/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Les alentours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[06/12/18] AUX FRONTIERES DU REEL [MARIANO+SORENSEN]
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 32
Points : 197
Date d'inscription : 07/12/2018
Lun 25 Fév - 21:57
Voir le profil de l'utilisateur
Le lendemain matin...


[06/12/18] AUX FRONTIERES DU REEL [MARIANO+SORENSEN] Australia-2


Une route sans fin qui s'offre à nous. Et surtout un aller simple vers une ville faite de survivants, les plus sympas à ce qu'il parait. Tous sont épuisés de ce voyage. Autant physiquement qu’émotionnellement. Tellement de perte pour tous ces gens.

Seule la famille de Charles n'avait accusé aucune perte. En moins d'une semaine Elya avait perdu sa famille, ses amis, ses repères, avait été accusée de tout. Et pour cause, enfin... elle n'en était que la cause indirecte. Elle n'avait rien demandé ni fait mais "à cause" de ses relations le passeur avait perdu ses seuls amis.
Le petit plus pour lui c'est qu'il n'avait plus l'encombrement de client à déposer et ils avaient tous payé. Sauf une. Elya. Mais c'était bien le cadet de ses soucis pour l'instant.

La jeune fille avait le cœur brisé après tous ces événements: un flingue quasi sur la tempe, la perte humaine, la haine du blondinet, le travail forcé, la rancœur de la pimbêche,... L'adrénaline aidant à garder les idées presque froides, la panique n'était pas de mise mais maintenant que toutes émotions étaient descendue... Elle était partie nettoyer le bus triste devant cet homme qui lui aussi avait tout perdu.

Ils avaient dormi à tour de rôle, les affaires étant les affaires il y avait des gens à livrer et des gens à prendre, des transactions à faire en somme. Yulara n'était pas la porte à côté non plus, Charles et sa famille rêvaient plus ou moins de partir de là et d'arriver dans un endroit sûr. Elya pensait à leur demander de rester avec eux. Peut-être qu'ils accepteraient, elle se ferait bonne petite et discrète, elle pourrait rester avec sa nouvelle copine...

Un avenir plus beau lui tendait les bras. Les poings un peu plus serrés elle se disait que oui elle arriverait à ça malgré toutes les merdes qui s'accumulent autour d'elle.

C'est blotti dans un petit coin qu'elle avait dormi une heure ou deux grand maximum. Elle ne faisait que se réveiller à cause des visions de morts de la veille. Une nuit d'épouvante. un cauchemar éveillé.

Une lampée d'eau plus loin, elle se dirige tant bien que mal, l'estomac noué par l'angoisse ou la faim, vers le passeur. Il est encore plus blanc qu'il ne l'était avant, c'est dire qu'il ressemble à un fantôme...
Il a l'air concentré et très peu enclin à la conversation. Ne voulant pas trop montrer sa présence, espérant peut-être qu'il l'oublie, ce qui est peu probable, elle se met quand même à lui parler.


- Dis euh... je voulais...

Pas qu'elle ne sache pas parler mais c'est assez compliqué quand quelqu'un vous regarde comme s'il allait vous tuer dans la seconde si vous disiez un mot de plus...

[06/12/18] AUX FRONTIERES DU REEL [MARIANO+SORENSEN] Shooter-usa-canceled-or-season-3-release-date-590x394

Elle se racle la gorge et regarde ses pieds, elle piétine un peu, commence à avoir chaud, même très chaud... Elle avale sa salive et se décide à continuer quand même.

- En fait... je venais juste te demander... si... enfin si je pouvais faire quelque chose en particulier...

Qu'importe de pouvoir dormir, autant se rendre utile, elle a des visions d'horreurs derrière ses paupières dès qu'elle ferme les yeux, ne serait ce que pour les cligner.
Elle attend sa réponse en se dandinant d'avant en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Luck Sorensen
TRACKS
Age : 35
Emploi : Mercenaire/passeur
Messages : 68
Points : 341
Date d'inscription : 06/12/2018
Mer 27 Fév - 1:28
Voir le profil de l'utilisateur

Matin...
Bien entamée.
La chaleur tape d'office. Dire que dans son pays d'origine ça devait être blanc partout à l'heure actuel. Les contaminés de là bas doivent être des bonhommes de neige. Seule pensée qui pouvait le faire sourire tellement la situation réelle était merdique à souhait. Luck n'avait pas dormi pendant cette "courte" halte avant de reprendre la route. A quelques kilomètres de là il avait enterré ses deux derniers amis. L'ex militaire avait les idées noires. Le temps de manger un des derniers pains de céréale préparé par le regretté Kappa, le tatoué a les écouteurs dans les oreilles.


Zik dans les oreilles:
 

Adossé contre le bus, Sorensen avait un peu parlé avec Charles et sa femme et prit soin d'apporter à boire à leur plus jeune fille, sa préférée. Il repense aux dernières vingt quatre heures, à tout cet enchaînement, aux pertes mais aussi la chance de s'en être tiré vivant. La survie se jouait sur des détails. Fallait pas laisser quelqu'un d'autre décider de sa survie. Ne pas faire confiance... ne pas remettre sa putain de vie entre les mains d'un tiers. Il pensait aussi à cette sale réputation qu'il allait avoir après les pertes de clients. Peut-être que les Hanson rattraperont l'affaire en racontant l'intervention miraculeuse ou encore la famille Jackman intacte. Restait que cette...
Cette fille, figure emblématique des toutes les pertes.


Justement en parlant de la chatte en question, la voila qui ramène son museau.
Sorensen retire les écouteurs de ses oreilles, l'écoute puisqu'elle parle, termine sa bouchée et sort sa gourde pour boire une gorgée avant de répondre. Elle demandait si elle peut faire quelque chose de particulier. Sérieux. Sur le coup il avait envie de lui répondre de disparaître et de courir dans le désert servir de cible défouloir mais la question le fait revenir sur terre... sur la base de son travail.
Passeur - paie !
Oui, chose vue en premier lieu avant de monter dans ce fichu bus.
Mais les événements avaient coupé court à cette règle de base.
Autant ne pas partir en sucette et se concentrer sur ce rattrapage.


- Hum... oui.
Faut me payer la course. Tes parents avaient prévu quoi ? Je n'ai pas fouillé dans les affaires de ta nounou.
Faut aussi un surplus pour la passagère imprévue.
Puis pour la casse.
Je ne parle pas du sang qui a tout dégueulassé l'intérieur mais bien de la mort de trois passagers et de deux employés. Une hécatombe provoquée par ce que vous avez rapporté et qui n'était pas prévue. J'espère que tu as de quoi troquer pour tout ça.


Réalité terrain lorsque tu nous tiens...


[06/12/18] AUX FRONTIERES DU REEL [MARIANO+SORENSEN] 000lus10
Revenir en haut Aller en bas
Elya Mariano
TRACKS
Age : 17
Emploi : fille à papa/maman
Messages : 32
Points : 197
Date d'inscription : 07/12/2018
Mer 27 Fév - 2:15
Voir le profil de l'utilisateur
Réponse.

luck: "- Hum... oui.
Faut me payer la course. Tes parents avaient prévu quoi ? Je n'ai pas fouillé dans les affaires de ta nounou..."


Elle relève la tête et sourie! Ca oui elle sait faire! Il lui parle plutôt "gentiment" et lui demande une chose simple. Elle sait où est l'argent, tout est bon!

Luck: "...Faut aussi un surplus pour la passagère imprévue.
Puis pour la casse.
Je ne parle pas du sang qui a tout dégueulassé l'intérieur mais bien de la mort de trois passagers et de deux employés. Une hécatombe provoquée par ce que vous avez rapporté et qui n'était pas prévue. J'espère que tu as de quoi troquer pour tout ça."


HmmHmmm elle perd de plus en plus son sourire et baisse la tête... Elle aura jamais assez pour tout... Elle sait pas quoi troquer pour lui... elle a rien à part des vêtements mais à sa taille, ou encore deux trois objets qui n'ont aucune valeur...

Elle tient ses mains dans son dos, comme une enfant qu'on gronde après une bêtise. Elle aimerait lui redire que c'est pas de sa faute mais elle veut pas risquer la mandale en pleine poire.

- D'accord...

Un filet de voix qui sort de la bouche de la jeune fille. Elle se retourne lentement avant de partir vers ses affaires. Elle calcule dans sa tête combien elle a, combien coûte une place et du coup les "dégâts". Elle arrive à un montant exorbitant, un O silencieux se forme sur ses lèvres. Elle n'aura jamais assez... Ca c'est une réalité...

Elle prend un sac à dos et se dirige vers le passeur, elle est rouge d'angoisse. Elle arrive en face de lui et bredouille quelques paroles en lui tendant le sac ouvert devant les yeux.

- Je... je suis .. désolée , j'ai pas assez pour tout ça.. Je sais pas quoi faire pour vous rembourser...

Elle avait dit tout ça la tête tournée sur le côté sans le regarder, au bord des larmes.
Elya ferme fort fort fort les yeux en espérant que c'est bon déjà pour une partie et aussi et surtout s'éviter de fondre en larmes devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: