? Il est du genre méfiant le passeur.
Sauf que...
Ca reste qu'un homme. Un homme qui pense avec sa queue. Question queue, on lui titille la proximité de la bête en question. Enfin, un appel par une main gracieuse, des doigts fins et coquins. Et ce con ça le fait sourire, ça l'excite, ça lui fait oublier la règle N°9 qui veut de garder tranquille l'animal au repos lorsque le terrain n'est pas sécurisé.


- Oui ça... pourquoi...

Kezia lui retire de la tête le reste de neurones dédiées à la méfiance en déposant ses lèvres sur les siennes. Les yeux loucheurs sont remplacés par des yeux fermés lorsqu'il lui viole presque les lèvres en retour. Une main sur une hanche, l'autre dans le dos. Comme ça, au bar... avec n'importe qui pouvant débarquer. Il la colle contre lui après quelques échanges de salive... la percutant contres les pochettes de tout son attirail militaire. Il avait faim, plus de doute. Bassin contre bassin, ses lèvres quittent un instant cette insultante bouche pour demander à l'oreille:

- Vous me guidez vers... une chambre ?

La dernière petite neurone quittant la tête du blond prie que Bob arrive avant qu'il se mette dans une merde pas possible...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Jeu 27 Déc - 16:30
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Pendant un instant j'ai cru qu'il allait se la jouer en mode non, restons sages. Mais il me rend mes baisers et j'apprécie le goût de ses lèvres sur les miennes. Son corps contre le mien me donne chaud ! J'en ai les tétons qui pointent. Il continue à ma vouvoyer, c'est presque sexy. Je lui prends la main et l'entraine derrière moi pour quitter le bar. On dirait qu'il attend quelqu'un mais personne ne vient. Et tant mieux car ça m'aurait bien mis les nerfs. Pas un chat c'est parfait. Nous passons devant la réception, je prends un pass et l'entraîne cette fois vers les escaliers.

« On n'a laissé qu'un ascenseur en fonction mais il n'est à prendre que si une personne est blessée ou handicapée. »

Ok on a l'énergie solaire et en plein désert ce n'est pas ce qui manque mais on fait un peu attention quand même. Je guide Luck au premier étage. Pas envie de traîner. J'ouvre la porte de la chambre avec le pass, je rentre et attend qu'il fasse de même. J'aimerais qu'il me plaque contre le mur là tout de suite maintenant, mmmm.

la chambre:
 

Les stores sont baissés pour éviter d'étouffer, ça confère une certaine intimité...






No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Ven 28 Déc - 10:21
Voir le profil de l'utilisateur

Et Bob n'arrive pas...
Le Canadien suit la Barmaid. Sagement. Excité. Il a déjà la tête non pas dans les étoiles mais entre ses cuisses. Cependant, pendant l'ascension des escaliers il reprend un peu ses esprits tout en écoutant la précision de la jeune survivante. Ou est le piège quoi ?
Non. Même une fois la porte délivrée avec un pass, personne derrière. Luck se détend à nouveau, entre, referme la porte avec le talon d'une Rangers, décroche la sangle de son fusil mitrailleur, fait quelques pas dans la salle en scrutant les détails et dégrafe les pressions de toutes ses attaches militaires. Son arme principale est déposée sur le coffre avant qu'il n’atteigne les stores. Il écarte un espace avec ses doigts pour regarder dehors puis ira déposé le reste de son équipement sur un des petits fauteuils.
Bien plus léger maintenant.
Il se retourne en direction de Kézia. Sourire.


- C'est... très jolie ici.

Clair que ça changeait de son bus ou des lieux squattés dans le désert.
Voila maintenant qu'il se dirige vers elle, petit sourire, regard planté dans le sien.


- Pourtant dans cette pièce il y a quelque chose de plus...

Hop, le blondinet l'attire à lui, tourne sur lui même avec elle et oooh magie, se retrouve on ne sait comment allongé sur le matelas. Il hausse plusieurs fois les sourcils et lui souffle à l'oreille:

- Vous m'aidez pour cela Kezia ?

Son regard se porte sur ses maudites Rangers.
La blague étant que si elle se met à l'aider à desserrer ses lacets, la blonde perd en retour quelques morceaux de tissu. C'est qu'il faisait tout de même chaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Mer 9 Jan - 22:05
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Après avoir apprécié la chambre et la vue, il m'attire contre lui. Sa poigne m'excite. En un tour de main, il me fait basculer sur le lit. ça me change des post ado, c'est un homme lui ! Que je l'aide ? Je regarde de quoi il parle. Je souris.

« Dans cette position ça va être compliqué... »

J'ai un air très coquin et je le repousse doucement pour qu'il se retrouve dos sur le matelas. Je suis agile je passe sur lui, je me redresse pour le regarder et sentir la bosse dans son pantalon. tout ça est terriblement excitant ! Je fais glisser mes doigts sur son torse et au bas de son ventre, là où le tshirt est relevé et laisse apparaitre sa peau. Je me penche ensuite en arrière pour glisser le long de ses jambes et tirer sur ses fameux lacets. Une première chaussure. Une deuxième. J'ai pris un peu de temps car c'est serré mais j'ai continué de le fixer. Maintenant il peut éjecter ses grolles. Mes mains reviennent vers son ventre.


« Je t'aide aussi à défaire ta ceinture ? »

Mes doigts glissent entre sa peau et son pantalon. Il fait chaud dans cette chambre !




No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
avatar
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 53
Points : 239
Date d'inscription : 06/12/2018
Ven 11 Jan - 4:44
Voir le profil de l'utilisateur

Ploc
Une Rangers au sol...
Ploc
La deuxième Rangers...

Kézia: " « Je t'aide aussi à défaire ta ceinture ? » "

Petit sourire en coin du Canadien. Partant, bien entendu. Faire durer, monter l'excitation... c'était un luxe. Oui ils auraient pu consommer direct en passant cette porte à même le sol ou contre le mur sans même profiter de ce lit propre. Sauf que blondinet préférait prendre son temps avec cette mystérieuse Barmaid qui avait tout aussi faim de lui. Il la laisse faire et l'aide à son tour à retirer le tissu gênant.

Arrive ce qui devait arriver dans la finalité de leurs actions, ils se retrouvent en sous-vêtements. Le tatoué la soulève pour qu'elle le grimpe et lui rapproche le minois pour encore lui goûter les lèvres. Les deux protubérances lui narguent le torse tandis que sa virilité se fait ressentir au bas-ventre. Il ne faisait plus chaud, c'était la fournaise.


- J'suis à bloc...

Pas besoin de lui dire tellement que ça se ressent. Luck ne retire même pas le reste, son engin passe sur le coté de son tissu et se fraye un chemin sur le coté du tissu restant de Kézia à califourchon sur lui. Lorsque le mercenaire glisse en Kézia, ses mains viennent de libérer l'attache du soutien-gorge.
Quel opportuniste le routard de survie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The ROVER
Age : 22
Messages : 213
Points : 1066
Date d'inscription : 20/09/2018
Dim 13 Jan - 22:27
Voir le profil de l'utilisateur

Luck
Sorensen

Kezia
Levy

Don't tell me
Tout s'enchaîne. Ma robe finit au sol elle aussi. Je porte des sous vêtements blancs qui contrastent avec ma peau dorée par le soleil. Je n'ai pas de gros seins, ils sont raccords avec ma morphologie. Je les aime, forme plutôt en poire comme on dit, ils tiennent bien seuls mais j'aime la lingerie. J'adore voir le regard des hommes essayer de deviner ce qu'il y a en dessous. Comme Luck en ce moment. Il bande, ça m'excite encore plus. Je lui souris.

« Il va falloir me montrer ça... »

Il décale ma culotte, je frissonne. Je le laisse me pénétrer, j'ai trop envie de le sentir. Il est beau comme un dieu. Je gémis de plaisir, il est bien monté. Je sens mes seins se libérer. Je le griffe doucement. Je mords sa lèvre inférieure avant de la relâcher doucement et de me cambrer pour lui offrir ma poitrine. Je bouge sur lui comme une danseuse.

« Oh oui... C'est bon... »

Je l'ai pas fait depuis trop longtemps et c'est un homme, un vrai ! J'adore ça !





No one can be saved. We're already dead. All of us.

(c) rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: