/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Les alentours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[5/12/18] Le colis de nuit - Sorensen/Mariano/Jackman
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Lun 10 Déc - 23:48
Voir le profil de l'utilisateur

Trajet de nuit...
Et oui ! Rouler de nuit est une constante chez les passeurs. Ca gommait une partie de la menace pillarde. Pas celle des infectés. Il y a quelques heures, quatre nouveaux clients avaient pris place dans le bus. Neuf colis pour l'équipage de Sorensen.


Zik dans les oreilles:
 

Luck Sorensen qui avait les écouteurs dans ses oreilles...
Le mercenaire était sur le siège arrière juste derrière Kappa le chauffeur. Bob était à sa tourelle, juste devant en hauteur. Un siège arrière tourné vers les sièges des clients. L'habitacle est plongé dans le noir avec pour consigne d'allumer que de faibles éclairages. Pas question de se faire repérer à des kilomètres dans le désert Australien. Kappa allumait les gros phares du bus qu'en cas de doute... se dirigeant sur la route qu'à l'éclairage naturelle de la lune. Je vous laisse imaginer la galère en cas de croissant ou intempérie.

Le blond regarde sa montre, retire ses écouteurs et rejoint Kappa...


- On y est quand ? Je la vois même pas la ville. Le contact, un certain Monsieur Mariano m'a parlé de sa gouvernante et de sa fille en colis. Je ne savais pas qu'on disait encore "gouvernante"...


Kappa: " - C'est'habituel chez'les riches. J'connais les'Mariano sont-ici depuis'longtemps. La'ville est'là. "

Le tatoué plisse les yeux et essaye de voir ce que Kappa voyait et pas lui. Oui là, que des formes dans la nuit. Le bush-man était une vraie mine d'or dans ce pays. Il ne les aimait pas, sauf celui-là au volant. Ce n'était qu'une question de minutes donc... alors Sorensen se retourne vers le couloir.

- Messieurs Dames... excusez moi de perturber votre début de nuit. Nous allons faire une halte rapide en bordure d'une ville en approche le temps de récupérer deux personnes. Merci de rester à vos places.

La route était maintenant encombrée et Kappa n'a pas d'autre choix que d'allumer les phares après le premier choc encaissé par les soudures du pare-choc customisé. Au loin... en approche de la sortie de la ville, il n'y a pas deux mais trois personnes qui se dépêchent dans la nuit à rejoindre un point de rendez-vous. Kappa fait de son mieux pour approcher le lieu mais c'est trop encombré pour faire demi-tour par la suite. L'engin est grand et possède une remorque.

- Kappa gare-toi là... j'vais les chercher à pattes. Entame le demi-tour pendant ce temps.

Puis en hauteur pour Bob:

- Bob, hey BOB ! T'ouvre l’œil, le bon. Flingue pas les clients hein !

C'était con de rajouter cela mais c'était déjà arrivé une fois...
Fusil mitrailleur en bandoulière, l'ex militaire met coup par coup, cran de sécurité sous le pouce et descend du bus. Lunette en place et silencieux fixé, il était prêt en allant en petite foulée vers les clientes. Mais plus il approche, plus il réalise que quelque chose cloche... elles ne sont pas deux mais trois !
Ca c'est d'office une couille dans le potage. Et ça il aime pas.


L’émetteur récepteur du vétéran grésille, c'est la voix de Bob.


Bob: " - Boss, t'as un groupe de fans à tes onze heures. J'en compte entre vingt et quarante. J'te conseille de pas traîner. "

Et MERDE !
Plus une couille dans le potage mais une paire. Pas le temps de débattre du pourquoi du comment de trois personnes au lieu de deux et ni vérifier si elles avaient de quoi payer leur trajet. De toute façon il pourra les jeter de bord une fois plus loin. Alors il prend une décision rapide en s'adressant à elles de loin.


- HEY ! J'suis l'passeur ! Sorensen.
Vous êtes les Mariano !?
Dépêchez-vous y'a une troupe d'infectés en approche !


Pas le choix, il les fera monter dans le bus.
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Mar 11 Déc - 2:03
Voir le profil de l'utilisateur
ELYA

Aucune réaction de la jeune fille... Devenue statue de cire, de la raideur eu teint terreux...
Son père avait beau crié, rien à faire... La première à reprendre ses esprits c'est Catherine. Elya ne la voit pas arriver vers elle, tout ce qu'elle sent c'est une gifle bien sentie.


Catherine: - Petite sotte!
Vas dans ta chambre! Prépares tes affaires pendant que Monsieur essaie de sauver ta peau d'enfant gâté!


C'est à reculons qu'elle part dans la direction de sa chambre. Suivre les ordres. C'est tout ce qu'elle arrive à faire. Une semaine, même un jour avant elle l'aurait insulté la vieille pie, mais maintenant... elle était dans la "vraie vie". Quelque chose venait d'entamer le verre de son univers parfait...

Elle s'assoie en plein milieu de sa chambre, regarde autour d'elle, tout ce qu'elle voudrait prendre n'a pas lieu d'être dans le désert mais lui serait d'un grand réconfort... Elle entend des bribes de conversations, les choses s'organisent, elle entend parler d'argent, de passeur, d'un certain Lou...

Plus tard dans la soirée, c'est son père, légèrement fiévreux qui vient lui parler:


Le père: - ma chérie... Il faut que tu comprennes... Tu vas devoir devenir une femme avant l'heure je le crains, j'aurais aimé que les choses se passent autrement mais voilà.. ta mère est mourante.. et je le deviendrais dans pas longtemps...
Non..Non! Chuuut ne pleures pas... ça va aller...
Écoutes moi bien mon petit ange... On va descendre tous les deux pour dire au revoir à ta mère mais avant je dois t'expliquer ce qu'il va se passer: J'ai pris contact avec Karine, finalement vous ne partirez pas ensemble mais j'ai pu lui extorquer le nom de son passeur, Sorensen, il me semble...
Enfin bref..Je lui ai parlé, j'ai tout arrangé pour toi et Catherine.. Et non! Me fais pas ces yeux là! Tu as 17 ans je ne te laisse pas toute seule, Louisa s'est faite griffer par ta mère, c'est la fin pour nous tous...
Sois forte mon enfant! Je t'aime...


La descente des escaliers est comme descendre une cascade, on sait que la mort nous attend au bout...
Dernières recommandations de Catherine pour les paquetages, et la série des adieux et des larmes commence...


...

LA GOUVERNANTE
...le soir du départ...


- Dépêches toi de finir ton sac! Nous allons être en retard!

Elle regarde la petite gourde qui lui sert de gagne pain, servait... Elle avait des côtés attendrissants mais parfois à claquer au martinet!
Un scintillement autour du cou de la jeune fille, la fait se questionner..


- Qu'as tu autour du cou? Tu veux qu'une fois dehors, ces vils gens viennent nous tuer ou pis encore! pour ce que tu as autour du cou? Fais moi le plaisir de ranger ça sous ton t-shirt!

Elle est dure avec elle... Les alliances de ses parents en souvenir ne pouvaient pas faire de mal... mais il fallait la préparer au pire..

Parce que le pire était à venir...

Vérification de l'extérieur...Elle a peur mais jamais elle ne le montrera à la gamine. Personne à l'horizon et aucun bruit... Elle commence à sortir, en regardant tout autour et surtout la route. Aucun bus à l'horizon... Elle soupire de malaise.
Une fixette d'une seconde de trop sur la route et elle oublie l'autre côté...
Un bruit de pas arrive. Rapide. Proche. De plus en plus proche. Catherine se retourne et voit Lucie, la petite voisine d'à côté, courir vers elle comme une démente.
Ni une ni deux elle referme vivement la porte, qui les protégera peut-être..

Elle peste, encore et encore, elles vont louper le bus! Il n'y aura pas de deuxième chance! Pendant ce temps là, la petite gamine tambourine à la porte en criant à l'aide.
Par Dieu! Elle va nous ramener tous les dégénérés!
Elle lui hurle en retour de partir mais la petite insiste encore et encore, elle hurle, elle pleure et puis... plus rien... Un silence absolu...
La gouvernante entrouvre la porte pour voir ce qu'il était advenu d'elle. Et elle, seule, assise par terre à pleurer et marmonner des phrases incompréhensibles...

Elle a fait ce métier de gouvernante au départ pour aider les enfants... Ce souvenir lui revient en mémoire pour lui adoucir les mœurs et aller de l'avant vers cet enfant. S'en suit une conversation sur le pourquoi du comment. Alors ses parents ont été mordu, ils sont presque morts, elle, tout va bien mais elle n'a nul part où aller, elle attendait un signe de vie quand elles ont ouvert la porte.
A ces paroles, elle entend un chuintement au loin et se rappelle pourquoi elles sont sorties. Elle appelle Elya fermement, remet Lucie sur ses pieds.


- Dépêchez vous mes demoiselles! Courez nous ne pouvons pas laisser passer ce bus!
c'est le bus de notre vie...


Elles courent toutes ensemble vers le point de ralliement avant que la petite ne tombe, Catherine essaie de la relever et elle sent pour la première fois sa peau. Brûlante. Un peu en sueur la petite la remercie d'un sourire.
Elle doit être traumatisée de la mort de ses parents, pauvre enfant...
En courant, elle aperçoit dans la pénombre un homme armé arriver droit devant et lui dire au loin.


Sorensen: "- HEY ! J'suis l'passeur ! Sorensen.
Vous êtes les Mariano !?
Dépêchez-vous y'a une troupe d'infectés en approche !"


Elle lui crie que oui et se met à le suivre en supportant contre elle Lucie et vérifiant toujours si Elya était là...

Arriver devant le bus une seconde d'hésitation avant de monter vers un autre inconnu... Elle fini par monter et y découvre d'autres gens, d'autres enfants, d'autres familles, des humains... des vrais. Elle emmène avec elle la petite pour s'asseoir sur les sièges du fond et enjoint Elya de la suivre.

Elle pose contre la fenêtre le visage luisant de sueur de la petite fille et cherche Elya un instant. Cette dernière toujours au milieu du bus n'est ni assise, ni décidée à bouger. Elle lui fait de grands signes pour lui dire de venir, la jeune fille la regarde dans les yeux sans un mot. Et ne bouge pas. Elle reporte ses yeux sur quelque chose... Du fond du bus elle ne distingue pas de quoi il retourne, elle fixe deux enfants avec... Une touffe de poils? Très bizarre...

Son regard s'en décroche pour regarder autour d'elle comme un corps absent de toute âme. Elle ne bouge pas.
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Mar 11 Déc - 17:12
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Après les échanges d'usages et plus, la famille Jackman avait rejoint le convoi supposé les mener vers le nouvel Eden. Un homme lui avait demandé s'ils étaient bien les Jackman, il avait approuvé et ils avaient discuté un moment. L'homme et sa compagne avaient l'air enchanté. Iris avait fini par cesser ses questions pour observer. Une fois bien installés dans le bus et sur la route, elle avait libéré Einstein qui ne faisait que gratter. Rose s'était accommoder de la situation, elle avait un plaid sur son fauteuil pour qu'il lui paraisse plus confortable. Lily s'était endormie, ses doigts entrelacés à ceux de son époux. Lui, regardait le paysage défiler dans la nuit.

Il y a d'autres passagers à prendre. Lily ouvre un oeil et se redresse, l'habitude du qui vive. Rose espère qu'il y aura un jeune homme de son âge, bien fait de préférence. Iris continue à caresser son familier, à l'affut de son agitation. Elle écoute la façon de communiquer des militaires. Charles a rangé son arme dans un étui, sous leur sièges. Il se tient prêt à aider au besoin. Alors il est venu prendre place à l'avant, non loin de Kappa.
Sorensen sort. Cela ne dure pas longtemps. Trois personnes entrent. Pas de checkin pour l'instant alors Charles il garde un oeil. Hors de question de s'endormir et d'être réveillé, trop tard, par des hurlements. Les trois nouvelles n'ont pas l'air malade mais qui sait.
L'une des survivantes ne prend pas place. Elle fixe un point. Charles suit son regard, il se porte sur ses filles. Rose lui sourit, charmeuse, se disant qu'elle a été reconnue. Iris a un air plus posé. Sans un mot elle se lève et approche doucement de l'adolescente. Comme lorsqu'on s'avance vers un animal craintif. Pendant que Lily se lève à son tour pour aller proposer à boire à la femme et son enfant, qu'elle imagine.
- Salut. Je suis Iris, et voici Einstein.
A son pseudonyme, le familier sort sa tête et renifle l'air vers la nouvelle.
- Il est gentil. Tu veux t'assoir avec nous ?
Tandis que sa petite dernière essaie d'amadouer la gamine, Charles s'adresse aux passeurs.
- On a de la visite sur la gauche.
De nombreux infectés, au vu de leur allure saccadée.
Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Mer 12 Déc - 8:28
Voir le profil de l'utilisateur
Une, deux...
DEUX ! Elle se casse la gueule devant les marches d'un véhicule qui merde à faire sa manœuvre. C'est la troisième qui la ramasse et termine l'extraction. Sorensen reste à l’extérieur, juste devant la double-porte pneumatique qu'avait rejoint le père de famille. En temps normal il aurait pas été autorisé à bouger de son siège... d'ou le manque de personnel du bus. Kappa n'avait pas encore trouvé le bon angle pour terminer le demi-tour et ça en devenait stressant. Bob, de son poste, ne voyait pas plus bas son chef d'engin et décide de commencer à flinguer la meute arrivée à l'arrière du supplément customisé du bus.


SBLAM !!!


La mitrailleuse Browning M2 au coup par coup !
Le projectile tiré par Bob en transperce trois et fait tomber deux autres infectés.
La grande douille rebondit sur la tôle du toit du bus... terminant d’interrompre la proposition d'Iris à celle de son âge restée debout dans le couloir. Le bus fait une légère accélération avant en percutant une voiture gênante. La nouvelle dans le couloir manque de tomber et la panique qui suit convainc Lily de ne pas se lever proposer de l'eau aux deux personnes fraîchement assises.


SBLAM !!!

Nouvelle douille qui rebondit et termine au fond de la tourelle pour rebondir à nouveau et terminer sa course dans le couloir... au pied de M. Jackman. Deux nouveaux handicapés fauchés par le tir de Bob. A chaque tir Sorensen imagine un verre d'eau potable s'envoler. Il a bien entendu Charles sur ce qu'il voit de l'autre coté et continue à marcher à reculons en visant les premiers morfales.

SBLAM !!!

Troisième tir qui en arrache un en deux et transperce de part-en-part la voiture abandonnée derrière et broie le pied d'un retardataire. La douille qui rebondit sur la toiture achève le silence plongé dans l'habitacle. A ce rythme là c'est une bouteille d'eau qui va s’évaporer. Un crissement de tôle sur le par-choc indique l'avancée du bus et le meneur des passeurs grimpe enfin en écrasant une Rangers sur la face du plus impatient des infectés arrivé jusqu'à lui.

C'était moins une...
Enfin, moins trois cartouches de 12.7 !
Coup d’œil à Jackman qui se tenait au poste habituel du blond. Sorensen s'agrippe au tableau de bord et souffle entre les dents:


- Go go go Kappa on sort de cette zone.

Passement manuelle d'une vitesse, l'engin de transport retourne sur la route, s’enfonçant dans la nuit. L’équipage peut se remettre à respirer. Sorensen allait demander à Charles de reprendre sa place lorsque la grosse voix de Bob le coupe dans son élan.

Bob: - Mouvement motorisé à l'Est, des phares... j'en compte cinq, un kilomètre... un kilomètre cinq !

Manquait plus que ça... c'était pas une bonne nuit, vraiment pas. Luck se retourne vers le couloir sur le coté du passage de la tourelle avant.

- Ecoutez tous... n'allumez rien, restez à vos places, enfoncez-vous dans vos sièges. Nous devons évacuer la zone sans se faire voir... les tirs ont attiré un groupe véhiculé inconnu ! Meeeerci.

Des consignes qu'il ne fallait surtout pas rompre.
Pas encore le temps de faire la causette avec les nouvelles, ni parler paiement, ni pause pipi et encore moins se détendre. L'intérieur du bus reste plongé dans le noir et nul doute que tout le monde reste silencieux le temps de...

Le temps passe, la fatigue, le stress, l'heure tardive...
Sorensen est à nouveau sur son siège, derrière celui de Kappa le chauffeur, tourné en direction des passagers. Enfoncé sur ce siège, jambes écartées pour l’équilibre et tenir à chaque secousses du bus, son arme en bandoulière, il s'attend à l'alerte de Bob.

Ca mastique...
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Jeu 13 Déc - 11:22
Voir le profil de l'utilisateur
ELYA

L’intense regard sur le petit animal ne passe pas inaperçu...
Elle fixe cette petite boule de poil avec envie.. ça fait tellement longtemps qu’elle n’a pas vu un animal gentil!
Un rapport d’une seconde avec l’animal qui a tué sa mère, un frisson l’a parcourt...
Elle aimerait touché cette animal chaud avant que quelqu’un l’interrompe.. Sa maîtresse..


Iris: « - salut. Je suis Iris, et voici Einstein.
Il est gentil. tu veux t’asseoir avec nous? »


Avec elle? Elya ne savait trop que répondre, ça faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas eu de rapport humain avec son âge qu’elle n’était pas sure..
Un pas en avant... Un pas en arrière... Hésitation...


...
LA GOUVERNANTE

Mais que fait cette petite sotte!!
Elle est dans le passage et va tomber ! Ou quelqu’un la poussera...

Catherine sent la tête de Lucie de plus en plus lourde sur son épaule..
C’est bien... Elle s’est endormie.. Pauvre enfant.
Le cas de Lucie fini... Elle se repenche sur Elya...
Encore des signes pour venir mais la jeune fille n’en fait qu’à sa tête...

Les balles commencent à partir.. Il était temps qu’elles montent! Le bruit la fait sursauter, puis le deuxième, le troisième... Une armée se dirige vers eux et quand le calme revient... c’est un véhicule... ils ne seront jamais tranquille...
Elle s’inquiète Pour Elya qui parle l’air de rien à une autre jeune fille.
La voyant mine de s’asseoir, elle souffle enfin ... à mi mot...
Elle s’adosse au siège et essaie de dormir. Quitte à ne pas faire de bruit autant se reposer..
Se reposer dans l'angoisse...


...
ELYA

Elle décide de s’asseoir avec la jeune fille, un air perdu, absent collé à sa figure.
Elle regarde les deux tour à tour, elles ont l’air d’être sœur... L’autre très pimbêche à côté de Miss Ventura..

Aux ordres de monsieur Sorensen tout le monde se couche et, peut-être, essaie de dormir la peur au ventre...
Elle ferme les yeux sans pouvoir trouver le sommeil...
Elle s'agite sur son siège, se replace encore et encore, mais des flash arrivent derrière ses paupières... Ses parents, l'attaque,... Tout ça elle le voit en boucle dès qu'elle ferme les yeux. Autant dire que depuis quelques jours elle n'a pas vraiment réussi à dormir...

Elle regarde tout autour d’elle: les gens dorment ou font semblant, transis de peur...
Tête dans le couloir elle observe les passeurs maintenant. Nonchalance et arme au poing... Tout ce qui peut faire rêver...
Ils sont tous des marchandises pour eux, même plus des êtres humains...

Envie soudaine.
Elle se lève discrètement et va vers l’avant du bus. Elle se plante silencieuse devant Sorensen... Elle penche légèrement la tête sur le côté, lèvres entrouvertes.
Obéir aux règles? Pas vraiment son fort...
Elle lui montre d'un signe sa bouche avec un air interrogateur.
Curiosité bizarre et pas forcément bienvenue à ce moment précis...

S’il lui demande de rester cacher ou silencieuse elle le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Ven 14 Déc - 21:06
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Iris a l'air de s'inquiéter pour la petite nouvelle. Elle a l'air traumatisé et du coup complètement larguée. Qui est la femme qui était avec elle et qui ne cherche même pas à la rassurer ? Certainement pas sa mère ou alors une mauvaise mère. La sienne n'aurait jamais eu un tel comportements avec elles. D'ailleurs en revenant à leur place, Iris jette un regard noir à la femme. Elle s'assoit entre sa sœur et la nouvelle, calme malgré ce qu'il se passe dehors. Rose lui prend la main, non rassurée par tous ces tirs et l'annonce de Sorensen. Réactif et bon tireur, c'est rassurant. Iris pose délicatement sa main sur celle de la petite brune et lui sourit. Charles rejoint sa femme, non loin de ses filles. Il fait glisser le fusil entre ses jambes, le sortant de son étui, canon vers le sol, on ne sait jamais. Il lutte pour ne pas s'endormir. Sans doute est il l'un des derniers à fermer les yeux, mais il sombre comme tout un chacun alors que le bus s'est éloigné du lieu de récupération. Le véhicule n'a pas eu l'air de les suivre mais qui peut savoir ?
Il revoit sa regrettée Camelia. La plus souriante. Rousse comme sa mère, avec de grands yeux bleu-vert, des taches de rousseur, une frimousse à croquer et les fossettes de son père. Dieu qu'elle était belle et douce ! Il la revoit courir vers lui petite, adolescente. Puis il la voit courir pour aider le gamin à se relever, elle le pousse devant elle. Des bras décharnés l'attrapent et la tirent à eux. Charles hurle. En réalité des gémissements. Il faut qu'il se réveille.


Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Ven 14 Déc - 22:24
Voir le profil de l'utilisateur
Ils étaient sortis d'affaire ?
Pas de certitude. Les cinq véhicules qu'avait repéré Bob pouvaient eux aussi prendre le risque de rouler phares éteints. Mais pour l'instant la tension retombe dans le bus plongé dans le noir... il n'y avait que quelques loupiotes allumées sur le tableau de bord de Kappa et le bruit du moteur.

Sorensen suit les formes dans le bus, comprend que M. Jackman sort son fusil pour le mettre au sol une fois qu'il retrouve sa petite famille. Pas loin l'adolescente fraîchement arrivée entame une communication avec une des filles, surement Iris. Mais quelques temps après, le petit colis se lève et le rejoint. Quoi, que ? Han ! Elle demande par des signes quand manger ? Et bien petite va falloir attendre. Alors l'ex militaire désigne sa montre et tourne son doigt au dessus et lui offre cinq doigts en retour. Pas difficile de comprendre que ça sera dans cinq heures environ. Tout le monde à sa place...
Calme.
Caaaalme...
C'est mieux ainsi. Cela dure des heures. Plus tard Luck devra remplacer Bob dans la tourelle. Le blond ne résiste pas à l'appel d'une petite sieste et sait très bien qu'il réagira au quart de tour au moindre problème.

Ca mastique...

Cinq clients et quatre autres. Neuf. Neuf gains non négligeables. Puis deux derniers... enfin trois, vu qu'un imprévu venait s'ajouter à l'équation. Douze gains. C'était une bonne course.

Ca mastique...

Aller, pourquoi pas pousser un peu le bouchon en réclamant un supplément pour cette fichue invitée surprise !? C'est vrai ça... y'a des règles à respecter avec les passeurs. Faut marquer le coup ! Et tenez, pourquoi pas un supplément pour la bête de la fille Jackman ! Ca fait treize passagers... ça porte malheur ça non ?

Ca mastique...

Il en rigole dans son semi-sommeil le mercenaire. Lorsqu'on est entre la réalité et le rêve, il arrive parfois de bander mais aussi délirer... un peu comme si on avait bu. Et ça, il aime. A vrai dire Iris le fait bander. Mais quel âge a t-elle ?

Ca mastique...

Mais qui mâche comme ça depuis tout à l'heure !?
Merde quoi, le tatoué a horreur de ça... entendre quelqu'un mâcher la bouche ouverte. C'est au fond du bus et ça passe même à travers le bruit du moteur. C'est dégueu. Okay c'est décidé il se lève. Rien que pour approcher le masticateur et lui faire comprendre que ça stresse. Ca va paraître casse-couilles mais c'est insupportable.


Le Canadien se déplace en silence au milieu du couloir plongé dans le noir.
Il dépasse le couple de jeunes, les Alan et Lisbeth Hanson.
Il dépasse Monsieur Gabert...
Il s’arrête devant le couple Cullpeeper. La mastication irritante provient juste derrière, là ou la vieille et la fille blessée avaient pris place. Un peu à droite sur l'autre rangée de sièges il y avait les Jackman et la jeune qui avait faim, une Mariano.


Le passeur sort sa lampe du ceinturon et éclaire juste au dessus de la tête de Madame Cullpeeper. Sur le coup il croit voir une jeune en train de rouler une pelle à une vieille. Mais la seconde d'après il comprend l'image... c'est bien une jeune qui mange le cou d'une vieille depuis un paquet de minutes.
Comme ça, en silence...
La vieille attaquée au cou, impossible de crier et l'arrêt cardiaque qui a suivi.
Moche, très moche.
Malgré le frisson garantit, Sorensen garde son calme et vient saisir la poignée de son fusil mitrailleur resté en bandoulière. Son pouce met au coup par coup et lève le cran de sécurité. Il en a vu d'autres, son calme est olympien. Le silencieux est en place, avec de la chance ça sera réglé sans même réveiller quelqu'un.


Manque de pot, la créature transformée cette nuit est attirée par l'éclairage et chope la tête de Madame Cullpeeper en mordant et tirant dessus... lui arrachant le cuir chevelu. Un HURLEMENT d'effroi se charge de réveiller tout le monde !!!

Luck tente de pointer la tête du zombie !
Sauf que... Monsieur Cullpeeper réveillé en sursaut par les cris de sa femme voit devant lui le passeur en train de pointer son arme. Son réflexe est de lever sa main vers le canon, déviant le tir !


FLUMP !

Tir de 5.56 en pleine face !
La mâchoire de Madame Cullpeeper saute et la langue s'agite en crachant du sang. Fou de rage son mari sort son arme et commence à viser Sorensen le portant comme responsable. Avouez que certains réveils sont plus tip top que celui là. Pas le choix faut le flinguer. Sauf qu'à l'avant Kappa est perturbé par ce qui se passe à l'arrière et se retourne voir... et roule sur un truc volumineux qui a pour effet de soulever le bus. Sorensen est soulevé sans pouvoir viser le futur mari criminel... qui lui tire par contre trois cartouches !


BAM BAM BAM !

Un vrai dingue de la gâchette !
Si une balle va dans la carlingue, une autre vient se loger derrière l'oreille droite de Monsieur Gabert qui venait de lever la tête. Mort sur le coup, il souffrira pas. La troisième va se loger dans le siège avant. Ouf ?


Le bus dévie lentement.
Sorensen est au sol.
La zombie se dirige vers les Jackman.
La gouvernante est morte.
Madame Cullpeeper, cheveux décalottés, se tient la mâchoire arrachée et crache du sang dans des gargouillis immondes.
Pour une raison encore inconnue Kappa ne semble plus conduire le bus...
Bob passe son torse par le passage de la tourelle et aligne Monsieur Cullpeeper.


BAM !

En pleine tête.
Monsieur Cullpeeper tombe en arrière, tout droit.


Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Dim 16 Déc - 1:57
Voir le profil de l'utilisateur
Autant dire que le passeur n'était pas des plus agréables...
Il comprenait vraiment rien... Peut-être qu'il était débile... En tous cas il en avait l'air..
Elle se demandait s'il était si fiable que ça...

Elya retourne docilement à sa place, un signe de tête en remerciement au supposé père des deux filles, elle se cale un peu contre Iris, la fille bavarde et essaie de trouver le sommeil. Mais le même souvenir revient, et il recommence, sans fin. Son visage se crispe sous la honte, la douleur et la culpabilité.
La fatigue et la douleur l'emporte quelque peu sur le reste, un demi sommeil vient, très vite perturbé par un bruit désagréable, et bientôt des pas qui passent devant elle.
Elle garde les yeux fermés pour essayer de s'endormir profondément.

ça farfouille... ça farfouille... puis.. un cri strident vient la sortir une bonne fois pour toute de son sommeil, elle se retourne sur le qui vive le cœur battant à mille à l'heure comme s'il allait sortir de sa poitrine!

Incapable de bouger devant l'effroi que lui procure cette scène tirée d'un film. Du sang partout, sa gouvernante, son seul point d'attache, est morte... ça grésille dans ses oreilles, elle commence à voir flou, sa tête est froide, tout le sang afflue dans ses jambes... La peur. Elle est morte de trouille devant ce qu'il se passe. Elle voudrait peut-être aider, dire quelque chose, faire quelque, même s'enfuir (où?), impossible. Bloquée sur place.

Elle compte dans sa tête...
gouvernante...11
la nana sans cheveux...10 1/2
... elle tiendra pas longtemps de toutes façons...10
un monsieur... 9
le mari fou...8
...
sa chiarde de voisine...7
la petite conne qu'elle n'a jamais apprécié..

Elle se concentre sur ces chiffres pour pas paniquer plus que ce qui se passe déjà dans son corps. Elle les voit les uns à la suite des autres tomber.
Le passeur à terre... elle le regarde bêtement avant d'apercevoir une image périphérique... Elle lève les yeux...et c'est cette démone qui se dirige vers eux!
Les yeux de plus en plus écarquillés, jusqu'à la dernière seconde elle ne sait pas quoi faire...

Elle regarde Iris, le passeur, les gens qui semblent encore vivants... Une éternité passe pour elle, mais un dixième de seconde dans la vraie vie.
Le fusil du père!
Adrénaline.
Action. Réaction.
Elle avance de deux, trois pas et de toutes ses forces balance un kick frontal dans une rotule qui se retourne. Créature immobilisée, elle crie...


- TIRES!!! MAINTENANT BORDEL!!!

La peur et l'adrénaline auraient annulé son mutisme? Peut-être...
Elle s'adresse au seul près d'elle encore debout avec un fusil. Sa "voisine", une jambe tordue, essayant de se traîner vers eux.
Elle espère qu'il sera rapide...
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Dim 16 Déc - 13:19
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Charles se réveille d'un bond. Il lui faut quelques secondes pour comprendre que ça ne vient pas de son rêve. Tout se passe très vite et dans un premier temps il cherche uniquement à savoir si ses filles vont bien. Sa femme était côté fenêtre et en parfaite santé. Il y avait un contaminé dans le bus ! Qui n'a pas vérifié les passagers ? En même temps, même eux n'avaient pas été examinés. Rose doit penser à la même chose et se dire que ce manquement mérite une ristourne sur le prix de la course. En parlant d'elle, elle s'est mise devant sa soeur, livide mais un couteau dans la main. Prête à la défendre si on leur tombe dessus. Iris a l'air déboussolée, sortie de son sommeil par un cauchemar réel. Charles prend son arme et vise le zombie qui s'approche de lui. Sa femme enjambe les sièges pour écarter ses filles et la petite Mariano (sans succès pour elle). Elle s'en veut. Elle a proposé à boire à la femme et à la petite, son instinct lui disait que la transpiration de la petite n'était pas que liée à la course, mais elle n'a rien dit.
Il change d'avis et prend son fusil par le canon pour utiliser la crosse et l'abattre sur le crâne de cette chose. Le bus n'est pas stable, il ne veut pas risquer de la louper et blesser quelqu'un. Il fracasse le crâne de la gamine.
Charles agit avec rage. Celle de vivre, celle de voir ses filles vivre et ne plus jamais en perdre une. Celle qu'il a contre l'univers de leur infliger tout ça. Il ne s'arrête que lorsqu'il est couvert de sang. Lily cache le spectacle à Iris. Rose pose un regard froid sur la scène. Il règne un silence de mort dans le bus. Charles reprend sa respiration tant bien que mal et se tourne vers l'avant du bus. Pourquoi Kappa roule-t-il si mal ? Il est blessé ? Il faut qu'il aille voir.
- Restez à l'arrière !
Iris repousse sa mère pour enjamber à son tour les sièges et rejoindre le militaire au sol.
- Luck ? Les balles...
Elle cherche où il a été touché.


Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Dim 16 Déc - 20:12
Voir le profil de l'utilisateur
Elya: " - TIRES!!! MAINTENANT BORDEL!!! "

Restait un danger.
La zombie.
Luck est gêné avec son arme instable vu que le bus tangue et fait tas de sauts. Plus de doute derrière lui, à l'avant, Kappa ne conduit plus et l'engin doit se diriger vers le hors piste. Y'avait pas des crevasses dans cette zone ?
Chier...

Alors Sorensen sort son pistolet et recule en glissant sur le dos... espérant aligner la zombie à sa sortie de siège. Vu comment ça bouge et la pénombre, c'était vraiment trop risqué. Chose que comprend le père Jackman et ce dernier y va au corps à corps à l'aide de sa crosse après que sa voisine ait eu le courage de la faire tomber. Assurés le paternel et l'ado ! Mais dans la foulée Iris va vers Luck... Luck qui se cogne au corps de M. Gabert tombé dans le couloir. La petite est déséquilibrée lorsque l'engin se stoppe NET ! Hop sur lui. Il la garde un instant contre lui... le temps que son père termine l'infectée.

De suite le jeune couple se lève et quitte le bus, pris de panique.
Bob termine d'extirper son grand et imposant corps de la tourelle et soulève son partenaire en même temps qu'Iris.


Bob: " - Il allait tirer j'ai pas eu l'choix. "

- T'as fait ce qu'il fallait Bob. J'pense qu'il a rien pigé à la scène. Putain mais comment on peut se trimbaler une infectée comme ça merde !?

Le Canadien était furax du coup des Mariano. Ceci-dit la vieille en avait payé le prix fort. Le mercenaire relâche Iris qu'il dirige vers un siège après une pression sur son épaule... signe de remerciement puis éclaire vers Madame Cullpeeper. Son état était désespéré. Elle semblait ailleurs, choquée, souffrante. Toute sa calotte crânienne pendait en arrière et sa mâchoire pendouillait sur le coté. Les Jackman et la petite Mariano avaient l'air indemnes. Bob la fait passer à l'avant pendant que Luck vérifie que les autres soient bien morts puis va à la portière arrière qu'il ouvre.

- HEY revenez les Hanson !!! C'est terminé !

Avait-il crié au deux formes qui courraient au loin dans le désert.
Faut courir après les clients maintenant ? Quelle merde...
Le tatoué range son pistolet, récupère celui de Monsieur Cullpeeper, va vers le corps de monsieur Gabert et le traîne par les pieds vers l'entrée du bus ouvert par le couple... là ou Bob faisait passer Madame Cullpeeper.


- Kappa nous faut de l'aide... pourquoi t'as sorti le bus de...

Kappa ne répond pas. Il est affalé sur son volant, yeux fermés, comme s'il dormait. Luck relâche le corps et éclaire son ami. Il y avait une tache dans le dos. Merde... la balle de l'autre abruti l'avait tué.

BAM !

Bob venait d'achever Madame Cullpeeper.

- Mais merde Bob pourquoi t'as fait ça ? Kappa est mort et...

Bob: " - Je sais j'viens d'le voir. Et elle... elle a été mordu. Seul truc à faire. J't'avais dit que j'étais contre les armes aux clients. Regarde c'que ça donne. J'vais sortir les deux aut'corps. Récupère les gains hé !

Il avait pas tort le grand chauve. Ca faisait chier de réaliser qu'il s'était relâché. Kappa était mort maintenant. Luck sort le corps de M. Gabert et celui de Kappa pendant que Bob sort ceux de la Zombie, M. Cullpeeper et la vieille Gouvernante. Valait mieux ne pas faire chier les deux passeurs pendant ce temps, ils en avaient gros.

Bob: " AIE !"

Quoi encore !?!
Bob venait de glisser sur la marche du bus à cause du sang... et s'était planté un morceau d'os de la vielle dans l'avant-bras. Il le retire et le montre à son ami. Quel accident de merde !


Bob: " COUP'LE LUCK ! Vite, coupe moi l'bras ! Merde fais vite !"

Le barbu coince son bras sur la marche du bus et Luck sort son couteau. Pas le temps de chercher une arme blanche plus grosse. Le temps comptait, c'était une histoire de secondes. Le mercenaire n'hésite pas et frappe de sa lame l'avant-bras du colosse qui hurle à travers ses dents serrées.

Bob: " AAAAH ! Plus HAUT MERDE, plus HAUT ! "

Son bras avait trop de muscles, c'était super chiadé à couper avec un couteau, même un de cette taille. Luck Sorensen frappe encore et encore et ENCORE !
Le bras reste sur la marche... le corps de Bob tombe à la renverse devant l'entrée du bus. Son ami n'avait pas résisté au choc. Mort.

Le passeur remonte dans le bus et sort son pistolet et vise la petite Elya Mariano.
Colère, choc, se sentant seul, ses deux derniers amis morts... le blond reporte tout sur la survivante.


- Petite... viens par là.
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Mar 18 Déc - 1:55
Voir le profil de l'utilisateur
Coup de crosse du père encore et encore, comme si sa vie en dépendait - et c'est le cas-... Du sang lui gicle partout, heureusement elle arrive à se protéger le visage, il n'y a que les vêtements qui prennent.
Elle continue de compter dans sa tête en inspirant et expirant profondément pour se calmer.
Elle n'avait pas compter les trois mercenaires...
Retour à 10...
le couple...8
le conducteur...7

Après sa fin tragique de tête explosée par terre, la voisine laisse enfin du répit aux autres passagers...
Un peu plus calme pendant les sorties des corps et la fuite du couple. Elya se détend légèrement se perdant un peu dans ses pensées...
Elle hésite sur laquelle... L'horreur de la scène? Les bouts de cervelles sous les fauteuils? Combien de temps elle va mettre pour nettoyer tout ce sang?...

La jeune fille est très vite coupée par le bruit sourd du corps de Bob qui tombe par terre.
Elle se retourne, pendant ce moment, elle n'a pas trop envie de voir ce qu'il se passe..., et demande à Iris, en montrant aussi du menton le reste de sa famille, si tout est ok pour elle. Machinalement, elle retourne dans sa position initiale pour voir Bob se faire découper le bras.
Devant l'acharnement du passeur à couper le bras de son ami, la petite mis vite sa main devant sa bouche en détournant les yeux, une subite envie de vomir l'a pris. Heureusement ça ne dépassa pas sa gorge...
Finalement, l'homme, mort tombe du véhicule..
Bob...6...
Les dix petits nègres façon survie...

Elle reste dans les vapes quelques instants en regardant tout le sang dans le bus, les corps dehors, elle réalise vraiment ce qu'il vient de se passer... Un peu sous le choc elle ne voit pas monsieur Sorensen remonter dans le bus et la viser. C'est à peine si elle entend qu'il lui parle...


Luck: "- Petite... viens par là."

Elle lève lentement la tête vers lui, d’effroi ses yeux s'agrandissent devant le pistolet et le regard meurtrier du passeur. Instinctivement elle recule et bute contre un siège. Elle ne peut ni reculer, ni avancer, ni se cacher...
C'est avec peur et incompréhension qu'elle lui répond.


-NON! Elle secoue la tête pour appuyer ses dires.
Non! Je viendrais pas! J'ai rien fais!
Non! T'as pas le droit!


Peur.
De moins en moins convaincue par ce qu'elle disait, en même temps être dans le viseur n'est pas toujours chose aisée...
Elle se protégeait le visage avec le plat de la main, chose inutile mais pur réflexe humain.

Elle n'avait rien à voir dans cette histoire.. si elle avait pu laisser la gamine pourrir sur place elle l'aurait fait. Et maintenant ça lui retombe dessus! Non mais pour qui il se prend!
Indignation.

Il avait qu'à les vérifier! Il a pas fait son job c'est tout! Et c'est elle qui paye les pots cassés...
Putain... une merde noire ... c’était exactement l’image de ce moment. Ça sentait la mort et la peur partout avec un nuage d’adrénaline au dessus de tout ça ...
La peur ,ça elle la sentait malgré toute l’indignation qu’elle a au fond d’elle , elle ne pouvait négliger qu’une balle pouvait sortir à tous moments du canon ...

Ses yeux se remplissent de larmes , elle craque sous la pression...
...:
 
Elle tombe à terre et se cache la tête dans les mains, même à travers elles des larmes arrivent à passer.


- j’ai rien fais moi.. j’y suis pour rien...

Un filet de voix à peine audible sort de ses lèvres dans une ultime tentative de sauver sa vie ...
Ultime action. La jeune fille baisse les bras et lève vers lui son visage baigné de larmes espérant juste rester en vie...
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Jeu 20 Déc - 11:24
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.

Iris n’écoute pas et veut s’assurer que Luck n’est pas en train de mourir à son tour. Déséquilibrée par les mouvements du bus puis son arrêt soudain, elle tombe sur lui. Elle s’excuse de peur de l’avoir blessé encore plus, rougissant de cette proximité. Ce sont les bras costauds de Bob qui les relève tous les deux. Près d’eux un couple de jeunes s’enfuit sous l’effet de panique. Iris accueille le câlin rapide de Sorensen sans broncher, réalisant qu’il avait certainement un pare balles. Ça la soulage. Elle lui sourit puis s’assoit sur le siège pour laisser les adultes se déplacer. Son père est allé voir Kappa. Il est mort. Balle perdue. Il soupire, désolé pour cet homme qui avait l’air sympathique. Il aide ensuite ses femmes à sortir du bus comme tous les autres, il s’assure qu’elles vont bien. Rose veut lui parler, il lui fit signe qu’il sait ce qu’elle veut dire et que ce n’est pas le moment. Les militaires sortent les corps et réalisent alors que leur collègue est mort. Ils se prennent la tête, les Jackman restent un peu à l’écart. On ne sait jamais ce qu’il se passe dans la tête des gens. Il prend le bout de tissu que sa femme lui tend et s’essuie le visage. Iris fait signe à sa nouvelle copine que ça va et d’un regard lui demande comment c’est pour elle. Après tout, ces deux femmes étaient peut être de sa famille. C’est horrible.
D’ailleurs, comme si la situation ne pouvait être pire elle le devient. Tous les regards se tournent vers Bob. Il s’est blessé. Comment ? Lily porte la main devant sa bouche étouffant un petit cri qui veut dire non, pas ça. Se faire avoir aussi bêtement. Ça aurait pu arriver à chacun d’eux et c’est vraiment trop bête. Iris s’éloigne et leur tourne le dos, les mains sur les oreilles. Sa sœur la rejoint aussitôt pour la prendre dans ses bras. Lily est toute pâle mais s’approche d’eux.
- Laissez-moi vous aider.
Mais sa voix est couverte par les cris du militaire. C’est une boucherie. Bob meurt d’un arrêt cardiaque. Charles tire sa femme vers lui. Enfoncés un peu plus dans l’horreur, ils observent le dernier péter les plombs et pointer son flingue sur la gamine qui accompagnait la contaminée. Ils sont dans le bus et la petite se défend. Charles n’attend pas, mais c’est sa femme qui monte la première le prenant de court. Elle espère que Sorensen se calmera plus facilement face à une femme. La gamine est morte de peur, logique.
- Luck, je vous en prie. Luck, regardez-moi s’il vous plait.
Elle s’approche de lui, mais pas trop pour ne pas l’oppresser. Charles n’est pas loin même s’il est conscient qu’il ne pourrait pas faire grand-chose s’il lui prenait l’envie de tirer sur sa femme. Il serre les fesses.
- Luck, c’est une enfant. Vous avez bien vu que cette femme ne se préoccupait pas d’elle, ce n’était pas sa mère j’en suis certaine. Cette petite n’était sans doute pas au courant de ce qu’elles cachaient. Nous étions tous fatigués, nous avons tous commis une erreur et la tuer ne changera rien. Elle est innocente. Luck, s’il vous plait. Occupons-nous de vos amis.
La porte arrière toujours ouverte laisse apparaître Iris et Rose. La première fixe Sorensen les yeux brillants, elle secoue la tête doucement pour dire non.


Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Ven 21 Déc - 1:18
Voir le profil de l'utilisateur
Madame Jackman avait voulu aider pour l’amputation d'urgence mais c'est Bob lui même qui lui avait fait signe de la main de reculer, entre deux cris. En fin de compte, le cœur du colosse Australien n'avait pas tenu.

C'est encore elle par la suite qui monte au créneau tenter de calmer le passeur qui pointait son arme de poing sur la jeune survivante vers qui Sorensen remettait tout. Sur qui pouvait-il se défouler ? Lui même ? Non, il se refusait à cette idée... remettant entièrement cette catastrophe sur ce qu'il n'avait pas pu maîtriser.
Cette anomalie de départ sur le nombre de colis, la fuite de zone en urgence, la nuit, les phares au loin, rester dans le noir... remettre à plus tard les vérifications à cause de tout cela. Bob avait raison, il s'était relâché... à l'image de laisser les armes aux clients. C'était pourtant la règle N°8.


La Mariano: " - j’ai rien fais moi.. j’y suis pour rien... "

Il avait envie de lui hurler COMMENT CA T'AS RIEN FAIT !? Mais il se contente de la pointer, hésitant à la flinguer. Mais elle était là, à genoux devant lui... se protégeant un visage qu'il n'avait toujours pas vraiment vu. Il n'y avait que l'éclairage naturel de la lune qui filtrait.

Lily Jackman: " - Luck, je vous en prie. Luck, regardez-moi s’il vous plait. "

Là, juste derrière lui, elle était montée aussi.
Puis au fond, deux têtes se montrent, le Canadien devine les visages d'Iris et sa sœur. Il allait tout de même pas abattre l'ado devant cette famille ! Il avait tant de colère, tant de frustration à sortir là, d'un coup. Ses anciens partenaires morts puis maintenant Kappa et Bob. Plus de deux années de survie commune partie pouf comme ça. Ca faisait mal, très mal.
Le tatoué oppose sa main gantée libre en arrière, vers Madame Jackman. Il continue à fixer la petite Mariano.


Lily Jackman: " - Luck, c’est une enfant. Vous avez bien vu que cette femme ne se préoccupait pas d’elle, ce n’était pas sa mère j’en suis certaine. Cette petite n’était sans doute pas au courant de ce qu’elles cachaient. Nous étions tous fatigués, nous avons tous commis une erreur et la tuer ne changera rien. Elle est innocente. Luck, s’il vous plait. Occupons-nous de vos amis. "

La mère Jackman insiste... elle avait pas tort. Luck se souvient que la vieille s'était isolée avec la "malade"... laissant cette ado seule au milieu du couloir. Possible qu'entre l'appel du père Mariano et leur arrivée au bus il s'était passé quelque chose d'inconnu à cette fille. Alors L'ex militaire lève son arme, serre les dents, range son pistolet dans son holster et va soulever sous le bras la Mariano.

- Viens par là toi ! Tu as entendu Madame Jackman ? On va s'occuper de mes amis.

Ne la lâchant pas, le passeur entraîne la jeune vers la sortie du bus en passant devant les parents des filles. Plus de la moitié des occupants de l'engin étaient morts mais deux seules importaient l'homme. Il arrive avec elle devant un des coffres extérieurs et l'ouvre pour en sortir une pelle qu'il tend à sa cible du moment.

- Tu vas creuser deux trous. Que deux.
Toi et moi ce n'est pas terminé, je vais revenir, on en reparlera. Tu as bien entendu gamine ?


Sur ce, il lui laisse la pelle, récupère les clefs du bus, range les armes de ses coéquipiers dans un coffre fermé à clef puis tend l'arme de monsieur Cullpeeper à madame Jackman.

- Madame Jackman... pour votre sécurité et celle de vos filles. Je dois vous emprunter votre mari.

Puis en se retournant vers Charles.

- Monsieur Jackman, j'ai besoin de vous pour retrouver les Hanson. Ils ont laissé leurs sacs ici, ils n'ont aucune chance de survivre dans cette zone vide de tout... sauf de crevasses ou pillards.

Allait-il accepter ? Elya allait-elle creuser deux trous ? Dans quel état d'esprit étaient les deux sœurs ? Jusqu’où avaient couru les Hanson ?
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Ven 21 Déc - 15:53
Voir le profil de l'utilisateur
Le regard d'Elya se déporte du fou au flingue pour se poser sur la femme, cette femme qui essaye de la sauver, si elle n'était pas aussi fière et choquée elle aurait couru dans ses bras. Ce n'est pas comme si elle avait eu une présence maternelle des plus sereine pendant ces dernières années...
La magie féminine opérant tout de même, elle remarque le passeur rangeant son arme avec regret. Regret qu'elle accepte quand même avec un soulagement et soufflant un bon coup. Malgré tout, ses larmes redoublent sous le relâchement de pression et une pointe de peur se fait sentir quand Mr Sorensen se dirige vers elle et l'empoigne sous le bras.


Luck: "- Viens par là toi ! Tu as entendu Madame Jackman ? On va s'occuper de mes amis."

Elle essaie de résister un peu, de se débattre pour qu'il la lâche, il lui fait mal à la tenir comme ça ce con! Triste à dire mais elle se dit qu'elle aurait du enfermer ses parents quelque part ou même demander à les tuer... Elle aurait pu vivre dans cette maison et jamais rencontrer cet abruti fini... Pas très fini d'ailleurs... un fou de la gâchette... Génial!

Luck: "- Tu vas creuser deux trous. Que deux.
Toi et moi ce n'est pas terminé, je vais revenir, on en reparlera. Tu as bien entendu gamine ?"


Elle va creuser? Et puis quoi encore?! Elle manque de tomber du bus, il est brutal et n'a aucune considération pour quoi que ce soit... Et surtout pas pour elle!
...:
 
Elle lui lance un regard emplie de tout le mépris qu'elle peut avoir pour lui quand il lui donne une pelle. A l'entendre, elle n'enterrera que les deux montagnes sur pattes qui lui servaient "d'amis".
Elle jette un regard suppliant à la femme, peut-être qu'elle l'aidera encore une fois... Elle n'avait vraiment pas envie de crever... et pourtant, elle allait bien être obligée de le faire si elle voulait rester en vie.

Elle attend qu'il parte avec ou sans le monsieur, et elle commence à creuser un peu plus loin.
Un coup de pelle...
Deux coups de pelle...
Trois coups...
Il court, il court...
La fatigue ou l'émotion, elle se met à chantonner à chaque pelleté.
Dix coups de pelle...
Onze coups de pelle...

Il est passé par ici...
Quinze coups de pelle...
Il repassera par là...

Et elle creuse encore et encore en murmurant cette comptine qui peut annoncer une fuite, un danger arrivant...
Elle creuse, elle creuse...
Et un trou de fait! Elle passe au deuxième...
Un petit mètre de profondeur... Elle pourrait même y pousser le passeur...
Une petite idée qui lui traverse l'esprit à la vitesse d'une flèche... Sourire un peu dément sur le visage...
Personne ne la voit ni ne peut savoir ce qu'il se passe dans sa tête et ça.. elle apprécie!! Autant occuper son temps avant que le connard ne revienne....
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Dim 23 Déc - 21:19
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Ils ne sont pas passés loin de la catastrophe. Ou plus précisément du massacre total. Charles ne se détend que lorsqu'il voit Sorensen ranger son arme. Il se doute bien que sa colère ne va pas de dissiper en un claquement de doigts. Certes il n'a pas perdu son enfant mais ces hommes étaient proches de lui. Même si chacun a appris à perdre du monde, il n'en reste pas moins que les étapes du deuil restent toujours à faire. La colère est l'une d'elle.
Ils sortent du bus, le militaire file une pelle à l'adolescente et lui ordonne de creuser. Une tache ardue mais elle doit s'estimer heureuse vu ce qu'il projetait de lui faire un peu plus tôt. Pas certain qu'elle le réalise vu le regard qu'elle lui lance. Cette fois, aucun Jackman ne s'en mêle. Le père n'est pas le plus fin psychologue, sa femme en revanche a l'air surprise de cette réaction. Pour une enfant qui pleurait à chaudes larmes deux minutes plus tôt et là qui a la posture d'une rebelle. Elle met ça sur le compte de l'émotion. Ses filles sont à l'écart et se tiennent la main. ll n'y a qu'une pelle, impossible d'aider la dernière venue.
C'est alors que Sorensen veut rattraper les deux jeunes en fuite. Egoïstement, il les aurait bien laissé mais il accepte. Il embrasse sa femme et lui promet que ça ne va pas durer longtemps. Il suit Luck.
Pendant ce temps, Lily ramasse une des armes laissées sur place et monte là où se tenait Bob afin de surveiller les alentours. Rose et Iris s'approche de la gamine qui chantonne.
- Tu sais que dire merci à ma mère ne t'aurait pas arraché la gueule.
Iris regarde sa sœur surprise. Même si en y repensant elle n'a pas tort. Si la petite brune a eu l'air de vouloir faire amie-amie avec la nouvelle, ce n'est pas le cas de Rose qui la regarde avec mépris.
- C'était qui pour toi ? Tu ne savais pas que l'enfant était infectée ?
Iris lui parle sans l'agresser, cherchant à comprendre.

De leur côté les deux hommes sont à la recherche des Hanson. Charles attend quelques minutes que la tension soit un minimum redescendue pour demander :
- Vous comptez faire quoi avec cette petite ?
Il écoute la réponse quand soudain un cri. Venant d'une centaine de mètres sur leur droite. Ceux d'un homme paniqué et d'une femme en grande souffrance. Charles s'élance. Seule la lune les éclaire. Dans le désert ils aperçoivent le fiancé qui donne des coups de pied à un animal. Il y en a plusieurs et ils s'en prennent à sa fiancée. Vu ses cris et sa position au sol, soit ils sont infectés soit ils ont vraiment les crocs. Charles a déjà vu des animaux contaminés. Ils ne meurent pas, ils ne deviennent pas zombies. Sa femme dit qu'ils agissent comme des porteurs de rage. Ce qui ne vaut gère mieux vu qu'ils sont toujours en forme. Il jette un regard à Sorensen.
- J'ai peur de mal viser. Tu penses qu'un tir en l'air va les effrayer ?
Tirer sur un infecté et des cibles en mouvement, il y a une marge. Au passage le vous a sauté, ils sont dans la même merde après tout.
En réalité les animaux sont dingos. D'excellents chasseurs et pas de la région. Ils ne sont pas infectés mais ils sont affamés.


Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Dim 23 Déc - 23:52
Voir le profil de l'utilisateur

Des pleures...
Et de la résistance. Elle tente même de se débattre. Elle la veut cette balle, c'est pas possible ! Sorensen est loin de s'imaginer toutes les saloperies qu'elle pense sur son compte et fort heureusement puisqu'il ne lui aurait laissé aucune chance. Une erreur ça arrive parfois par hasard... alors que l'ingratitude est une maladie difficile à guérir. Lorsqu'elle lui jette un regard de mépris, il hésite à lui coller la pelle au le visage. Pour beaucoup de choses, l'âge n'est pas une excuse pour le Canadien.


Celle-la il la classe dans les irrécupérables.

Mais le passeur est maintenant bien plus inquiet pour les Hanson.
Pour qui va t-il passer s'il ne ramène pas plus de la moitié des clients ? C'est direct une réputation de merde dans le pays... et encore, ils n'étaient pas encore sortis du merdier nocturne. Le père Jackman embrasse sa femme et le retrouve pour donner un coup de main. Bon point pour l'acteur, il lui fera un prix en retour.


Le tatoué n'entend pas le chant et ni les remarques de Rose. heureusement pour une... malheureusement pour l'autre. Là il est à scruter les environs et grimper sur les reliefs avec Charles pour capter le couple. Peut-être pensent-ils que Bob allait tous les tuer. Dans la panique les gens font n'importe quoi. C'est alors que l'ex VIP lui pose une question.

M. Jackman: " - Vous comptez faire quoi avec cette petite ? "

Arrêt subit.
Tout en continuant à scruter les environs arme au poing, Luck tente de se mettre dans cette optique de "suite" avec le cas de l'ingrate. Il secoue un peu la tête et émet un son d'exaspération avant de dire:


- Je ne sais pas...
La laisser sur le bas coté de la route en repartant ? Imaginez ma frustration...
Aller... en repartant de Yulara je me rends au Dôme pour la vendre. Ca sera ça de gagné.
Déjà à notre retour elle ira nettoyer tout le sang sur le sol du bus, je verrais ensuite. Elle a intérêt à avoir de quoi payer sa course.


Il était toujours aussi remonté le blond. Il reprend la marche lorsqu'un cri les attire dans une direction. Ils s'y rendent et constatent qu'une centaine de mètres les séparent. Trop loin pour intervenir au corps à corps et le problème est animal. AIE !

M. Jackman: " - J'ai peur de mal viser. Tu penses qu'un tir en l'air va les effrayer ? "

Raté pour ça, trop long à retirer le silencieux de son arme et vérifier. Par contre Sorensen n'est plus dans un bus qui tangue de partout, il a les Rangers bien au sol et le tir est sa spécialité. Sans répondre à Charles, Luck épaule son fusil mitrailleur qu'il met au coup par coup et se met à flinguer les bêtes en comptant sur ses acquis et sa lunette de sniper.

FLUMP FLUMP... FLUMP... PLUMP

1/ Il reste deux bêtes mais un des tirs a tué un des Hanson.
2/ Toutes les bêtes sont tuées mais un des Hanson se prend une balle.
3/ Pas de bavure mais il reste deux bêtes.
4-10/ Confirmation que ce Canadien est un très bon tireur de nuit sur cibles mouvantes avec risque de bavure.

Revenir en haut Aller en bas
Until Dawn
Age : 0
Messages : 155
Points : 466
Date d'inscription : 20/09/2018
Dim 23 Déc - 23:52
Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Luck Sorensen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 10' : 7
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Dim 30 Déc - 22:42
Voir le profil de l'utilisateur
Concentrée dans ses pensées la jeune fille n'entend pas les deux sœurs s'approcher d'elle. C'est à la prise de parole de la plus grande qu'elle s’arrête net de creuser et penser.

Sœur: "- Tu sais que dire merci à ma mère ne t'aurait pas arraché la gueule. "

Hmmm? Pardon? Elle ouvre grand les yeux devant cette phrase. Elle fixe cette rousse quelques secondes et prend une grande inspiration avant de lui répondre.

hmmm...what??:
 

- Mais de quoi je me mêle?? T'as levé le petit doigt pour m'aider? Non je crois pas. Alors tes leçons de morales tu peux te les mettre où je pense! T'as trouvé que j'avais eu le temps de remercier ta mère entre le moment où j'étais dans la ligne de mire de l'autre taré et quand j'ai du lui fabriquer un cimetière? Alors chaque chose en son temps! Ça "t'arracherait la gueule" d'être un minimum aimable? Même ta sœur est choquée de tes paroles de pimbêche méprisante alors redescends un peu dans ton ego de starlette ratée!

Elle voit rouge devant cette peste imbue de sa personne. Elle se demande si elle va arriver à se calmer avant le retour du tyran/petit pois dans le cerveau... A ce moment là c'est Iris qui se met à parler doucement et gentiment. A tel point qu'Elya failli ne pas l'entendre.

Iris: "- C'était qui pour toi ? Tu ne savais pas que l'enfant était infectée ?"

Elle se radoucie devant un peu de compréhension. Elle baisse les épaules et souffle tout l'air contenu dans ses poumons. Elle n'avait même pas remarqué à quel point elle était tendue. Elle lui esquisse un faible sourire oubliant presque la mégère.

- C'était la fille de mes voisins une petite gâtée et surprotégée. La "dame" avec moi c'était ma gouvernante que j'aimais pas vraiment mais j'ai pas eu le choix, à la mort...

Elle hésite quelques instants à raconter son histoire. Elle se reprend.

- ...De toutes les personnes qui étaient chez moi c'était la seule capable de m'accompagner quand on a fait appel au passeur. Et la gamine est venue avec nous parce que ses parents sont morts et elle n'avait pas d'endroit où aller. J'ai pas eu mon mot à dire pour ça non plus... Catherine a eu pitié d'elle et l'a emmené avec nous... Si ça ne tenait qu'à moi j'aurais pas accepté...

Elle fait une petite pause, les yeux dans le vide en repensant à ce moment qui à changer sa vie une fois de plus... Elle ne sait même pas si dans 24H elle sera toujours en vie...
Elle relève les yeux vers la plus jeune des sœurs...


- Iris... C'est un joli prénom, je ne me suis jamais présentée finalement.. Moi c'est Elya...

Elle lui tend la main. Un peu solennel comme manière de se présenter mais vu les événements valait mieux être prudent sur la politesse.
Après la "gentille" discussion avec les deux sœurs elle regarde au loin pour voir si l'associable est prêt de revenir, jugeant que non, elle plante sa pelle dans la terre et se dirige vers le bus et rejoint la femme.


-Hmm...Mme Jackman? Excusez moi de vous déranger... Je .. Je voulais vous remercier pour tout à l'heure...

Elle baisse un peu la tête et joue avec ses cheveux...

-...sans vous je ne serais plus là... Et pour ça... merci énormément...

Gênée par cette démonstration elle s'en va sans attendre de réponse et retourne à ses trous. Il lui en reste un à finir et elle se dit qu'elle a intérêt à ce qu'elle ait fini avant que le consanguin revienne...
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Sam 5 Jan - 18:24
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Charles écoute Luck à propos de ce qu’il compte faire de la nouvelle. Il essaie de se mettre à sa place, ce n’est pas chose aisée. Sauf s’il commence à imaginer qu’une de ses femmes aient été victime de l’erreur commise. Là, il aurait été sans pitié, ne cherchant pas à savoir si elle connaissait l’état de celle qui l’accompagnait. Il faut dire que le comportement proche du spectre autistique de l’adolescente n’aide pas à avoir de l’empathie pour elle. Alors il hoche la tête pour faire signe qu’il comprend et qu’il ne se mettra pas en travers.
Voilà que la situation ne s’arrange pas : ils retrouvent le couple enfuit aux prises de chiens. Non des dingos. Ce qui ne change pas grand-chose au problème : ils sont dangereux. Pris dans le feu de l’action, Charles tutoie le mercenaire. Il sait tirer mais pas assez bien pour atteindre une cible mouvante de nuit, qui plus est, en train de se battre. Et animale donc morphologie différente. Sorensen se met en position, l’ancien acteur ne le gêne pas. Il surveille pour qu’ils ne soient pas surpris par autre chose.
Les bêtes tombent une à une. Mais lorsque la dernière rend l’âme, il n’y a plus de cris. Jackman reste un moment sans bouger avant de s’approcher vers le jeune couple. Lui, tient sa fiancée dans ses bras. Il est blessé ou bien il n’y a que son sang à elle, difficile à savoir. Il s’attarde sur les corps des chiens, pas de bave, pas d’œil jaune, à priori sains. Lui vient en tête que ça ferait de la viande. Report de son attention sur la jeune femme.
- Respire-t-elle encore ? Ils ont l’air sain, alors on pourrait la soigner.

Pas question que le type se fasse la malle ou qu’ils le supplient de les suivre, ils ont d’autres chats à fouetter.

Côté femmes.

Rose a fait part de son franc parler et ça ne plait pas à la nouvelle qui se retourne avec véhémence. La grande rousse la toise sans broncher, si ce n’est ce léger soubresaut de ses lèvres, indice qu’elle se moque de son interlocutrice.
- C’est qu’elle a une langue en fait ! J’espère que t’es prête à l’utiliser pour lécher le cul du militaire sinon je me ferais une joie de l’aider à te foutre un coup de pelle.
Elle lève le menton pour la regarder de haut un peu plus.
- Ma sœur a toujours aimé les causes perdues.
Ce qu’Iris confirme en lui posant des questions. Même si elle a aussi été surprise que l’adolescente n’ai même pas un regard pour celle qui a plaidé sa cause, elle trouve toujours de circonstances atténuantes. Rose les laisse parler et se rapproche de sa mère tout en gardant un œil sur sa cadette. Iris enregistre et pèse chaque mot pour comprendre la fille face à elle. Chacun d’eux est indice. Elle a un sourire triste en entendant les dernières paroles, la nouvelle est aussi dure que Rose qu’elle paraissait ne pas comprendre un peu plus tôt. Ça promet.
- Elya, c’est joli aussi. Hébraïque si je ne m’abuse. Nous, on a toutes des prénoms de fleurs.
Voilà qui finit par détendre l’ambiance. Elya rejoint alors Lily, sous le regard de ses filles, chacun différent. Lily se retourne. Elle sourit à la gamine.
- Appelle moi Lily.
Pas le temps de dire plus qu’Elya retourne à sa tâche. Rose plisse les yeux devant une lueur au loin.
- Maman, il y a une voiture !



Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Sam 5 Jan - 22:03
Voir le profil de l'utilisateur

Nord, Est, Ouest, Sud...
Sorensen regarde partout, de tous les cotés lorsqu'il rejoint le couple avec M. Jackman. C'était terminé, pas d'autres bêtes dans la zone sous le faible éclairage de la lune. Entre chaque tir le Canadien avait prié que l'acteur n'utilise pas son fusil... ce qui aurait fait bouger les cibles. C'était une affaire réglée pour ce qui est de la menace directe. L'autre souci était l'état de la jeune mariée Hanson. Le père de famille lui demande si elle respire encore... c'est le cas mais saigne beaucoup.


- Monsieur Hanson merde mais pourquoi avez-vous couru aussi loin ? Votre femme elle est...

Le blond remet le cran de sécurité de son arme, sort sa lampe et éclaire le couple. Des blessures de défense pour lui et de sacrées blessures d'attaque sur elle, surtout aux jambes et avant-bras.

M. Hanson: " - Ca... ça tirait de partout... et cette femme là... les cheveux arrachés, sa mâchoire... "

Ils avaient été terrifiés et craignaient de se faire tuer. Les passeurs n'ont pas une bonne réputation.
La vision de la blessée grave avait juste rajouté de l'huile sur le feu.


- J'comprends Monsieur Hanson. Ecoutez... faut se reprendre, maintenant ! Déchirez une partie de vos vêtements et bandez les blessures de votre femme. Ici on ne fera rien de bon, on doit retourner au bus. C'est terminé là bas. On va vous aider à transporter votre compagne... elle ne doit pas trop bouger.
Je peux compter sur vous ?


Et maintenant la minute de vérité... Luck rejoint Charles qui venait de terminer son observation des bêtes. Pas un secret d'apprendre que les bêtes étaient "saines". Des Dingos lui précise t-il.

- Des... dingos. Ils portent bien leur nom. J'imagine que c'est comme au Canada avec les loups... les Hanson étaient sur leur territoire et le fait de courir en tournant le dos ça les a... Bon bon... bonne nouvelle si on arrive à la soigner. Rassurez moi Monsieur Jackman, votre femme sait soigner ? Vous ? Moi pas...
Il y a de l'eau, des bandages et du désinfectant au bus.


L'invitation est bien de repartir vers le bus, ce qu'ils feront.
Seul souci... des phares en approche du bus.
Et si c'était ceux du village quitté au début de la nuit ? Ils auraient fait tout ce chemin ?
Dans quel but ?


- Vous avez vu là bas !? Dépêchons-nous !
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Mar 8 Jan - 20:50
Voir le profil de l'utilisateur
Elya entend au loin cette femme qui lui donne son nom. Ca la touche plus qu’elle ne voudrait. Elle secoue la tête en mettant des coups de bêche. Elle va pas faire un transfert tout de même! Elle se refuse à tous sentiments.
Elle creuse encore le cœur lourd, des souvenirs de ses parents reviennent, surtout ceux arrivés plus tôt: son caprice, sa fuite, la bagarre... leur mort...
Une larme coule toute seule le long de sa joue qu’elle essuie rageusement d’un revers de main. Manquerait plus que l’autre me voit pleurer et elle va surenchérir avec son air hautain de poule de luxe! Elle aime bien la petite avec son visage poupon...  C’est une bouffée d’air frais dans ce cauchemar.

À s’entendre penser ça elle ricane un peu. Elle l’aurait démoli trois ans plus tôt, les gentils étaient des faibles pour elle. Mais avec le coup de pression du connard elle pète presque un cable. Elle passe de joie à folie en passant par la tristesse extrême. De quoi faire le bonheur d’un psy!

En finissant le trou elle chantonne un peu pour se donner du courage, une berceuse qu’elle entendait petite les jours d’orages.


-Dormez vous?...
Hmmhmmm...hmmm...hmmmm...
Ding...ding...dong....


Berceuse:
 

Rose: « -Maman, il y a une voiture! »

La jeune fille s’arrête net dans son ouvrage, finalement fini à l’instant. Elle relève la tête et voit des phares au loin....
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Jeu 10 Jan - 17:42
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Luck essaie de raisonner le jeune Hanson. Sa fuite est compréhensible. Même au bout de trois ans, il est difficile de ne pas être choqué par ce genre d'évènements. Charles ne le jugera pas. Lui-même n'avait pas toujours réagit en toute quiétude face à ce qui leur tombait dessus. Il laisse le militaire gérer puis lui répond.

- Ma femme a été véto… C'est pas médecin mais disons qu'elle a de bonnes bases.

Toujours mieux qu'eux qui connaissent l'anatomie que parce qu'ils en ont vu dans un lit, sans doute. Seulement, le temps n'est pas à la discussion car au loin ils aperçoivent des phares se dirigeant vers le bus, à n'en pas douter. Le pouls de Jackman s'accélère.

- On n'a pas le temps de porter la demoiselle, surtout si ce n'est pas amical.

Il lance un regard sincèrement désolé à Hanson mais son choix est fait. Sa famille passe toujours en priorité. Il doit les protéger. Il empoigne bien son fusil et court vers le bus en espérant que Sorensen le suit.


Côté femmes.

Lily se tourne dans la direction indiquée par sa fille. On dirait un véhicule léger, ou peut être un SUV. S'il est rempli ça peut faire cinq personnes au bas mot. Elle a l'arme de Bob, elle n'est pas certaine de pouvoir s'en servir mais ça peut faire passer l'envie à d'éventuels agresseurs.

- Prenez les armes au sol et ne restez pas groupées, cachez vous !

Ce sera plus compliqué pour les autres si elles ne sont pas réunies. On ne peut ni tirer partout en même temps, ni courir dans tous les sens. C'est comme ça que les troupeaux échappent aux prédateurs. S'il doit y avoir une victime, elle préfère que ce soit elle. Que fait son mari !? Reviendra-t-il à temps si ça tourne mal.
Rose tire sa sœur pour la placer le plus à l'abri possible, derrière une des roues du bus. Iris proteste mais le ton de la rousse est sans appel. Elle obtempère. Rose se place vers l'avant, cachée mais de quoi aider sa mère. Elle a bien ramassé de quoi se défendre mais elle se sait plus chanceuse en paroles et battements de cils si ce sont des hommes.

La voiture file et se rapproche à toute allure. Cinq hommes sont à bord. Des hommes d'Emrys. Un accueil féminin risque de fort leur plaire.


Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Jeu 10 Jan - 22:23
Voir le profil de l'utilisateur
Charles: " - Ma femme a été véto… C'est pas médecin mais disons qu'elle a de bonnes bases. "

Sorensen tourne la tête vers le couple après la bonne nouvelle...

- Vous avez entendu ? On pourra soigner vos blessures.

Mais le soulagement ne dure pas bien longtemps et c'est maintenant une nouvelle urgence.

Charles: " - On n'a pas le temps de porter la demoiselle, surtout si ce n'est pas amical. "

Et le voila qui cavale en direction du bus ! Normal... toutes les femmes de sa vie risquaient gros en leur absence. Le passeur comprend immédiatement l'origine du danger... c'était ces "phares" qui les suivaient depuis la ville. Ils les avaient retrouvé. A savoir qui est-ce et ce qu'ils voulaient... c'était le souci.

- Les Hanson... restez en retrais et attendez que je vous appelle !

L'ex militaire emboîte la course du père de famille jusqu'à ce que l'engin apparaisse mieux. Il a en tête qu'il y en avait plus. Le reste devait se trouver devant et sur les cotés, tactique habituelle des pilleurs de la région. Et c'était là une lueur, une petite chance. Que ça soit des chacals du Dark Dôme... une communauté avec laquelle il traitait habituellement depuis plus de deux ans.
L'originaire de Suède baisse le canon du fusil de M. Jackman.


- Attendez... je crois reconnaître un certain style, certaines couleurs. Laissez moi faire.

Luck sort de sa cachette improvisée en levant une main, l'autre restant bien sur son arme.

- HEY le DARK DÔME !?

Un silence dans un premier temps... puis un type sort de la place passager. Ca discute trente secondes avant de répondre:

Pillard: " - OUaiiiis ! T'es qui toi ?

Moment crucial. Fallait pas que ça commence à tirer du coté des filles. L'autre problème était de savoir s'ils étaient réglo sans être trop sur les crocs. Dans aucun cas ils devaient comprendre que ce passeur venait de perdre le reste de son équipe et qu'il n'y avait que des femmes dans le bus.

- Sorensen, le passeur du bus. Vous ne l'avez pas reconnu ? Une chance qu'on bavure pas à vue !

Il se rapproche, Sorensen fait de même.


Meneur du Dark Dôme: " - Un bus dans l'noir, sans éclairage hein ! J'ai pas la vision nocturne. Putain mec j'espère que t'as du fuel à refiler avec tout ce carbu gaspillé à vous courser des heures pour que dalle. "

- Ouais ouais j'en ai un peu à refiler. Par contre c'est donnant-donnant, on troque. T'as quoi de ton coté ?

Fallait ruser avec eux. Ne pas lui mettre un mur pour pas qu'il s'énerve et pas non plus être trop chèvre ou il prendra plus que raisonnablement. Le pilleur essaye de deviner qui se trouve planqué.

Meneur Dark Dôme: " - Ouaiiis j'vois qui t'es maintenant. Le mec et son équipe de gros bras héhéhé. Troc, le bus custom, les livraisons et tout, je re capte. Bah écoute on a des munitions, d'la bibine et même de la chatte dans l'coffre. Ca t'dis une gonzesse docile ? Elle est un peu frac on l'a usé... mais ça suce encore. Ils viennent pas dire bonsoir tes potes ? "

- Ils sont occupés là, on allait repartir. Ca craint l'esclavage, vous savez c'est pas mon truc. Okay pour le fuel contre munitions. Cinq litres ça t'ira ? C'est comment ton nom à toi déjà ?

Viperus: " - Viiiperus ! Ca claque hein ! Comme ça tu veux pas d'la gonzesse. T'en as pas à vendre par hasard ? Nan parce que cinq litres mec, c'est même pas c'qu'on a dépensé pour une seule tire. J'vais passer pour qui auprès d'mes gus si tu passes que ça. Allez fais pas ton yupin, t'as surement plus que ça... "

Il faisait chier. Royalement. Il avait la face défoncée à on ne sait quoi, il n'allait pas lâcher l'affaire. Sorensen ne le quitte pas des yeux et espère qu'il devine pas que deux corps à quelques mètres de là sont ceux de son équipe. Il se demande s'il devrait refiler la petite Mariano pour régler le problème.

- Oui je vois... vous avez dépensé sans compter. Va vraiment falloir qu'on se refile nos fréquences pour éviter cette perte de temps et de carbu. Voila ce que je te propose Viperus, je te refile en plus quatre pneus et quelques outils avec les cinq litres contre quelques munitions. On deal ?

Tensions: dé de 10
1: Ils avaient pas l'intention d'être réglo, ça va partir en embuscade.
2: Viperus veut voir l'équipage et voudra à tout prix acheter une femme sinon ça part en couille.
3: Viperus veut plus et à tout prix vendre son esclave qu'il ne veut plus.
4-10: Deal
Revenir en haut Aller en bas
Until Dawn
Age : 0
Messages : 155
Points : 466
Date d'inscription : 20/09/2018
Jeu 10 Jan - 22:23
Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Luck Sorensen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 10' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Lun 14 Jan - 23:44
Voir le profil de l'utilisateur
Lily: "- Prenez les armes au sol et ne restez pas groupées, cachez vous ! "

Elya ne sait pas si elle s'adresse à elle aussi mais qu'importe... Munie de sa pelle elle file sous le camion. Elle pourra toujours faucher une cheville, en déséquilibrer le temps de faire le tour... Mine de rien on peut faire plein de choses avec une pelle et dans la pénombre elle est assez petite pour pas se faire voir sous le camion.
La voiture s'approche de plus en plus, elle serre fort le manche de sa bêche légèrement tremblante. La peur. Elle est naturelle. Elle n'a pas aussi peur que devant le passeur mais devant un groupe elle ne sait pas comment elle réagira...

Elle avale difficilement sa salive en entendant la voiture s’arrêter, puis la voix du blondinet.
Elle écoute sagement la conversation entre les deux coqs. Discrétion! Vraiment le mot d'ordre. Manquerait plus qu'elle sorte de là ou qu'elle se fasse repérer! Déjà un flingue c'est trop alors s'il devait y en avoir deux et peut-être même de la "prostitution" à la clef...
C'est pas comme si elle allait être payée en plus...

Ils ont l'air de tomber d'accord sur des munitions et du matos du camion...
Elle souffle en fermant les yeux et posant sa tête contre le manche de la pelle. Elle a les phalanges blanchies sous la pression. Au moins elle sera pas de l'échange...

Elle tourne la tête et voit Iris au bout du camion derrière une roue. Elle ne voit pas sa boule de poil d'habitude avec elle. La jeune fille rampe vers elle en arrière en essayant de ne pas faire de bruit avec la pelle contre les cailloux et en ne faisant aucune ombre.
Arrivée à sa hauteur, elle lui mime avec les lèvres plus qu'elle ne chuchote.


- ...ça va?... Il est.. où ton... furet...?

Elle espère qu'il ne lui est rien arrivé... Elle s’inquiéterait même pour la jeune fille à côté d'elle, seule présence sympathique en dehors de sa mère.
Elle lui fait signe si elle veut encore plus se cacher sous le camion avec elle l'y aidera.
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Sam 19 Jan - 10:13
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Charles a certes été malade mais il a gardé l'habitude de se maintenir en forme. Il n'a pas les capacités du militaire mais il court assez vite pour qu'ils rejoignent juste à temps le bus. Qui sait ce qui aurait pu se passer dans la tête de ces hommes en pensant que sa femme était seule. Seule car les filles se sont visiblement cachées. Il baisse son arme comme lui souffle Sorensen mais il reste sur ses gardes. Un regard vers sa bien aimée, il est rassuré. Un peu. Reste à savoir ce que ces types vont vouloir. Ils sont tous à se regarder en chien de fusil, ça inaugure du pire comme du meilleur. Les secondes lui semblent éternité. Il se raidit quand il entend parler des femmes comme des objets sexuels. Lily ne bronche pas mais il l'a vue frissonner. Les filles restent bien cachées.

Sous le bus Iris voit Elya se rapprocher. Elle lui adresse un sourire et soulève sa lourde chevelure brune. Einstein est toujours là. Nerveux. Elle le caresse doucement avant de le dissimuler à nouveau. Elle fait signe à sa nouvelle copine qu'elle préfère ne pas bouger de derrière sa roue. Elle a peur de faire du bruit en se déplaçant sous le bus. Les hommes se mettent d'accord pour un deal correct, ce n'est pas le moment de les faire changer d'avis.

Le deal est lancé pour de l'essence, quatre pneus et des outils. Charles sent la pression sur ses poumons s'envoler. Pourvu qu'ils se barrent vite et qu'ils puissent foutre le camps en récupérant le jeune couple. Il se rapproche de Sorensen et salue l'étranger d'un signe de tête.

- Tu veux que je m'occupe de rassembler ce qu'il leur faut ?

Il parle posément. Pas l'intention de donner l'impression aux autres qu'ils sont en sous effectifs et qu'il ne fait même pas partie des hommes du passeur. Au contraire. Le sang sur lui et son allure de mec sûr de lui en donne le sentiment en tout cas.

Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


HRP:
 


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Sam 19 Jan - 19:18
Voir le profil de l'utilisateur

Tic tac...
Que ça fait dans la tête du Canadien d'origine Suédoise. Le temps parait durer une plombe. Il s'attend à toutes sortes de réaction de la part de ce Viperus ou de ses hommes. Loin du Dôme ils sont capables de tout. Il y a plus de trois ans la moitié de ces types étaient des gens biens... maintenant c'était une autre histoire, la survie les avait rendu comme des chacals.

Puis...
Monsieur Jackman arrive. C'est avec soulagement qu'il entend sa voix. Sa présence, son fusil, sa trogne, son âge et l’expérience dans la comédie ajoutent des cartes dans le jeu qui se déroule.


Charles: " - Tu veux que je m'occupe de rassembler ce qu'il leur faut ? "

- Je veux bien. Les hommes de Viperus prendront nos trocs à mi-chemin.

Viperus dévisage le barbu un instant. Possible que son visage lui parle mais il ne trouve pas l'origine. Le meneur d'équipe du Dark Dôme fait les poches de ses hommes et récolte différentes cartouches de tous calibres et l'enverra à Sorensen. Ses hommes iront prendre ce que sort le père de famille.
DEAL !
Sans... débordement.
Vu de loin, on aurait dit qu'un simple échange alors que l'enjeu était bien plus tendu.
Les pillards motorisés repartent alors que la nuit va prendre fin dans quelques minutes. Luck les regarde partir avec une partie du payement. Décidément ça sera une nuit pourrie jusqu'au bout. Il sort et s'allume une clope et regarde de tous les cotés tout en parlant à Charles.


- Merci d'être venu Monsieur Jackman.
Pouvez-vous voir avec votre femme pour soigner les Hanson pendant que j'enterre mes amis ?
Juste après on nettoie un peu l’intérieur du bus et on met les voiles. Ca vous va ?


Il attendra une réponse et appellera les Hanson avant de prendre des nouvelles des trois jeunes filles.

- Iris tout va bien ?
Rose, Mademoiselle Mariano... toujours là ?
Madame Jackman, merci du coup de main.


Le plan d'action commune était lancé.
Cette nuit tendue allait bientôt prendre fin.
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Mar 22 Jan - 23:32
Voir le profil de l'utilisateur
La petite Iris lui fait signe que non, pas de soucis. C'est vrai que se déplacer augmente les chances d'être trouvé et personne n'aimerait leur faire face...
Des têtes à alimenter n'importe quel cauchemar! Et si ce qu'ils disent sur la fille est vraie...
Elle réprime un frisson. Aucune intention d'imaginer être à sa place!

Elle retient presque son souffle en serrant fort la pelle... et ... enfin ils partent!
Elle ne bouge pas de sous le camion tant que personne ne lui demande... Pas qu'elle soit peureuse... Mais l'instinct et la survie avant tout.... bon peut-être un peu après tout...

Elle attend encore ... Les deux hommes discutent... il fout quoi le blondinet?? C'est bon on peut sortir? C'est hors de danger? Elle respire de la poussière depuis un bon bout de temps là...
Elya l'entend enfin leur parler. Toutes ont le droit à un prénom alors qu'elle, il lui donne du mademoiselle! C'est pas qu'il fait chier mais un peu quand même! Il se prend pour qui encore?

Elle rampe de sous le bus, lâche la pelle et s’époussette. Elle le regarde dans les yeux avec un regard pas très engageant. Elle avait entendu qu'il allait enterrer ses amis, ça va être certainement sa fête... Ou avec un peu de chance il l'oublie et il arrête de lui prendre la tête et la menacer. Elle parle un peu dans sa barbe.


- oui oui... toujours là...

Il cherche à savoir si elle va bien? Ou juste si elle n'aurait pas pu déguerpir de sa vue? Ça la tuerait de dire merci malgré l'éducation de ses parents. Ne rien lui devoir! Pas de gentillesse ni de faiblesse. Dès qu'elle peut elle se taille autre part, il la déposera à Yulara et on en parlera plus. En plus elle avait payé non? Donc aucune raison qu'il ne la dépose pas...
Elle essaie de se convaincre du bien-fondé et de la logique de ses pensées.

Elle ramasse la pelle, marche vers lui et lui tend.


- j'ai fini de creuser, les trous sont là-bas...

Elle lui montre vaguement de la main où trouver les trous pour enterrer ses amis. Puis se retourne dans l'idée d'aller voir ailleurs si elle y était.
Revenir en haut Aller en bas
Cameron E. Yaman
FURY ROAD
Age : 29
Emploi : ancien combattant MMA - second lieutenant Fury Road
Messages : 64
Points : 330
Date d'inscription : 30/11/2018
Dim 27 Jan - 11:28
Voir le profil de l'utilisateur
Là, il fit signe au passeur dont le bac
nous porta dans l'île verte.
Cette fois la chance est de leur côté et le deal se fait sans embrouilles. Charles a joué son rôle d'homme de main à la perfection, les filles sont restées cachées pour ne pas attirer la convoitise ni faire changer d'avis aux Fury Road en voyant plus de femelles que de mâles. Lorsqu'ils repartent, la tension dans les muscles de l'acteur s'envole. Il respire.
Vu de loin, on aurait dit qu'un simple échange alors que l'enjeu était bien plus tendu.
Sorensen le remercie. Jackman lui fait signe de la main pour indiquer qu'il n'y a pas de quoi.

- On a tous fait ce qu'on avait à faire. Je vais voir ça de suite avec Lily. Le plan me va !

Il lui met une petite tape sur l'épaule, amicale, lui donnant un peu de courage pour ce qu'il s'apprête à faire.
Les filles sortent une à une. Iris rougit légèrement d'entendre son prénom en premier et adresse un sourire timide au passeur en hochant la tête. Rose la rejoint, non sans remarquer la préférence de l'homme. Lily :

- Merci à vous. Je suis désolée qu'ils se soient servis au passage.

Elle rejoint son mari à qui elle prend la main et a un geste d'affection pour ses filles avant d'aller aider le jeune Hanson à ramener sa fiancée. Ils font ça vite car les lieux ne sont pas si sûrs que ça. Il explique à sa femme ce qu'il s'est passé. A la lumière des phares elle ausculte la blessée. Elle a de vilaines blessures, aucune mortelle mais sans antibiotiques... Elle commence les soins les plus urgents. Rose vient l'aider. Charles part filer un coup de main à Sorensen. Iris se rapproche d'Elya :

- Tu m'aides à nettoyer le bus ? Ce serait glauque de voyager avec l'odeur de sang et les bouts de je ne sais quoi...




Voici ! Il vient avec les nuées, et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé. et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui.
Pando


HRP:
 


Darkness
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse vulputate dapibus dui, et molestie massa tincidunt a. Phasellus ornare.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 66
Points : 331
Date d'inscription : 06/12/2018
Mar 29 Jan - 23:29
Voir le profil de l'utilisateur
Le bruit des moteurs...
S'éloignent. Les tordus du Dark Dôme s'en vont et sont maintenant loin.
Soulagement.
Luck se détend et voit avec l'entourage le plus urgent à gérer. Tout le monde s'active. Charles est okay sur les premières démarches, sa femme et une de ses filles s'occupent des Hanson, la dernière propose à la petite Mariano de commencer à éponger le sang puis... confirmation que les trous sont creusés.

Ce calme qui va le plonger dans cette réalité crasse, celle de se retrouver seul, sans plus d'amis, face à ses échecs. La femme de Charles le retient encore quelques secondes hors de la déprime.


Lily: " - Merci à vous. Je suis désolée qu'ils se soient servis au passage. "

- Vaut mieux perdre du matériel que la vie...

Le blondinet tente un sourire puis se résigne à rejoindre les corps de ses deux amis.
Mains sur les hanches il les regarde, grimace, souffle... puis lève la tête en direction du ciel étoilé couvrant cette route perdue au milieu du désert. Différents moments agréables lui reviennent en tête... Bob, Kappa, George. Toutes ces soirées à refaire le monde, à se souvenir et partager le passé, les grillades, les beuveries, les blagues, les jeux de cartes... Terminé tout ça. Luck se trouve de plus en plus mal et sent les larmes venir.


Il secoue la tête, se reprend... il ne veut pas que les autres le voit ainsi.
Lui faut agir, maintenant, tout de suite !
Le passeur se met à traîner par les pieds les corps des autres voyageurs morts. Il ne prend pas de pincette et va les laisser à l'air libre derrière une butte... leur faisant les poches à l'abri des regards. Lorsqu'il revient non loin du bus il tire un à un les corps de ses amis pour les mettre dans les trous creusés par la petite Mariano. S'il était en colère, Luck l'aurait bien mise vivante dedans. La douleur encore bien présente, le tatoué rajoute le bras de Bob et dépose sur son torse quelques souvenirs appartenant au colosse.


- Adieu Bob... t'étais et tu resteras mon ami Australien, le meilleur. Merci pour toutes les fois ou tu m'as sauvé la vie. Je ne t'oublierai jamais.

L'ex Major prend la pelle et recouvre le chauve avant de s'allumer une cigarette. Il contemple pour la dernière fois l’Aborigène. On aurait dit qu'il dormait.

- Adieu Kappa... Tu me filais la trouille dans le noir mais bordel j'étais toujours rassuré de t'avoir à nos cotés. Tu vas me manquer l'ami.

Sorensen ne termine pas sa cigarette, il la jette dans le trou de Kappa et le recouvre de terre.
Ses amis en terre, Luck serre les dents et va aider pour le reste. Le coeur lourd, il fuit un peu du regard et ne cherche pas trop à communiquer.
Ca sera une fois les Hanson soignés, affaires rangées, sol nettoyé que le passeur prendra place au volant du bus pour continuer le trajet en direction de Yulara.


HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 29
Points : 177
Date d'inscription : 07/12/2018
Mer 30 Jan - 1:40
Voir le profil de l'utilisateur
En se détournant du passeur elle voit Iris s'approchant d'elle.

Iris:"- Tu m'aides à nettoyer le bus ? Ce serait glauque de voyager avec l'odeur de sang et les bouts de je ne sais quoi..."

Elle fait une petite grimace en tournant lentement la tête vers le camion. Ouaiiiiisssss......noooooonn... Elle a vraiment pas envie de nettoyer ce bus de l'enfer... Mais est ce qu'elle a le choix? Elle va pas se tourner les pouces pendant que tout le monde bosse et puis il y a toujours l'autre fou...
Elle retourne la tête vers Iris et acquiesce.


- On va voir dans le camion si on trouve des trucs pour nettoyer?


Elle laisse Iris passer devant et regarde autour d'elle ce qu'il se passe et elle voit trop de morts et de souffrance. Ses épaules s'affaissent un peu maintenant que l'adrénaline est redescendue. Elle se rend compte de tout le mal qui a été fait. Le rouge lui monte aux joues et elle baisse les yeux en pensant très fort: c'est pas ma faute.. j'ai tué personne pour de vrai...

La jeune Elya se dirige vers le bus, pose sa main sur le chambranle de l'entrée et pose un pied sur la marche prête à monter. Elle s’arrête en plein milieu de son mouvement et se retourne vers leur guide. Elle le sent vraiment faible, elle le regarde mettre de la terre dans les tombes, allumer une cigarette et la jeté à moitié consommé dans un des trous.
Elle a un visage triste et contrit. Elle a envie de lui dire que c'est pas elle, qu'elle a rien fait, que c'était pas sa faute! Mais pour lui ça ne change rien. Elle est vivante et ses amis sont morts.
Elle a envie d'aller le voir et le prendre dans ses bras. Mais il le prendrait certainement mal et ça serait mal venu.

Elle se retourne vers l’intérieur du bus où Iris l'attend, elle fini son mouvement et grimpe. Elle ne sera pas allée le voir. Si elle devait avoir une once de respect pour lui il fallait qu'elle le laisse seul leur dire au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: