/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Yulara :: ➳ Le jardin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
25/12 - Lendemain de fête - Mackenzie & William
William Nightingale
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 266
Points : 2010
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Mer 13 Mar - 8:15
Voir le profil de l'utilisateur
25/12 - Lendemain de fête - Mackenzie & William Tumblr_nf4txuoybs1s6646qo1_50025/12 - Lendemain de fête - Mackenzie & William Tumblr_m5rwzf4SQi1rrwrms

Ce fut avec un mal de crâne carabiné que William se réveilla, le lendemain de cette fête de Noël, qu'il avait peut-etre finalement trop arrosé, pour quelqu'un qui, comme la plupart des survivants, n'avait pas bu plus d'un verre d'alcool depuis des mois. Et il fallait bien avouer que malgré son physique imposant, l'ancien professeur n'avait jamais su très bien tenir sa boisson, ce qui lui avait causé quelques ennuis, à l'adolescence, sans qu'il ne s'en formalise jamais vraiment pour arrêter complètement à l'âge adulte.
Le Nightingale n'avait jamais eu de problèmes d'addiction quelconque, ni même la réputation de finir tous les week-ends sous une table, mais il avait toujours apprécié s'amuser, de n'importe quelle façon, mais surtout sans se prendre la tête.
Ce soir-là, probablement plus que les autres, il avait eu besoin d'oublier ses contrariétés, qui ne cessaient visiblement de se multiplier, au moins qu'il commençait à songer, bien malgré lui, à des alternatives dangereuses, qui le pousseraient loin de Yulara : après tout, pourquoi ne pas essayer de trouver d'autres survivants, d'être utile autre part ? Malgré l'avis de ceux qui le croyaient planqué, William n'avait jamais eu particulièrement peur de sortir, et d'affronter l'inconnu, il se contentait juste de satisfaire les besoins de la communauté au mieux de ses capacités.

Dans tous les cas, il eut du mal à s'extirper de son lit, et la traversé de la pièce jusqu'au lavabo lui sembla particulièrement sinueuse. Une fois le visage rincé, cependant, à l'eau bien fraiche, le jeune homme commença à retrouver peu à peu ses esprits, et les souvenirs de la veille, qui l'avaient conduits à cet état.
Un instant, il sursauta de panique à l'idée qu'il ait pu finir dans de beaux draps, au bras d'une demoiselle, mais un coup d'oeil angoissé vers son lit lui suffit à confirmer qu'il n'y avait personne avec lui. Par contre, il se rappelait qu'Alysha avait l'air bien partie pour se retrouver dans celui d'un autre... Son ventre se noua légèrement, par jalousie peut-être, par association surement avec la fin de sa précédente histoire, et plus certainement aussi, parce qu'il n'avait pas encore bien digéré ses excès gastronomiques.
Une sortie s'imposait, dans l'air matinal, pour se remettre en forme, et William, trop discipliné pour résister à cet appel de la logique, enfila rapidement quelques vêtements sans style, pour prendre la direction des jardins. Là, il trouverait surement quelques activités de désherbage, pour s'occuper, et retrouver un peu de bon sens.
Alors qu'il pensait être seul à avoir eu ce réflexe, il distingua rapidement une silhouette familière dans les premiers rayons du soleil, entre les pieds de vignes et les quelques légumes qui poussaient vaillamment sous les soins de leurs protecteurs.

    - Mackenzie ? Toi aussi t'es un peu insomniaque ou tu t'es carrément pas couchée ? Demanda-t-il en s'approchant, sans même lui laisser le temps de répondre, puisqu'il avait pris l'habitude qu'elle ne le fasse pas. Dire que c'est le troisième Noël que j'passe ici, j'pensais pas qu'on tiendrait jusque là... Enfin j'veux dire, en ayant encore de si bons crus disponibles pour célébrer ! Se rattrapa-t-il, en craignant que sa déclaration n'ait pu paraitre fataliste, et effrayer la jeune femme, à qui il voulait inspirer confiance, par pure sincérité.


Il sourit à la jeune femme, un flash back lui revenant, trop étrange pour qu'il y croit. Il se laissa tomber sur un banc qui avait été destiné au repos des bêcheurs, et soupira profondément, s'étirant de tous ses membres engourdis, affalé comme si personne n'avait pu le voir. Il se moquait des apparences, maintenant et toujours, ne faisait preuve de nonchalance qu'après des journées de dur labeur, en général.

    - Excuse-moi, j'suis totalement à l'ouest, j'ai tellement bu que j't'ai imaginé en pleine discussion avec Harper Levy hier, la blague ! S'exclama-t-il, encore dénué de filtres, qui lui aurait évité d'avoir à essayer de rattraper son manque de tact encore une fois. Enfin j'veux dire, ce serait cool que tu parles, même si ça m'dérange pas comme ça, mais Harper... C'est le genre de mec qu'il ne vaut mieux pas trop fréquenter, si tu veux mon conseil... J'préfèrerai que tu te tiennes loin de lui, si possible.


En fait, à choisir, le départ de Harper l'aurait rassuré, au contraire, plutôt que d'avoir à tenir les autres à distance de lui, sans pouvoir justifier ce ressentiment. William se sentait mal à l'air avec ce genre de recommandations, qu'il ne faisait jamais... Les ragots et les médisances étaient aussi étrangères à son caractère que la violence gratuite.


Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
Mackenzie Hollister
The ROVER
Age : 27
Emploi : Journaliste
Messages : 84
Points : 635
Date d'inscription : 27/11/2018
Mer 27 Mar - 17:51
Voir le profil de l'utilisateur
Lendemain de fêteMac & WillDepuis qu'elle a l'âge de boire et de faire la fête, Mac n'a jamais vraiment dormi la nuit du 24 au 25 décembre. Pour deux raisons bien précises : la première, le 24 décembre c'est Noël. Ses parents avaient pour habitude de le fêter en grande pompe, comme il se doit. Avec grand repas, arbre immense brillant de mille feu et musique pour l'ouverture des cadeaux. Et le 25 ils enchaînaient sur l'anniversaire de Mackenzie, leur petit trésor.
Les années passées, Mac fêtait Noël avec ses parents et une fois les douze coups de minuits ayant sonnés, elle se faufilait en dehors de la maison pour continué la fête avec ses amies, à boire jusqu'à plus soif.

Mais voilà, les 3 années qui viennent de s'écouler la magie de ses nuits s'en étaient envolés aussi. Et comme ces années là, elle n'arrivait pas à fermer l’œil. Et cette nuit, après avoir célébré la veillé de Noël, elle s'était aventuré dehors, avait marché longuement, observé chaque coin de ce qui constituait la communauté, observé le ciel et les étoiles et elle s'était assise sur un banc, silencieuse à écouter les bruits de la nuit, jusqu'au petit matin.

Petit matin qui arriva bien vite. Vêtue de sa robe noire, l'air frais matinale la fit frissonné. Elle s'en était allée chercher un gilet dans sa chambre et elle était ressortie. La liberté lui manquait, même si elle n'était pas vraiment en prison.
Ses pas la conduisent vers le jardin potagé. Fascinée par les plants qui poussaient sous ses pieds, elle sursauta en entendant une voix dans son dos. Le cœur battant, elle se retourna pour tombé nez à nez avec William, qui avait une drôle de mine ce matin.

La brune s'apprêtait à lui répondre, ouvrant la bouche puis la refermant aussitôt. Ce souvenant que Will ne savait peut être pas qu'elle avait retrouvé la parole, elle le laissa faire comme à son habitude : la conversation.

Lorsqu'il prit place sur le banc, elle vint le rejoindre, se tourna vers lui et l'observa longuement. Chose qu'elle avait apprit à faire durant sa vie d'Ermite.
Alors comme ça il l'avait vu avec harper. Et pourquoi disait-il cela à son sujet ? Elle ne comprenait pas ce qu'il pouvait lui reprocher, mais après tout, il le connaissait mieux qu'elle. Lorsqu'il eut terminer de parler, la jeune femme ouvrit la bouche puis la referma. À vrai dire, elle cherchait quoi dire, mais elle voulait aussi faire l'effet de surprise.

Elle se racla la gorge avant de parler et de lui faire entendre sa jolie voix retrouvée

« Tu n'as pas rêvé hier, j'étais bien en pleine discussion avec Harper. »

S'attendant à ce qu'il soit surprit, un sourire mi amusé mi gêné fleurit sur ses lèvres

« Oui j'ai retrouvé la parole depuis quelques jours et non je n'en ai parlé à personne, c'est arrivé comme ça »

Elle haussa les épaules et s'en voulu consciente qu'elle aurait pu au moins lui en parlé à lui qui a toujours été bon et attentionné envers elle

« Tu vas pas m'en vouloir dis ? »

Un regard penaud vers lui, de ses yeux verts dont le mascara à laissé quelques traînés de noir accentuant la couleur de ses yeux, essayant ainsi de se faire pardonner.
© Crimson Day


L'oubli est fait du silence des morts et du mutisme des vivants.
Revenir en haut Aller en bas
William Nightingale
The ROVER
Age : 32
Emploi : Professeur
Messages : 266
Points : 2010
Date d'inscription : 23/11/2018
Localisation : Yulara
Jeu 2 Mai - 4:04
Voir le profil de l'utilisateur
25/12 - Lendemain de fête - Mackenzie & William Tumblr_nf4txuoybs1s6646qo1_50025/12 - Lendemain de fête - Mackenzie & William Tumblr_m5rwzf4SQi1rrwrms

Décidément, la vie avait tous les jours de nouvelles surprises pour le jeune homme, qui ne s'attendait pas à découvrir un miracle le lendemain de Noël, malgré ses tendances aux rêveries et aux espoirs naïfs. Laissant avec plaisir la jeune femme s'installer à ses côtés, sans plus de difficultés, il sursauta presque en l'entendant répondre à ses propos, qu'il avait cru un monologue sans retours, les souvenirs d'une nuit trop alcoolisée pour un survivant. Il ouvrit la bouche de stupeur, avant de la refermer, comme pour laisser à Mackenzie savourer ce moment où ses mots à elle résonnaient encore dans l'air frais, preuve de ses progrès impossible à prévoir.
Le choc passé, un sourire tendre étira ses lèvres, celui qu'il réservait souvent à ses élèves, autrefois, lorsqu'ils avaient enfin surmonté une difficulté qu'ils avaient cru définitive, à force de persévérance et d'efforts. Le professeur Nightingale savait éprouver de la fierté, sans s'en attribuer aucun mérite... Il avait cette capacité d'être heureux pour les autres, tout simplement, sans y voir aucun intérêt ni réflexion de son aide.

    - Non, bien sur que non, pourquoi je t'en voudrais ? Répliqua-t-il aussitôt, étonné par cette crainte insensée... Il ne comprenait même pas de quoi elle avait peur, car il n'imaginait pas d'autres conséquences à cette découverte que de la féliciter. Il va falloir fêter ça...


Il fit une grimace en réalisant que la célébration de la veille martelait encore son crâne douloureux. Après tout, boire n'était pas la seule façon de faire, et ils pourraient surement trouver un autre moyen de marquer le coup, qui serait tout aussi gratifiant, et à la hauteur de l'évènement.
En effet, William avait des ressources, et même s'il ne profitait pas de son statut au détriment des autres membres de la communauté, il savait pouvoir obtenir quelques faveurs, lorsque l'occasion était spéciale.

    - Alors dis-moi, qu'est-ce qui te ferait plaisir ? L'interrogea le jeune homme, en se tournant complètement vers elle, le regard pétillant de malice. Pendant ces trois ans, qu'est-ce qui t'a le plus manqué ? Il réfléchit un instant à quel genre d'activités la demoiselle pouvait se livrer, quand tout allait encore bien dans le monde. Je ne peux pas produire le dernier épisode de ta série favorite restée en suspens, mais je suis prêt à essayer d'en imaginer la fin maintenant qu'on peut discuter... Par contre, on va s'promettre de pas tomber dans les scénarios apocalyptiques, histoire de pas être trop réalistes !


William lui laissa le temps de répondre, prenant conscience qu'elle pouvait désormais le faire, et d'une voix qu'il trouvait d'ailleurs fort agréable : peut-etre voudrait-elle faire un karaoké, pour démontrer l'étendue de son talent nouvellement retrouvé ?


Always stay kind
○ Don't expect a free ride from no one
Don't hold a grudge or a chip and here's why
Bitterness keeps you from flying
rainmaker
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: