/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Les déserts :: ♦ Pine Gap Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
De la rouille et des tripes (Tim-Taylor - 29/01/19)
Taylor Pears
Taylor Pears
Taylor Pears
Rebelles
Rebelles
Age : 28
Emploi : Combattant MMA
Messages : 151
Points : 396
Localisation : DARK DOME
Taylor Pears
Jeu 1 Aoû - 22:47

De la rouille et des tripes (Tim-Taylor - 29/01/19) Pine_g10

Pine Gap...
Les jours se ressemblent. Toujours les mêmes têtes, toujours les mêmes activités. Enfin non, il y a quelques changements depuis que Taylor a mis la main sur du matos avec les recrues, son bras droit et l'ex flic. Du "matos" est un mot réducteur pour désigner un camion citerne d'eau potable, des rations à gogo, du matériel en tout genre et surtout des "femmes" pour la grappe de dégénérés qu'il avait sous sa responsabilité. Même si ça ne profitait pas aux travailleurs forcés, ça leur allégeait le quotidien.
Le risque de soulèvement était désamorcé.

Taylor pouvait reprendre son sport, ses bricolages auto, sa gestion des gardiens puisqu'il avait tous ses Lieutenants qui géraient le reste. Trevor Junker gérait la surveillance de surface. Earl Remington gérait mes travailleurs. Slavo Pachenko gérait les rondes extérieures... et Hando Crowell gérait les machines à métaux.
Ce jour là le chevelu jouait aux Echecs avait une captive. C'est bon pour les neurones les Echecs.
Un appel radio le coupe dans son élan, celui de déplacer un de ses Fou qui devait titiller une Tour.


Garde de la grille d'entrée: " - Véhicule en approche, pas d'appel radio, pas prévenu... j'mitraille !? "

Putain ils en manquaient pas une pour se donner une raison à tirer ! Ces ex-taulards ne pensaient qu'à tuer en dehors de baiser ou boire. C'était pitoyable. L'ex combattant MMA saisit son émetteur récepteur et dit:

- Négatif... tu identifies avant merde ! Si vous déconnez c'est direct la mine ou mes doigts dans ta gorge.

Un visiteur ? Forcement du Dark Dôme.
Taylor remet la chaîne au pied de la jeune et se rend à la grille. Chaleur, poussière, vide... c'est ce qu'était ce coin sans Pine Gap. Seuls les garages et les véhicules customisés attiraient du monde en dehors des courses de bolides. Lorsque le gérant voit la bouille du conducteur, il fait signe qu'on ouvre.


- C'est bon, c'est le fils O'Kane.

Il lui manquait déjà depuis qu'il avait quitté le Dôme ?
Taylor lui montre du bras ou se garer et suit le véhicule à pieds. Main levée pour se couvrir du soleil il lui dira:


- Hey Timmy-Boy ! Que nous vaut cette visite ? Sont pas trop fréquentables les gars d'ici.

Oui, il venait faire quoi là ?


De la rouille et des tripes (Tim-Taylor - 29/01/19) 000ban10
Revenir en haut Aller en bas
Tim O'Kane
Tim O'Kane
Tim O'Kane
Rebelles
Rebelles
Age : 17
Emploi : /
Messages : 140
Points : 975
Tim O'Kane
Mer 7 Aoû - 20:30

Future
starts slow
click
Taylor Pears &
Tim O’Kane
« But it's hard to be hard, I guess
When you're shaking like a dog »

Timothy s’était comporté comme le grand frère responsable que son père attendait de lui bien assez longtemps.

Il avait serré les dents, Byron avait quitté le Dôme, les jours s’étaient enchainés : une semaine, puis deux. Chaque prise de contact désespérée s’était soldée par le silence grésillant d’une fréquence radio abandonnée, et le mauvais pressentiment qui lui serrait le bide depuis le début eut raison de sa patience. La fin de sa troisième semaine d’attente approchait quand le jeune homme s’enferma dans la cabine qui lui servait de chambre, tira de sous son lit une vieille besace de marin et entreprit de dresser la liste de ce qu’il comptait embarquer.

Il ne s’embarrassa que du strict nécessaire : son arme de poing et deux magasins de quinze balles, une lame, un briquet, une trousse de soins basique qu’il dédiait en temps normal aux péripéties de Maggie, six mètres de fine corde d’escalade, sa gourde et une fin de duct tape embarquée au dernier moment. Mais surtout, bien trop peu de vivres : une fois dans la réserve, il avait dû jouer la carte de la discrétion et revoir ses prévisions à la baisse.

Si la vaste majorité des Fury Road vomissaient la morale, il n’y régnait pas moins un ordre militaire soumis à de nombreuses règles en matière de sorties ou de gestion des ressources, notamment les munitions. Tim avait de la chance d’être le fils d’un des lieutenants du grand manitou… Autorisation ou pas, il allait remonter la piste à peine tiède laissée par son père. Il ne lui fallait qu’un minimum d’aide et la certitude que personne n’allait lui casser les couilles.

Cloud était remis et sans doute le choix le plus évident, mais Tim redoutait que Byron ne lui ait fait promettre de l’enfermer dans le Dôme si l’envie lui venait de le retrouver : mieux valait chercher ailleurs que prendre le risque de se faire coincer. S’agissant de ceux de son âge, s’il leur faisait confiance pour l’accompagner dans de stupides chasses aux zombies dans les parages, il n’était pas prêt à mettre sa vie entre leurs mains. Même Lachlan, Olivia et Robin, en dépit de leur amitié. Devant le nombre limité de compagnons de route sérieux, il prit la décision de chercher en dehors des murs du Dôme, non sans faire un crochet pour embrasser sa petite sœur et s’assurer que tout irait bien pour elle.

Le soleil approchait du zenith et la chaleur estivale était déjà étouffante quand le fils O’Kane rejoignit les bâtiments de Pine Gap dans un nuage de poussière. Il n’aimait pas ce bled : rien que la gueule des bourrins qui sillonnaient les couloirs lui donnait envie de s’entrainer au tir, et leur comportement n’arrangeait rien. Mais il avait toujours apprécié Taylor malgré leurs différences et les bleus qu’il lui laissait toujours en cadeau lors de leurs entraînements.

Tim gara la moto, mit pied à terre et déplia la béquille avant de répondre au salut du Lieutenant, pas vraiment tenté par la perspective de devoir redresser le véhicule s’il basculait de côté. Il vissa sur son crâne le chapeau qu’il avait tenu en main toute la route et fit jouer ses phalanges dans une grimace de douleur.

« Hey, Taylor. » répondit-il avec moins d’entrain.

Tout le monde trouvait le moyen de lui parler comme s’il avait toujours quatorze ans, et le tout jeune homme n’était jamais avare d’une petite vacherie en retour. Il avisa les autres types plus loin.

« J’suis sûr que même toi tu sais que les gosses aiment venir au zoo. Franchement, je suis jamais déçu. »

Il arqua un sourcil quand leurs regards se croisèrent.

« J’avais espéré te parler un peu seul à seul, c’est envisageable ou je vous dérange en plein concours de rots ? »

Le sourire qu'il lui adressa était aussi discret que tendu mais, au moins, il était sincère.

:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser