/
 

 :: Great Central Road :: ☠ Flashback Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015
Liam Wilson
Liam Wilson
Liam Wilson
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : Adjoint du shérif, ex-caporal du Australian Army (éclaireur)
Messages : 189
Points : 1407
Localisation : On the road again
Humeur : optimiste
Liam Wilson
Mer 6 Nov - 3:00
Un autopsie surprenante
Voilà plus qu’une semaine que la petite communauté était aux abois. Plusieurs carcasses d’animaux sauvages dans un premier temps, ensuite de ferme, furent découvertes près du bois qui longeait Alice Springs. Au début les habitants parlèrent de Dingo enragé ou bien d’autres prédateurs. Il y avait bien des illuminés qui affirmaient aux illuminati, à la théorie du complot et surtout aux petits hommes verts venant de Mars et qui s’amusaient à dépecer la vache du vieux Tom. Mais des passants remarquèrent un jour des oiseaux charognards en train de festoyer allégrement sur les restes démembré d’un randonneur. L’homme, dont l’identité n’a jamais pu être prouvée, avait été dépecé comme un vulgaire quartier de viande. Les tripes à l’air, on a pu comprendre qu’un ou plusieurs animaux avaient littéralement fait un carnage et défoncer le crâne et le torse pour atteindre les organes internes. L’histoire fit la une, les gens voulant connaître le destin macabre de la victime et connaître la sorte de bête capable d’un acte si barbare. Le sang, tout comme le sexe et le sport, faisait vendre les journaux de par le pays.

Le petit poste de Shérif de la ville était littéralement assiéger par des journalismes voulant l’exclusivité ou bien rapporter les détails sanglants aux nouvelles de 18 heures. La shérif Mia Lewis patrouillait la zone pour calmer les citoyens alors que Liam tenait le fort. Dans la morgue du poste travaillait une jeune femme venu prêter main forte aux deux représentants de l’ordre complètement dépassé.

Calme et poli, le musculeux beau brun escorta une ribambelle de journalistes à la sortie tout en les rassurant qu’il allait les tenir informer du moindre progrès. Déjà on murmurait que les agents fédéraux allaient prendre la relève des autorités locales. Refermant la porte l’ancien éclaireur poussa un soupir de soulagement. Appuyant son dos massif au mur menant à la réception, le vétéran porta sa main à sa nuque pour soulager les tensions.

Liam- Sacré nom de nom. Si j’avais su que la vie d’adjoint était si stressante, j’aurais resté dans mon unité d’éclaireurs. Mais je ne peux rien refuser à Mia et à Papy.  


Il rigola un peu pour se détendre et retourna derrière le comptoir pour taper quelques rapports. La fatigue et le cirque médiatique, jumeler à la vie civile, avait fait descendre la garde de l’ancien briscard. Le bureau de la shérif était entrebâillé, une oreille inquisitrice épiant les paroles de l’homme qui se croyait seul.

Liam- C’est n’importe quoi cette affaire de dingos lunatiques. Dans pas long les habitants font charger dans les bois avec des fourches et des torches…

Le téléphone sonna et de manière calme et posée l’adjoint répondit. C’était la mégère de la communauté, Alexandra Smith. Ayant un petit sourire en coin sur ses lippes charnues, un brin d’incrédulité sur les traits taillés à la serpe du visage viril de l’homme au regard d’azur troublant, la voix rassurante et lente de l’australien se fit entendre.

Liam- Je vais noter ça madame Smith. Vous avez aperçu un Drop Bear tout près… Oui je connais Papy m’en parlait pour éviter que j’aille jouer la nuit dehors.

Pour calmer les inquiétudes de la vieille dame il récita les informations qu’il connaissait de ce croque-mitaine de la culture australienne.

Liam- Ça ressemble beaucoup au koala, mais contrairement à ce dernier il serait très grand, carnivore, agressif et s’attaquerait aux êtres humains. Ces monstres vivraient au sommet des arbres, attendant qu’une personne passe sous l’arbre dans lequel ils se cachent. Alors Ils se laisseraient alors tomber pour s’accrocher au visage et le défigurer et tuer sa proie.

Il soupira en regarda le ciel et quémandant l’assistance de tous les saints pour écourter l’appel.

Liam- Oui il faut se tartiner l’arrière des oreilles avec de la vegemite pour le repousser… Non je n’en ai pas… D’accord je passe demain chez vous pour en prendre… Oui merci madame Smith et bonne nuit.


Il raccrocha le combiné sur son socle s’étira, faisant jouer sa musculation façonné par les années de services dans les forces armées. Lourdement il s’assit sur son fauteuil et tendit la main pour se servir une bonne tasse de café fumante. Mais un petit bruit fit dresser l’oreille du vétéran de tant de conflits. Un pied glissant furtivement sur le parquet ciré. Ne levant aucunement le regard d’azur de sa tasse, le beau brun piocha une seconde tasse et demanda simplement.

Liam- Vous prenez quoi dans votre café? Allez sortez du bureau du Shérif. Les dossiers ne sont pas là…


@Mackenzie Hollister
@Olivia S. Newcombe
Codage par Libella sur Graphiorum


Duty all the way!
Revenir en haut Aller en bas
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Réscapés
Réscapés
Age : 27
Emploi : Journaliste
Messages : 192
Points : 1327
Humeur : Réapprend à s'adapter à la vie en communauté
Mackenzie Hollister
Mer 6 Nov - 18:13
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1
Elle avait désobéit ce jour là. Son boss voulait l'envoyer à Perth, mais entre temps elle avait entendu une info qui lui fit prendre un autre chemin. Du coté de Alice Spring, un appel avait fait écho d'une attaque qui avait matière à écrire un joli papier. Peut-être qu'enfin il la prendrait au sérieux au lieu de lui donner des petites missions de quartier de vol à l'étalage qui ne se terminait même pas en première page.
Josh venait de la quitter, même pas face à face non, un appel et il s'envolait au Japon. Elle l'avait plutôt bien prit même si intérieurement elle bouillonnait de colère

« Va pourrir en enfer crétin ! »

Au volant de la voiture de location, elle fulminait en prenant la route vers le point de chute. Au final elle n'avait pas beaucoup d'info sur l'endroit principal où elle devait se rendre. Quelques notes manuscrites sur son calepin, elle y jetait un œil de temps à autres tout en conduisant. Pas bien c'est vrai.
Le voyant d'essence s'alluma alors qu'elle venait de rouler pendant presque deux bonnes heures

« Et merde ! »

Trouvant une station essence, elle s'y arrêta. Le pompiste s'occupa de sa voiture, elle essaya d'appeler sa mère, pas de réponse, laissa un message sur son répondeur, et ne décrocha pas lorsque Jerry l'appela. Bref, encore quelques heures et elle s'arrêtera pour la nuit dans un motel crasseux en bord de route.
Par chance, elle tomba sur une discussion entre plusieurs personnes qui apparemment allaient au même endroit qu'elle. Dans le lot elle reconnu une de ses concurrente et rivale : Alvina Peterson

-Mac chéééériiiiie ! Que fais-tu là ?


« Et zut ... » Sourire forcé sur ses lèvres lorsqu'elle vint vers elle

« Oooh Alvina je ne t'avais pas vue ... Oh heu .. je vais chez mes parents, je suis en congé donc j'en profite, et toi ? Tu es là pour le boulot ? »

-Oh oui ! Tu as entendu parlé de ces attaques de bêtes sauvages ? J'ai été choisi pour venir couvrir l'affaire, c'est génial non ?
 

« Oui oui génial ... »
Ça lui écorchait les lèvres et elle dû se racler la gorge pour ne pas montrer à quel point sa présence l'irritait

« Et c'est où exactement ? »
Avec un peu de chance la naïveté de Alvina lui permettrait d'en savoir un peu plus

-Après Alice Spring, tu vois il y a un petit village, le shérif, une femme du nom de Lewis c'est elle qui a les infos.

Et bien voilà ! Mackenzie afficha son plus beau sourire, elle venait d'avoir l'information qui lui manquait, car elle avait le lieu mais pas la personne à voir directement

« Et bien je te souhaite d'avoir le scoop du siècle, ma voiture est prête je dois filer ! A bientôt »

Et elle courut presque en direction de sa voiture.
Au passage, elle repéra la voiture de la journaliste et une idée perfide lui traversa l'esprit. Elle se baladait toujours avec un petit couteau de poche, qu'elle mettait dans son sac à main au cas où elle devait se défendre. Elle le prit et partie crever les quatre pneus de la voiture discretos pendant qu'Alvina était partie aux toilettes.
Et voilà la jolie brune repartie, contente et un peu coupable d'avoir une bonne longueur d'avance sur sa concurrente, cette fois.

La route était encore longue, et si Mac voulait arrivée de bonne heure, elle devait se reposer. Elle s'arrêta comme prévu dans un motel et après une toilette et un repas sur le pouce, elle se coucha. C'est très tôt le lendemain qu'elle reprit la route. Elle emportait dans son sac fourre tout une tenue de rechange au cas où elle devait partir comme là, en urgence : Un short en simili cuir et un chemisier en voilage blanc. Facile à transporter et à caser.
tenue:
 
Elle en vit enfin le bout de ce voyage lorsqu'elle arriva devant le bureau du shérif. Une femme en plus, ce serait plus facile qu'avec un homme, solidarité féminine oblige.
Un coup d’œil dans le miroir, elle arrangea ses cheveux, son maquillage et sortie de la voiture en prenant ses affaires.
Des voitures étaient stationnés un peu partout, des concurrents ? En espérant que la Peterson ne soit pas là.
Tout sourire elle entra dans le local du shérif et fit la moue en voyant des tas de journalistes sur place. Elle n'y voyait pas grand chose, mais certains étaient déjà en train de tendre leur téléphone, micro, magnétophone pour avoir des infos. Mackenzie profita de ce brouhaha pour se diriger vers le bureau de Lewis. La porte était fermée, cela voulait sûrement dire  que la femme n'était pas là.

Alors qu'un homme dont elle n'arrivait pas à voir vu le monde, faisait sortir toutes les personnes présente elle en profita pour entrer dans le bureau discrètement. Elle fouilla un peu, chercha dans les dossiers et au final ne trouva rien.

« Merde ! »
Murmura-t-elle assez bas pour ne pas se faire entendre. Lorsqu'elle entendit la voix de l'homme de l'autre coté, elle se figea, jeta un coup d’œil par l’entrebâillement de la porte et souffla en se rendant compte qu'il était au téléphone. Elle pu le voir plus en détail cette fois. Y'avait pas à dire il était sacrément canon. L'adjoint du shérif à première vu. Elle devait pas s'ennuyer la Lewis avec un bellâtre pareil dans les locaux. Trop absorber dans l'admiration des traits enjôleur de cet homme, elle ne fit pas attention qu'il avait terminé sa conversation téléphonique. Cependant, quelque chose vint lui chatouiller le mollet, une araignée, petite mais assez effrayante pour la faire taper du pied.
Elle venait de se faire repéré lorsque le beau mâle l'invita à venir prendre un café.

Se raclant la gorge, elle ouvrit la porte, afficha son plus beau sourire et s'avança vers le bureau

« Avec plaisir, je n'ai pas eu le temps de prendre le mien »

Elle prit place sur la chaise en face de lui, posa son sac sur le sol et croisa ses jambes

« Deux sucres, s'il vous plaît, j'entretiens mon diabète .. Vous saviez que j'étais là avant que je me fasse repéré ou je me suis trahie à cause d'une simple petite araignée ? »

Elle prit la tasse qu'il lui tendit et huma l'odeur, appréciant le café, elle lui trouva une très bonne odeur

« Vous allez me jeter dehors comme vous l'avez fait avec les autres ou je peux me considérer comme une privilégié ? »

Portant la tasse à sa bouche, elle trempa ses lèvres dans le liquide sombre et mordoré tout en observant le regard clair de son interlocuteur
Elle reposa sa tasse sur le bureau, fit glissé un petit carton vers lui, sa carte de presse, de son index
Mackenzie Hollister
The Daily Telegraph
Sidney
« Je suis là aussi pour avoir des infos sur ce qui se passe, vous pouvez m'en dire un peu plus sur le sujet …. S'il vous plaît ? »
Un ptit papillonnage de ses longs cils sur ses yeux en amande rehaussant le vert de ses yeux pour l'amadouer en espérant que cela fasse quelque chose de positif.

:copyright: Crimson Day


L'oubli est fait du silence des morts et du mutisme des vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : undecided
Messages : 41
Points : 429
Olivia S. Newcombe
Jeu 7 Nov - 16:33
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1
Ça fait quelques années maintenant que je bosse comme médecin légiste et je suis régulièrement appelée par la police pour apporter mes lumières dans leurs enquêtes. Ouais, je suis une sorte de Bones. J’adore cette série d’ailleurs ! Moi, je suis un mixte de Bones et des fouines, Angela y compris. Mais ce n’est pas le sujet du jour.
J’ai été appelé dans la cambrousse pour une histoire de randonneurs retrouvé dans un sale état. C’est pas rare que des aventuriers finissent mal mais là, il parait que c’est un vrai carnage. Sac sur l’épaule et sacoche de matos à la main, je me tourne vers mon chef et ami avec un sourire presque lubrique. Décalé avec la situation mais on se comprend.

« Allez, sois pas jaloux ! Tu vas bien t’amuser avec Miss Silicone. »

Je fais allusion à feu-madame seins énorme sur la table. Non réveillée suite à une énième chirurgie esthétique. Si vous voulez mon avis, il y a des morts bien pires ! Emmerdantes pour nous en revanche.

« Mouais… J’espère que les bouseux seront tous moches. »

« Quel mauvais joueur ! »

Nous avons tiré à pile ou face qui irait et j’ai gagné ! Ah ! Ah ! J’adore gagner. Un dernier clin d’œil et me voilà qui passe la porte. En même temps, nous nous crions :

« Ne fais rien que je ne ferais pas ! »

Réplique culte de Cher et nous éclatons de rire sous le regard médusé de mon assistant qui me suit comme mon ombre. On quitte la morgue, monte dans le taxi qui nous attend pour la gare et direction Péquenaudville. Oh ça va, moi aussi je viens de la campagne, j’ai le droit de critiquer. Et puis je connais le shérif et son adjoint, on a déjà bossé avec eux.
Nous arrivons quelques heures plus tard, salutations d’usage et j’attaque direct. Je vanne un peu sur leur morgue à l’ancienne, envoie Joe nous chercher à boire et à manger et j’attaque. Ouais, m’en faut plus pour me couper l’appétit et j’ai trop la dalle. Je vais pouvoir manger celui de mon assistant parce qu’il vomit ses tripes devant l’absence de celles du cadavre. Il faut avouer qu’il est dans un sale état.

« Je crois que j’ai pas vu aussi dégueu depuis le motard écrasé entre deux poids lourds. Les conducteurs savaient même pas qu’il était entre leurs deux camions !... Rohhh Joe ! Fais gaffe aux prélèvements ! Va prendre l’air… Oh ! Mazeltov ! »

Joe me regarde, la main devant la bouche. J’extirpe quelque chose de l’abdomen de notre inconnu.

« C’est une dent. Humaine ! »

Je la mets dans une "pochette à conviction" et fais glisser mes lunettes loupes pour mieux ausculter les côtes.

« Viens voir, le bleu. »

On dirait que la curiosité l’emporte sur sa nausée. Je lui passe les lunettes, qu’il enfile, et lui montre où regarder.

« Je ne vois rien… »

Tape sur l’arrière de la tête.

« Regarde mieux. »


Il prend son temps, m’énumère des griffures, morsures d’animaux et soudain il lâche un putain.

« Tape m’en cinq ! »

Je lève la main, il ne réagit pas. Quel boulet ! Il a l’air con en plus avec les lunettes loupe.

« Continue d’observer, faut que je parle au Shérif. »

Je retire mes gants et les jette dans la poubelle, avant de remonter quatre à quatre les escaliers. C’est calme là-haut et l’adjoint se paie un café avec une belle brune. Sourire en coin, j’en ferais bien mon 4heures. De qui ? Des deux ! Surtout quand ils se tournent vers moi, bouche en cœur. Miam ! J'agite le sachet avec la dent.

« Nous n’allez pas en revenir ! Ce ne sont pas les animaux qui lui ont fait ça ! Et celui qui l’a fait avait une dent contre lui ! »

Oh punaise, elle est bonne celle là ! Ravi aurait rigolé avec moi. Pas eux. Pas grave, je finis m’approcher. La radio grésille. Apparemment, quelqu’un a trouvé un autre corps vu le code d’urgence. Ravi va vraiment être dégouté !!!

:copyright: Crimson Day

HJ:
 


Schizo

Celui qu'on est, celui qu'on montre, celui que les autres voient et celui qu'on voudrait être... ©️ belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Liam Wilson
Liam Wilson
Liam Wilson
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : Adjoint du shérif, ex-caporal du Australian Army (éclaireur)
Messages : 189
Points : 1407
Localisation : On the road again
Humeur : optimiste
Liam Wilson
Sam 9 Nov - 14:18
Un autopsie surprenante
Liam se préparait à relever la tête pour voir l’espion qui s’était infiltré dans le bureau de sa patronne. L’esprit analytique de l’homme musculeux passa quelques options de journalistes qu’il venait de rencontrer. Le gros type suant comme un porc et étant aussi gluant que le flacon d’huile d’une masseuse avec son portefeuille bien garni, l’écervelée blonde à la forte poitrine qui croyait faire chanter le vétéran comme un rossignol en lui dévoilant la sinueuse vallée entre ses deux monts de chairs tremblotants plastifiés. Le goût en femme de l’ancien éclaireur d’élite était une silhouette naturelle et athlétique. Un caractère de fer et un sourire autant rare que précieux. On ajoute une chevelure de bronze ardente et c’est exactement celle qui arpente les songes du vétéran. Donc en relevant la tête le regard d’azur renversant et doux de l’adjoint fut saisit de stupeur. Les traits taillés à la serpe du visage viril et portant la barbe de trois jours trahirent l’hébétement passager avant que Liam puisse reprendre une contenance professionnelle. Un sourire lumineux sur des lèvres sensuelles, un visage sculpté par les mains d’un artiste qui avait eu la visite de sa muse. Un regard de jade sublime et rayonnant avec des yeux en amandes trahissant un parent de descendance asiatique. Un corps athlétique légèrement bronzé et sublime. Mais Liam détailla en profondeur la silhouette habillée d’un short de cuir et d’un chemisier à la blancheur virginale et un éclat de déception passa avec la légèreté d’un battement d’aile dans son regard profond. Pendant un bref instant l’adjoint croyait à tort que c’était la shérif qui avait su déceler la tendresse qui enveloppait chaque geste et parole que l’adonis faisait envers elle. Qu’elle voulait de lui. Mais ce n’était pas Mia, plutôt une étrangère majestueuse et déployant charme et rêverie tout autour d’elle.

Disposant d’un minimum de savoir-vivre et de galanterie transmise par la main de fer de son ancien militaire revanchard de papy, Liam se leva pour tirer la chaise à la brunette. Cette dernière s’assit avec une grâce innée et croisa ses longues jambes qui semblaient si soyeuse. En vérité la femme tout sourire pouvait aisément être une mannequin de calibre internationale qui pourra fondre d’un regard ardent le plus glaciale des cœurs. Mais pour l’adonis en jeans et t-shirt noir laissant deviner une musculation développé et bien entretenu, elle était un pâle reflet de la beauté que pouvait incarner la shérif à son regard d’azur renversant. Mais dans un autre sens, voilà bien des mois qu’aucune femme n’avait joué la carte de la séduction envers le viril adjoint et ça faisait un velours pour le vétéran endurci. Servant le café de la demoiselle pour ensuite pousser le sucrier vers elle, l’ancien caporal rigola aux morts de celle-ci. Ce n’était en rien un rire mesquin, juste une exclamation d’honnête et de franchise qui ne véhiculait plus trop dans ce monde superficielle.

Liam- Avec ce qui se passe et le retour à la vie civile, je me suis un peu assoupie mademoiselle. Une honte pour un ancien éclaireur des Whites Dingos…

Ce régiment d’élite n’avait que dans ses rangs des durs à cuire et des hommes dont le sang originel de leur être semblait à la fois glaciale devant l’horreur ou bien enflammé dans le feu de l’action. Souriant grandement d’une manière à la fois étincelante et charmeuse, le beau brun fit un clin d’œil complice avant de rajouter aux paroles de la belle avec une voix rauque et chaude quelques mots.

Liam- Un café et ensuite je vais devoir vous demander de quitter… Mais privilégiée aussi car il en faut beaucoup pour me surprendre. Vous devez être une pro de la cachette?

Une carte glissa alors vers le beau jeune homme à la chevelure de bronze en fusion et il comprit alors que c’était une journaliste. Il siffla d’étonnement et le vétéran eut un sourire qui fut à la fois enthousiasme et surtout satisfait. Il tendit alors une main sur et confiante pour échanger une bonne poignée franche et honnête.

Liam- Ravi de vous connaître mademoiselle Hollster. Liam Wilson adjoint du shérif. Enfin un journal sérieux et pas les potins à scandales de la nana soufflée aux silicones ou bien du bull dogue si antipathique. L’armée autorisait seulement votre journal sur les basses et souvent c’était les seules nouvelles que nous avions du pays lors des déploiements…


La jeune femme fit alors la demande légitime que n’importe quel fouille-merde professionnel fait dans sa situation, à savoir des renseignements sur l’histoire en cours. Un nouveau battement des longs cils de la brunette, le genre qui pourrait renverser n’importe quel homme vers l’hébétement le plus stupide qui soit, fit hocher doucement la tête de l’adonis des forces de l’ordre. Sortant un dossier du comptoir de la réception le jeune homme le fit mine de le tendre à la avide journaliste. Joueur l’ancien militaire le releva et fit un clin d’œil complice à la journaliste.

Liam- D’accord. Des fois un regard neuf peut bien aider à trouver un truc qui nous à échapper. Mais pour l’égard de la victime vous pouvez taire les détails trop sordides?

Dans le dossier on pouvait deviner aisément l’esprit analytique de l’ancien éclaireur d’élite. Une carte de la région ou les attaques étaient répertorié. La date et l’heure de la découverte, les estimations de distance entre chaque attaque et même le rayon de dispersion des morceaux de cadavres. Les témoignages de fermiers et du couple qui avait découvert le cadavre éventrer de la dernière victime. Les forces de l’ordre ne pouvaient identifier le type vu qu’il manquait simplement la tête et les mains avaient étaient tellement mastiquer que les empreintes digitales étaient simplement inexistantes. Liam s’était même approcher pour donner des explications au questionnement logique de la journaliste. Un rapprochement aucunement personnel, juste professionnel. Et comme de raison la médecin-légiste choisi cet instant pour faire une entrée théâtrale. L’adonis espérait simplement que la machine à rumeurs ne serait pas alimenter fut sa proximité avec la magnifique brunette. Il écouta l’explication de la jeune femme à la peau ivoirienne et la mâchoire virile du barbu de trois jours subis l’attrait de la gravité terrestre. Un cannibale, un humain avait tué cet homme. Mais la fin des paroles de la spécialiste de l’investigation mortuaire était plutôt bien puncher. La preuve de ses dires, une dent humaine dans un sac hermétique, confirmait que ce n’était pas un cauchemar. Se levant, déployant sa masse attrayante de muscles sculptés que son t-shirt dévoilait sans peine, l’ancien militaire hocha la tête en reprenant une contenance professionnelle après avoir accusé le coup.

Liam- Donc c’est un type qui a fait ça… Il n’a pas été de main morte et a eu les dents longues… Aussi il n’a pas mâché que des mots…


Il avait sorti exactement le même humour noir que son grand-père privilégiait, ce trait d’esprit qu’il partageait avec la jeune femme au teint livide. Les deux s’étaient lancer joyeusement la balle lors d’un souper quand la médecin légiste avait dormi chez le vieil homme vu que l’unique hôtel était fermée pour cause de réparations. Mais il ne put continuer à parler que l’émetteur-radio prit subitement vie et la voix de Mia laissa tomber un code sinistre et une adresse.

Liam- Putain une autre victime qui doit ressembler à celui d’en bas…

Il répondit à la shérif qu'il se rendait en posotion. Voyant la lueur avarice dans le regard de jade de Mackenzie, l’adjoint fit un hochement de tête positif.

Liam- Oui vous pouvez venir mademoiselle Hollister. Si je vous l’interdit vous allez y aller quand même vu que vous connaissez l’adresse. Juste à passer une salopette et des bottes vu que votre accoutrement ne va pas s’agencer avec le bush…

Le viril homme à la silhouette qui rendrait vert de jalousie n’importe quelle divinité de l’Olympe fit alors des rapides présentations.

Liam- Mackenzie Hollister voici l’une des meilleures expertes du pays en matière de médecine légale, Olivia S. Newcombe. Liv, mademoiselle Hollster travaille pour le prestigieux The Daily Telegraph de Sidney.

Le trio se prépara rapidement et Liam plaça le dossier en lieu sûr. Les trois personnes grimpèrent dans le véhicule d’urgence et se rendirent sur les lieux du drame. Comme de raison l’homme avait laisser conduire Olivia vu que un c’était le véhicule de la morgue et de deux cette dernière connaissait l’aversion des automobiles de l’éclaireur d’élite.

Liam- Donc c’est un type qui à jouer les Jack l’éventreur, il a bouffé ensuite et les charognards ont détruit les indices en mangeant les restes… Liv vous êtes la meilleure. Bordel de merde on a un cinglé dans la nature qui crève de la dalle…

Le boisée où se rendit le véhicule était à l’écart des habitations. Un vieux fermier était là avec son chien et regardait le trio s’extirper de l’habitacle d’un œil mauvais et méfiant. Liam se présenta et aussitôt Tommy Smith rigola.

Smith- Putain de merde le gamin de John Wilson… Ce vieux crouton t’a bien formé… Bon le type déclinquer est là pas… Encore une conne de touriste qui voulait essayer de gravir la montagne… Le dingos lui ont arraché la gorge…

Le vétéran remercia le fermier et lui demanda de rester là avec son chien. Aussi d’indiquer les lieux à la shérif vu qu’elle allait arriver sous peu. Alors le jovial adjoint se transforma en celui qui était dans l’armée, un éclaireur alerte et surtout observateur. Le sourire disparut pour ne laisser place qu’à la concentration la plus complète sur ses traits virils couper à la serpe.

Liam- Je vais essayer de trouver des indices autour du cadavre. Liv vous pouvez faire votre magie avant qu’on emmène la victime pour un examen à la morgue? Mademoiselle Hollister vous pouvez interroger le vieux Smith s’il vous plaît? Comme ça nous allons couvrir plus de terrain rapidement…


@Mackenzie Hollister
@Olivia S. Newcombe
Codage par Libella sur Graphiorum


Duty all the way!
Revenir en haut Aller en bas
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Réscapés
Réscapés
Age : 27
Emploi : Journaliste
Messages : 192
Points : 1327
Humeur : Réapprend à s'adapter à la vie en communauté
Mackenzie Hollister
Dim 10 Nov - 21:08
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1
Le fait qu'il dise qu'il se soit assoupi sera sûrement la version qu'il donnera à sa cheffe lorsque celle-ci attendra des comptes de la part de son shérif adjoint sur la présence de la jeune femme dans son bureau. Car Mackenzie avait bien vu qu'il était au téléphone, c'est bien pour cela qu'elle s'était faite repérée, si elle avait été plus subtile elle ne se serait pas faite avoir par une stupide araignée. Soit, qu'il fasse ce qu'il veut après tout, elle tant qu'elle a ce qu'elle veut le reste elle s'en fout.

Affichant un sourire poli, elle accepta la chaise, le café, le sucre et tous le reste. Toutefois, elle fit la moue lorsqu'il invoqua son potentiel renvoie de cette pièce. Avait-elle fait tous ce chemin dans le dos de son boss pour se voir être rétrogradée de la sorte ? Elle espérait bien que non et ferait tous, ou dans la limite du possible, pour que son article puisse paraître en première page dès qu'il sera écrit.

« Avec mon métier, j'ai appris à me faire discrète et à trouver la moindre petite cachette pour obtenir un maximum d'informations. Vous devez en voir souvent des journalistes, à moins que ce soit la première fois qu'il se passe un truc aussi bizarre dans le coin ? Ce qui serait donc une première pour vous d'avoir autant de monde qui afflux. »

Elle porta la tasse à sa bouche, en bu une nouvelle gorgée. Lorsque la carte lui fut présenter, elle serra sa main qu'il lui avait tendue et se félicita d'avoir fait un pas de plus en avant. Car il ne se précipitait pas pour la chasser. Un soulagement l'envahi lorsqu'il évoqua son journal. Il s'avérait que le Daily Telegraph était réputé pour que les infos soient le plus vrai possible et qu'il soit aussi le plus discret en matière des sources obtenus. Elle rit, de son rire cristallin, en l'entendant détailler sans trop d'exagération les journaleux pot de colle, siliconer et puant de transpirations qui étaient pour la plus part des sang sue sans cœur et avide d'informations.

« Et encore vous n'êtes pas tombé sur Alvina Peterson, elle est siliconer de partout, c'est à peine si elle passerait la porte avec son imposante poitrine à la Pamela Anderson. Mais j'ai fais en sorte qu'elle ne vienne pas vous importuné de sitôt »

Un sourire énigmatique étira ses lèvres rosées et charnues en repensant à cette femme qui devait attendre que les pneus de sa voiture lui soit changés pour pouvoir repartir. Avec un peu de chance, elle en aurait pour un moment.

« Avec plaisir Monsieur Wilson ! »

Dit elle lorsqu'il lui proposa de jeter un œil au dossier en cours. Elle reprit un visage sérieux lorsqu'il évoqua la discrétion sur cette affaire, elle se pencha en avant sur le bureau pour lui répondre dans la plus grande confidence

« Promis, d'ailleurs, avant d'imprimer l'article vous serez le premier à le lire, vous aurez le droit d'y mettre votre touche personnelle et je ferais les modifications si nécessaire. »

La journaliste ouvrit le dossier et commença le regarder, lire, ausculter avec beaucoup d'attention. Plus elle le scrutait plus ses sourcils se plissaient

« Etrange ... c'est assez éparpillé, en fait ça commence ici, ça continu là mais en même temps ça part un peu dans tous les sens. Celui qui fait ça que ce soit un homme ou un animal n'a pas de but précis. C'est comme si il ne suivait pas une trajectoire mais attaquait selon ce qu'il rencontre. »

Avec son index, elle suivait la ligne imaginaire entre chaque attaque et parut perturbée par cette constatation. Il n'y avait rien de concret et précis dans cette enquête. C'est marché sur des œufs pour ne pas sacrifier le moindre petit indice qui pourrait débloqué cette histoire sordide mais qui leur était invisible pour l'instant.

«Qui a été le plus attaqué, l'homme ou l'animal ? »

Elle releva la tête en posant cette question et c'est à ce moment là que la porte s'ouvrit à la volée et qu'une femme entra. Elle sursauta sur son siège et se tourna pour voir qui venait d'arriver. Une femme à la peau aussi blanche que ses cheveux tout sourire, avait une information cruciale à remettre à l'adjoint. Apparemment elle n'était pas la shérif. Elle compris en les entendant parlé que l'albinos, puisque vu son teint, ses cheveux, ses yeux, était médecin légiste et qu'elle avait trouvé un indice important. Une dent ? Une idée ou plutôt un souvenir lui vint en mémoire et elle l'a fit partagé

« Avez-vous entendu parlé de cette drogue aux Etats Unis qui rendait les gens cannibale ? Elle a été appelé la « drogue du zombie » ou un truc du genre. Les gens qui la prenait devenait fou, s'attaquait à leur semblable et certains ce sont vu avoir été mordu jusqu'au sang. Ceux qui étaient sous l'emprise de ce stupéfiant ne se souvenait de rien lorsque les effets furent estompé. Pensez-vous que cette drogue pourrait en être la cause ? »

A l'époque, elle avait épluché les articles de presses et vu les informations en boucle sur le sujet tellement s'était insensé et pourtant bien réel. Et si aujourd'hui c'est ce qui se passait en Australie ?

« Avez vous regardé dans l'estomac de votre ...cadavre si il pouvait y avoir des restes humains ? Sait-on jamais si lui aussi avait prit cette drogue il aurait pu avoir essayé de mordre quelqu'un et pourquoi pas faire des examens plus pousser pour savoir si il n'y aurait pas des restes de cette drogue dans son organisme ? »

C'était une suggestion, et toutes les pistes ou hypothèses étaient bonne à prendre et à transmettre.
La radio grésilla, une voix féminine se fit entendre, Mackenzie resta muette tout le long de la discussion entre l'adjoint et sa cheffe. Cependant, son regard devint malicieux et avide d'en savoir et d'en voir plus. Elle trépigna sur sa chaise attendant que celui-ci termine sa conversation pour demander à venir avec lui. Elle n'eut pas besoin de le faire, il le lui proposa, ce qui eut pour effet de la rendre ravie et elle poussa un cri de joie. Se levant de sa chaise d'un bond, elle attrapa son sac prête à partir. Mais sa joie fut de courte durée lorsqu'il lui demanda de changer de vêtements. Elle fit la moue en voyant ce qu'il lui proposait.

« Bon … okay ... »

Elle retira ses escarpins, enfila la salopette sur ses vêtements et mis ses pieds dans les bottes en caoutchouc non sans faire une grimace de dégoûts lorsque ses pieds nus touchèrent le fond moite des bottes

C'est à ce moment là qu'il se décida à présenter la nouvelle arrivée. Mackenzie se tourna vers la jeune femme et lui tendit sa main en souriant

« Ca doit pas être facile tous les jours ce genre de boulot .. faut aimé décortiquer les morts et avoir l'estomac bien accroché »


Ce que la brune n'avait pas forcément, elle n'avait pas encore vu les cadavres pour se faire une idée des désastres causés par on ne savait qui ou quoi pour le moment.

Le trio s'en alla donc vers l'endroit communiqué par la shérif. La brune prit place à l'arrière du véhicule appartenant à Olivia, ses deux compagnons se posèrent devant. Le véhicule appartenant à la jeune femme, c'est donc elle qui se trouve au volant, logique. Elle suivi les indications communiqués par Liam, les suivants à la lettre. La brune à l'arrière était pas mal secoué, lorsque son téléphone sonna. Elle grimaça en voyant qui l'appelait. Affichant un sourire crispé elle décrocha

« Jerry ! Comment vas-tu ? …. Comment ça je ne suis pas à Perth ? … Mais si j'y suis … hum hum … ah bon ? Tu es sûr ? Alvina Peterson cette garce .. oui je l'ai croisé … non je n'ai pas pris l'avion j'ai le mal de l'air … c'est nouveau oui … je suis presque arrivée à Perth d'ailleurs je vais devoir raccroché … Ah je passe sous un tunnel ...bip bip bip »

Elle raccrocha, éteignit son téléphone et le fourra dans son sac
« On est bientôt arrivés ? »

Demanda-t-elle pour passer à autre chose. Et se fut le cas ils arrivèrent peu de temps après. Elle sortie rapidement de l'habitacle. Un fermier était présent il les attendait. Pendant que lui et Wilson échangeaient quelques mots, la brune observa les alentours. Affublée de la salopette et des bottes, elle était en raccord avec le décor. Liam la chargea ensuite d'interroger le fermier. Fidèle à elle-même elle s'exécuta. N'était-elle pas là pour ça ? Obtenir des indices, des infos ?


:copyright: Crimson Day


L'oubli est fait du silence des morts et du mutisme des vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : undecided
Messages : 41
Points : 429
Olivia S. Newcombe
Mer 20 Nov - 17:00
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1
Visiblement, ma découverte frappe fort ! Il faut bien avouer que des cannibales on en retrouve peu à l’heure actuelle. Et les seuls dont les gens se souviennent sont ceux du style d’Ed Kemper. Faut avoue aussi que le cannibalisme n’est pas bon du tout pour la santé et engendre des tas de maladies et déficiences chez l’humain qui le pratique. Bref. Le bel adjoint du shérif finit par retrouver la parole. Je rigole à ses jeux de mots. Il a de l’humour le beau gosse ! Comme son grand père que j’ai pu rencontrer la fois dernière. Un homme super, soit dit en passant. Et les beaux gosses c’est dans les gènes chez eux, soit dit en passant aussi. La brune m’enchaine de questions mais j’ai même pas le temps de répondre car l’appel radio nous coupe la parole. Mes yeux s’écarquillent : rien de mieux qu’un corps frais ! Oui, je suis horrible mais ça ne changera rien à son état donc… On va y aller et la belle brune nous accompagne. Là, je comprends que ça doit être une journaliste vu les remarques. Liam prend quelques secondes pour nous présenter et je souris toutes mes dents, ravie d’être moussée de la sorte. Je tends ma main libre à la jolie Mackenzie, qui est bien journaliste. Petite œillade, après tout, elle aime peut être les femmes.

« Enchantée. S’il y a bien une chose que j’aime c’est que les morts ne vous déçoivent jamais !»

Puis je claque des doigts et déclare que je vais vite préparer mon matos. Je préviens mon bleu et lui dit de rester ici pour continuer à bosser. Puni, le bleu ! Ah ! Ah ! On prend mon véhicule et c’est parti. Je le laisse juste m’indiquer la route. On parle de notre homme, le cannibale.

« Merci, merci ! et oui, c’est bien ça ! Elle n’était pas dans l’estomac mais bien plantée dans les os de notre défunt. Qui lui, n’avait rien mangé d’extra pour répondre à votre question Mack’. Après, c’est à vous, Liam, de déterminer si on a droit à une tueur en série mais j’espère qu’il est seul dans son délire oui. Parce qu’un deuxième, je crois qu’on peut exclure le bad trip…»

Nous arrivons, accueillis par le bouseux typique. Je prends mon matos tandis que le vieux lui indique où se trouve la victime. Ouais parce que je doute vraiment que ce soit un accident. Liam se transforme en militaire, moi j’ai ma combi de super légiste avec tous les instruments.

« Je vais commencer par les photos des lieux et du corps pour qu’on ne loupe rien. »

Mackenzie part interroger le fermier, Liam dispose un périmètre de sécurité autour du corps que je découvre. Celui a sa tête, c’est déjà ça. Même si elle ne tient que par quelques endroits tant celui qui lui a fait ça l’a égorgé. Ok, ça peut avoir été fait par un animal mais je kiffe l’idée d’un tueur qui se prendrait pour une bête.

« Désolé mon vieux. »


Je place mes petits marquages jaunes numérotés et je commence mon travail autour du corps avant de m’intéresser à lui. Quand j’aurais terminé avec les photos, je prendrais la température pour estimer l’heure du décès. Ça me prend que quelques minutes, je passe au corps. Lacérations, traces de morsures, reste à définir par qui ou quoi. Mains gantées je prends les siennes : blessures défensives. Penchée au-dessus du corps, avec une de mes baguettes, j’ouvre la bouche de l’inconnu car on dirait qu’il y a quelque chose dedans. La rigidité cadavérique ne m’aide pas des masses et je me sens comme Jodie Foster dans Le silence des agneaux. Non, je ne découvre pas le cocon d’un papillon coincé dans la gorge du mort mais un doigt. Je le sors, l’observe et le glisse dans un sac.

« Notre tueur a perdu un doigt ! »

Je range la pièce à conviction.

« Je veux bien un coup de main pour le mettre dans la housse. »



:copyright: Crimson Day



Schizo

Celui qu'on est, celui qu'on montre, celui que les autres voient et celui qu'on voudrait être... ©️ belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Mia Lewis
Mia Lewis
Mia Lewis
Survivants
Survivants
Age : 32
Emploi : Shérif / Chasseur de Primes
Messages : 64
Points : 334
Localisation : Sur les routes
Mia Lewis
Lun 25 Nov - 17:05
Une autopsie surprenante
feat. Liam, Mackenzie et Olivia

Depuis quelques jours ou semaines, je ne sais plus trop, la situation est devenue assez étrange ici. Il faut dire que se retrouver avec des carcasses d'animaux dévorés par on ne sait quoi et des gens agressifs à tous les coins de rue, ce n'est pas vraiment quelque chose qu'on a l'habitude de voir par ici. En temps normal, Alice Spring c'est plus tranquille et à part quelques histoires de mecs bourrés ou d'autres violences de ce type, on est pas souvent appelé sur des corps découverts à moitié mangés... Sauf que là, depuis ce matin, depuis que j'ai pris mon service, ma radio n'arrête pas de grésiller pour me dire qu'il faut que je me rende à tel ou tel endroit. Je crois que j'en suis au troisième appel du même genre et ça commence à faire beaucoup, même pour Alice Spring... Cette fois, le corps se trouvait vers une ferme, en périphérie de la ville. Ne pouvant pas rejoindre le lieu immédiatement, j'appuie sur le bouton de ma radio pour rejoindre Liam, mon adjoint. Ce dernier est au poste pour assurer une permanence. Rapidement, je lui transmet la position du corps et je lui donne quelques consignes, notamment celle de rester prudent. Au passage, je tique lorsque j'entend la voix, ou plutôt deux voix de femmes. Je secoue la tête, amusée, à croire que Liam ne sait pas se passer de la gente féminine même au boulot.

Comme prévu, j'arrive sur les lieux quelques minutes après Liam. Avant de quitter la voiture, j'enfile ma veste en cuir par dessus mon uniforme. Je quitte l'habitacle et j'avance rapidement vers le corps. Liam est déjà là, avec Olivia et une autre femme. Je fronce les sourcils et je plisse les yeux quelques secondes, histoire de voir de qui il peut s'agir mais sa tête ne me parle pas. Je m'avance vers le groupe et je salue rapidement Olivia d'un signe de la tête avant de me tourner vers l'inconnue.

"Shérif Lewis, vous êtes ?"

Je jette un rapide coup d'oeil à Liam avant de me tourner vers Olivia. Je m'accroupis près du corps et je commence à parler.

"Laisse moi deviner... Il a été mangé par quelque chose ou plutôt quelqu'un ?"

Je me relève et m'approche de Liam qui cherche des indices autour de la scène de crime... Je pousse un soupir et repousse une mèche de cheveux avant de croiser les bras. Le regard sévère, j'observe la jeune femme qui est restée près d'Olivia et sans le regarder, je m'adresse à mon adjoint.

"La prochaine fois que tu as envie de jouer les playboy, évite d'inviter la femme sur le lieu d'un crime... Tu sais que j'ai horreur des journalistes en plus."

Je lui donne un coup d'épaule, le regard taquin avant de retourner près du corps.

"C'est le troisième cas aujourd'hui... Il va vraiment falloir qu'on mette la main sur ce psychopathe cannibale si on veut éviter la panique..."  

© nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Liam Wilson
Liam Wilson
Liam Wilson
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : Adjoint du shérif, ex-caporal du Australian Army (éclaireur)
Messages : 189
Points : 1407
Localisation : On the road again
Humeur : optimiste
Liam Wilson
Mar 26 Nov - 3:03
Un autopsie surprenante
L’esprit analytique et surtout le regard d’azur méticuleux de l’adjoint du shérif se posa sur la scène de crime. La nature avait été littéralement piétinée avec frénésie, une sorte de danse macabre vint alors en pensée à Liam. Une lutte pour la survie qui n’a eu que pour issue la fin d’une autre âme. Soupirant de frustration de ne pas avoir pu aider la victime, le beau brun se tourna à demi pour faire un sourire d’encouragement vers les deux femmes qui étaient affairé à l’aider dans l’investigation. Liv semblait comme à son habitude en maîtrise total de ses sens et travaillait avec efficacité et surtout professionnalisme. La journaliste utilisait son charisme époustouflant et menait de main de maître l’interrogatoire du fermier qui roucoulait comme un pinson. À son tour il prit quelques signets pour noter des traces de pas, une branche proprement cassé et une découverte des plus bizarres sur des feuilles. Alors qu’il se redressait l’ancien éclaireur vit le fermier quitter les lieux en rigolant tout doucement.

Fermier- Voilà j’ai tout raconté à la demoiselle gamin. Tu devrais l’encourager tout le monde voudrait lui causer à ce jolie minois… Si vous allez au bar je vous paie la bière.

Haussant les épaules le viril adonis musculeux fit un clin d’œil complice aux deux femmes.

Liam- Je crois que je vais leur devoir un bon remontant pour l’aide apporter c’est sur… On va certainement mourir de soif et on va peut-être rire à orge déployer.

Encore un peu l’humour douteux que le paternel Wilson aurait adoré vu la gorge arraché de la victime. Mais le sourire craquant et charmeur de l’homme disparut quand la jeep noire de la Shérif Lewis arriva pour bloquer l’allée boueuse. Olivia parla de sa découverte et aussitôt Liam s’avança pour aider à mettre le corps dans le sac à cadavre. De par son expérience au front, l’éclaireur d’élite avait déjà dû s’acquitter de cette besogne guère reluisante. Sèchement la shérif s’enquit de l’identité de la jeune journaliste. Une pique bien sertie de la part de Mia qui fit rigoler tout doucement le bel adjoint qui lui répondit du tact au tact.

Liam- Si je suis playboy les cochons voleraient et Papy sera aimable… Shérif mademoiselle Hollister nous a aider à élaborer des théories sur une des causes, à savoir la « drogue du zombie » provenant des ricains. Aussi Olivia a pu faire son art tranquille pendant que je cherchais des indices car mademoiselle Hollister à recueilli le témoignage du vieux Smith… En plus son journal est digne de confiance et on est loin des supposés journalistes qui sont en fait des fouilles-merdes de ramasseurs de potins… Vous savez c’est le seul journal que mon grand-père lit alors qu’il crache sur toutes les sources d’informations Shérif. On peut faire confiance à Silas Wilson…

Le héros du Vietnam, récipiendaire de la Victoria Cross et ayant un parcours glorieux, était comme le loup blanc pour les journalistes. Personne portant un micro ou un calepin ne pouvait l’approcher sans se faire traiter de tous les noms d’oiseaux et parler du pays par le vieil vétéran vindicatif. Un fouille-merde avait eu l’audace de venir sonner à la porte lors du repas du soir alors que le fermier, son gamin et Olivia soupaient tranquillement en rigolant. L’équipe de télévision avait voulu soutirer des informations à la jeune femme au teint ivoirien. La médecin légiste avait sembler apprécier la langue de bois de l’ancêtre et sa façon d’expéditive manu militari l’équipe de reportage. Faisant un clin d’œil complice à Mia, souriant à ce souvenir qui avait fait bien rire la brunette, l’ancien militaire laissant la spécialiste du médico-légal parler. Ensuite Il fit un sine de tête encourageant à Mackenzie de se lancer à l’eau pour les questions. Quand les deux femmes eut fini l’adjoint aux traits taillé à la serpe pointa du menton un coup de la forêt.

Liam- Mesdames je crois qu’on a plusieurs individus et que la victime n’était pas seule. La branche cassé juste ici à servit de massue et la personne s’en ai servi allégrement. Hors si c’était la victime le morceau sera à côté d’elle. On peut voir aussi les traces de bottes de randonnés qui semblent s’éloigner et vu l’écart c’était à la course.

Il indiqua les pancartes jaunes de l’index en s’accroupissant. On pouvait deviner aisément la danse des muscles de Liam qui jouaient sous le mouvement et les vêtements semblaient à cet instant à une seconde peau.

Liam- On peut voir qu’au moins quatre individus se sont lancés à la poursuite de l’accompagnateur de la victime. Un nu pied, l’autre avec des bottes en caoutchouc et les deux autres des bottines à caps d’acier. Hors les pas semblent hésitants, comme si les assaillants étaient soient blessés ou bien intoxiquer.


Aussi le vétéran de l’armée pointa du doigt une feuille où une étrange humeur noirâtre et épaisse semblait figée.

Liam- Je crois que c’est du sang coagulé… J’en ai vu souvent au front. Liv vous pouvez voir? Mais je ne comprends pas comment ce truc s’est retrouvé là…


@Mackenzie Hollister
@Olivia S. Newcombe
@Mia Lewis
Codage par Libella sur Graphiorum


Duty all the way!
Revenir en haut Aller en bas
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Réscapés
Réscapés
Age : 27
Emploi : Journaliste
Messages : 192
Points : 1327
Humeur : Réapprend à s'adapter à la vie en communauté
Mackenzie Hollister
Sam 30 Nov - 16:16
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam,Liv & Mia

   
Plus besoin de magnétophone, de calepin et de stylo, avec les technologies d'aujourd'hui, il ne lui fallait que son téléphone pour enregistrer la déposition du fermier. C'est ainsi qu'elle s'appliqua à lui poser des questions et à enregistré ses réponses qui au final n'apportaient pas beaucoup d'avancer dans l'enquête. Il n'avait rien vu à proprement parlé, ne se basait que sur des déductions sur le fait que ce soit un animal et avait mit les bruits entendu sur des râles de Dingos. Des râles étranges et profond qui d'après lui, faisaient froid dans le dos

« Hum hum … intéressant … et d'après vous ce serait un animal qui aurait émit ces bruits ? »

-Bah … p't'ete bin, des z'animaux yen a plein dans l'coin, y font beaucoup d'bruit ces bestioles, comme ceux d'ma ferme, voulez les voir ?

« Non merci, ça ira .. »

Conclut-elle avec un sourire poli mais légèrement crispé. Elle n'aimait pas trop le regard qu'il portait sur elle, le genre de regard sadique et pervers qui faisait froid dans le dos. Et pourtant elle aurait espérée que son accoutrement lui donne une autre image plus adéquat pour le lieu et moins celui d'une femme civilisé paré pour le travail. Perdu. Peu importe sa tenue un homme reste un homme.
Elle mit une distance entre elle et lui et vint rejoindre l'adjoint du chérif pour lui transmettre verbalement les données enregistrées, elle alla ensuite rejoindre Olivia pour en faire de même. Le cadavre fut ensuite mit dans un sac mortuaire et placé dans le coffre de la voiture de l'albinos.

C'est à ce moment qu'une voiture arriva. Bien visible, une voiture tout terrain, adapté à ce genre d'endroit. Une femme en sortie, brune, belle et à première vu c'était le shérif en personne.
Mackenzie se fit toute petite lorsque celle-ci lui demanda qui elle était. S'avançant la main tendue pour se présenter, sourire aux lèvres et bouche entre ouverte prête à dégainer son identité, c'est l'adjoint lui-même qui prit la parole. Même si elle n'avait pas besoin d'être défendue de la sorte, elle le remercia toutefois pour sa bienveillance, par un sourire.

Après que le shérif et son adjoint eurent terminés de parler, Mac en profita pour en savoir plus en s'adressant à la jeune femme d'état

« Excusez-moi mais vous avez dit qu'il y a eut trois autres victimes, à quel endroit exactement ? Vous ne trouvez pas que leur mode opératoire est spécifique ? La personne ou l'animal agit du coté des lieux habités. Ce n'est pas un cas isolé, il n'y a pas d'attaque spécifique genre une joggeuse en plein footing dans un parc seule, ou un homme ayant crevé au coin d'une rue et qui change sa roue. Cette personne ou chose n'a pas peur d'être vu même si au final personne ne remarque sa présence. Etrange vous ne trouvez pas ? »

Demanda-t-elle intriguée par cette affaire mais aussi par son mode opératoire. Et les indices trouvés par l'adjoint ajoutaient du mystère à l'affaire. Mackenzie regarda avec intérêt ce que Liam montrait, prenant par moment des photos avec son smartphone

« Et donc l'autre personne serait partie avec ceux qui auraient attaqué la jeune femme ou alors elle se serait enfuit ? Ça se tient »

Conclut-elle à nouveau, se parlant à elle-même d'ailleurs, car les questions qu'elle se posait était infinie à ce sujet.

« Il se pourrait qu'une des personnes était blessé .. et si c'était une course poursuite ? Une sorte de bagarre générale, une personne blessé, une qui s'enfuit et se fait poursuivre, ils arrivent ici, cette femme se trouvait là au mauvais moment, un dommage collatéral comme on dit, ils se sont battu, elle s'est interposé elle aurait été attaqué à son tour et ils auraient reprit la fuite en voyant qu'elle est morte »

Assez contente de sa déduction, elle afficha un grand sourire triomphant avant de reprendre fièrement

« J'aime bien les films policier Hercule Poirot, Agatha Christie … tout ça quoi ... »


:copyright: Crimson Day


L'oubli est fait du silence des morts et du mutisme des vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : undecided
Messages : 41
Points : 429
Olivia S. Newcombe
Ven 6 Déc - 12:04
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1

Liam m’aide à emballer le corps. Ici j’ai ramassé tout ce qui allait servir : résidus, insectes, larves… Le reste se fera sur la table d’autopsie avant que la chaleur ne vienne foutre la zizanie dans mes analyses. La shérif nous rejoint et se positionne près de moi pour savoir de quoi il retourner. Avec un air excité et totalement déplacé, parfaite opposition de son air à elle, je lui confirme.

« Exact ! Vous avez droit à un cannibale. Je confirmerais la dentition, voir si c’est un ou plusieurs, mais le fait est là. »

Elle n’ajoute rien et la voilà à échanger quelques vannes avec son adjoint. Je les observe quelques secondes : y aurait-il de la séduction dans l’air ? Ai-je loupé un truc la dernière fois que je suis venue ? J’ai comme l’impression que ces deux-là se cherchent. Petit sourire en coin, je me repenche sur ma tablette où j’enregistre les premières infos.
Chacun de nous fait son boulot et quand on se rejoint, Liam nous explique ce qu’il a pu noter. Selon lui, il y avait plusieurs personnes. Plusieurs victimes ou plusieurs agresseurs ? Difficile à dire pour l’instant. Je réfléchis à haute voix.

« Potentiels témoins donc. »

Ouais, c’est pas de mon ressort ça, mais moi je regarde trop les séries télés et je déborde un peu. Appelez ça le zèle !

« Ah vous croyez en fait qu’ils se sont mis à plusieurs pour le poursuivre ? … Hésitants… ou bourrés ? Drogués… »

Il nous montre alors une feuille et je jette un œil, intriguée… Sourcils froncés et pourtant mon esprit fait des bonds tant je trouve ça cool :

« Je vais faire des prélèvements mais… seul le sang d’un mort coagule… étrange oui. »


Des mecs qui boivent le sang d’un mort et ça les contaminerait en les rendant taré, comme dans un gros bad trip gothique ?

Mackenzie parlent alors de son avis. Mazeltov ! Je vais devoir en parler à Big Boss, il va trouver ça trop génial et être jaloux ! Ah ! Ah ! C’est noêl en été ! Une vraie enquête !

« Une bagarre… en général on ne bouffe pas son ennemi, sauf dans les vieilles tribus. Mais il y a bien les autochtones... même si je ne veux accuser personne. »

Ils sont plutôt pacifistes, on est quand même pas en Amazonie. Puis je me penche vers elle avec un air complice :

« Sherlock Holmes c’est le meilleur. »

Puis je me redresse, plus sérieuse, façon de parler et tape dans mes mains :

« On parlera de ça au bureau car notre ami se réchauffe et c’est pas bon pour nos affaires. Let’s go ! »


:copyright: Crimson Day


Schizo

Celui qu'on est, celui qu'on montre, celui que les autres voient et celui qu'on voudrait être... ©️ belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Mia Lewis
Mia Lewis
Mia Lewis
Survivants
Survivants
Age : 32
Emploi : Shérif / Chasseur de Primes
Messages : 64
Points : 334
Localisation : Sur les routes
Mia Lewis
Mar 10 Déc - 17:22
Une autopsie surprenante
feat. Liam, Mackenzie et Olivia

Après quelques échanges avec Liam, on retourne aurpès de Liv et de la journaliste. Si la première est en train de travailler, la seconde met clairement son nez partout et je ne supporte pas ça... Les journalistes, pires que des fourmis quand on vient taper dans la fourmilière... Bref, je n'y prête pas plus d'attention que ça et je viens me mettre pas loin d'elles pendant que Liv fait ses premiers prélèvements. Liam, de son côté, regarde un peu partout autour pour tenter de voir si il peut repérer quelque chose. De mon côté, je fais la même chose. Je quadrille la zone, je prend bien soin de ne pas marcher là où des preuves peuvent sûrement se trouver et je fais attention à tout ce que je vois... De mon côté, il n'y a pas grand chose, à part quelques gouttes de sang et ce qui semble être un morceau de... d'intestins ? D'ailleurs, je ne manque pas de le signaler à Liv.

"Liv... Je crois qu'on a du sang et des... euh... bouts d'intestins par là..."

J'esquisse une grimace de dégoût et réprime un haut le coeur. On a beau être entraîné pour ce genre de choses, c'est jamais très ragoûtant de voir ça... Je me redresse et je fais quelques pas en arrières avant de prendre une bouffée d'air frais. Bon sang, 3 jours que ça se passe comme ça.... va vraiment falloir qu'on se bouge de trouver le responsable.

Alors que Liv signale qu'il est temps de rentrer au poste pour commencer l'autopsie de l'individu, la radio accrochée à ma ceinture se met à grésiller. Je jette un coup d'oeil inquiet à Liam, faut dire que depuis quelques jours, j'en suis à appréhender les appels radio... J'appuie sur le bouton, je m'écarte et j'écoute ce qu'on me dit. Après avoir lâché un juron, je me tourne vers les autres et m'approche de Liam.

"Le vieux O'neil veut piller la supérette... Il est persuadé que c'est la fin du monde..."

Ja lâche un soupir et jette un coup d'oeil aux deux jeunes femmes avant de reporter mon attention sur mon adjoint et ami.

"Appelle moi si quelque chose ne va pas ok... et surtout, fais attention à toi..."

Sans attendre, je retourne auprès de la voiture et je démarre en trombe. Je suis loin d'imaginer que d'ici quelques heures, tout va changer ici... 

© nightgaunt


HRP: Je reviens un peu plus tard :)
Revenir en haut Aller en bas
Liam Wilson
Liam Wilson
Liam Wilson
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : Adjoint du shérif, ex-caporal du Australian Army (éclaireur)
Messages : 189
Points : 1407
Localisation : On the road again
Humeur : optimiste
Liam Wilson
Sam 14 Déc - 12:33
Un autopsie surprenante

L’ancien éclaireur d’élite de l’armée passa une main en signe de réconfort en arrière de sa nuque. Le viril homme musculeux aux traits taillé à la serpe était complétement en plein mystère. Soupirant de fatigue le regard d’azur renversant et inquisiteur du beau brun passa en revu une dernière fois la scène des tristes évènements dans l’espoir futile qu’un indice surgirait du néant. Il se pencha une dernière fois pour regarder des traces au sol en écoutant les suppositions de la journaliste et de la médecin légiste. Et c’est alors qu’il comprit un élément essentiel qu’il n’eut guère le temps de divulguer à cause du clappement de main d’Olivia et grésillement de sa radio de service. Un casse à la superette situé à la périphérie d’Alice Spring. Il regarda la shérif avec plus que l’inquiétude et de la camaraderie. Un œil expert pouvait discerner une véritable affection et une tendresse qui conduisait vers un amour de longue date. Un sourire encourageant et un hochement de tête approbateur.

Liam- D’accord shérif. Faites attention à vous aussi et si le vieux ne veut pas entendre raison, menacez-le d’appeler Papy Wilson en renfort. Il a tendance à calmer bien rapidement les gens…


Les deux représentants de l’ordre rigolèrent un peu de la mention du vieil ours mal lécher. Seule Mackenzie ne connaissait pas le patriarche Wilson, Olivia ayant croisé ce phénomène lors d’une autre enquête. Habituellement mentionner le vétéran taciturne et vindicatif à un résident de l’endroit suffisait à provoquer une inquiétude comparable à un enfant devant l’effroyable croque-mitaine. Le trio se dirigea vers la voiture et comme son éducation stricte lui avait enseigné le beau brun ouvrit la portière à ces dames. Le trajet de retour se fit au milieu de discussion et comme de raison le viril adonis ajouta son grain de sel. Étant assis sur la banquette arrière, il parla de sa voix juste et précise de son observation qu’il n’avait pu commenter juste là.

Liam- Je crois que la victime n’était pas seule. La personne qui a été poursuivi devait être à ses côtés lors de l’attaque. J’ai remarqué leurs traces côte à côte.

Il fit alors un immense sourire reconnaissant au deux femmes et ajouta en hochant la tête.

Liam- Merci à vous deux d’apporter vos lumières à l’enquête. Disons que je suis plus du style à arrêter les bagarres et faire la circulation. Et dans l'armée nous n'avions pas d'enquête à faire. Mademoiselle Hollister merci pour votre aide. Vous avez le sens de l’observation et vous avez emmené des hypothèses qui vont aider à l’enquête. Le bath salt je ne connaissais pas et souvent les gens adorent essayer les drogues car il n’y a rien à faire ici.


L’adjoint du shérif fit un clin d’œil complice à la jeune femme à la peau ivoirienne.

Liam- Liv nous pourrions emmener mademoiselle Hollister casser la croûte au streakhouse après votre autopsie. Nous pourrions même inviter Papy comme ça vous pourrez vous revoir. Pour vous remercier du travail colossal que vous faîtes pour notre petite communauté.

Liam ne savait aucunement que le patriarche avait rendu visite à la médecin légiste auparavant. Le vieil homme, comme son gamin, était peu enclin à parler de leur vie privé. Le véhicule se stationna alors et le musculeux homme entreprit d’emmener le cadavre à la morgue situé au sous-sol. Un mouvement fugace attira l’attention de l’ancien éclaireur, un geste à peine perceptible au niveau du bras de la victime. Le sac plastique avait même fait un petit bruit. Mais l’adjoint jugea que c’était le mouvement erratique de la civière qui avait causé ce tressaillement. Après avoir laissé le cadavre aux mains inquisitrices de la jeune femme à la peau blanche et de son assistant qui ressemblait à une taupe, le viril homme escorta la belle journaliste à l’étage.

Liam- Ça vous dit de boire un verre en attendant pour le résultat? Un peu de whiskey pour nous remettre les idées en place?

Il sortit du dernier tiroir de son bureau une bouteille et deux verres avec un clin d’œil complice et demanda à brûle-point une question histoire d’ouvrir la conversation.

Liam- Vous êtes très fortes pour interroger les gens mademoiselle. Les personnes semblent très à l’aise avec vous. Vous avez toujours eu la passion du journaliste dans les veines? Car avec votre charisme, les voies de la télévision ou bien muse pour la population vous sont grandes ouvertes.


La journaliste était d’une beauté saisissante, mais en vérité pour l’adjoint elle n’égalisait aucunement une certaine femme qui n’avait cure de l’adonis…


@Mackenzie Hollister
@Olivia S. Newcombe
@Mia Lewis
Codage par Libella sur Graphiorum


Duty all the way!
Revenir en haut Aller en bas
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Mackenzie Hollister
Réscapés
Réscapés
Age : 27
Emploi : Journaliste
Messages : 192
Points : 1327
Humeur : Réapprend à s'adapter à la vie en communauté
Mackenzie Hollister
Dim 5 Jan - 18:13
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1
L'excitation envahit la jolie journaliste. Elle a bien fait de venir tout en ne suivant pas les directives de son boss. Il se passe plus de chose dans cette zone que dans la grande ville où elle est habituellement. Bon, d'habitude elle ne porte pas de salopette trop grande pour elle qui lui gratte la peau et des bottes en caoutchouc qui la font transpirer des pieds, surtout avec cette chaleur étouffante. Mais elle en fait abstraction tellement elle est contente de voir et de couvrir cette affaire sordide. La blonde albinos est amusante et la met à l'aise, comparé à la femme shérif qui la regarde de haut et à l'air de la juger sans la connaître vraiment .. à moins que .. à moins qu'elle n'ait peur de la concurrence … vu comment l'adjoint la dévore des yeux il est certain qu'il y a anguille sous roche. Et Mac n'est visiblement pas la seule à l'avoir remarqué. La journaliste continue à écrire et à noté ce qu'elle voit, ce qu'elle entend et évite de trop s'intéresser aux regards langoureux entre les deux agents des forces de l'ordre.

Après avoir donné ses propres idées sur l'affaire, Mac laisse les spécialistes entre eux pour en discuter. De son coté elle observe le sol et regarde l'endroit que la shérif montre, les morceaux d'intestins. Elle grimace en constatant qu'effectivement c''était bien une partie d'un corps qui se trouvait là. Une partie qu'elle n'aurait pas su nommé mais que la shérif a très vite identifié. Montrant ainsi qu'elle avait du en voir pas mal des choses horrible et atroce et qu'elle le vivait plutôt bien. Le cœur bien accroché, son travail n'était pas de tout repos. Le shérif Lewis forçait à l'admiration et la journaliste comprenait maintenant pourquoi son adjoint ne pouvait que l'admirer et sûrement, très certainement même, l'aimer. Mais l'aimait-elle en retour ? Haussant un sourcil interrogateur pour elle-même, Mackenzie nota une nouvelle phrase sur son calepin, sur une nouvelle page. Sûrement une nouvelle question qu'elle n'omettra pas de poser au principal intéressé.

L'heure du départ sonna. Le corps devait être ramené rapidement à la morgue afin d'être autopsier. Juste avant de monter dans le carrosse et après avoir parlé de sa passion pour les films policiers, Liv ajouta un de ses héros que Mac aimait beaucoup aussi et celle-ci approuva d'un sourire.
Liam leur ouvrit la porte après avoir mit le corps à l'arrière. Au contraire de l'allée, la brune se trouva devant avec Liv au volant tandis que l'adjoint prit place à l'arrière. Celle-ci n'en fit cure, elle aimait la présence de Liv et pouvait ainsi observer la blancheur de sa peau à sa guise. Le Shérif avait été appelé ailleurs et elle avait filé 5 minutes avant. Laissant ainsi le beau Liam avec deux jolies femmes. Il était bien différent lorsque sa chef n'était pas là, il paraissait plus à l'aise moins .. perturbé .. oui c'est ça. Celui-ci proposa d'emmner la brune manger un morceau après l'autospie elle rétorqua avec un grand sourire ravie, dévoilant une belle rangé de dents bien blanche

« Avec plaisir ! Je meurs de faim ! Et de soif et j'ai hâte de retirer cet accoutrement et de retrouver mes vêtements ! »


Pour confirmer ses dires, elle baissa les yeux sur sa tenue de circonstance mais qui ne la mettait pas en valeur. Elle voulait également en savoir plus sur ce fameux « papy » dont elle entendait parlé mais dont elle ne savait rien de lui. Un personnage mystérieux qu'elle ajouta à sa liste de nom dans son calepin.

Arrivés de nouveau dans le local du shérif, là où se trouvait également la morgue, le corps fut transporter en bas, de son coté, la brune entra vite dans le bureau pour se débarrasser enfin de ses vêtements trop grand pour elle. Elle arrangea ses cheveux, défroissa sa blouse blanche du plat de la main et passa ses mains sur son short en simili cuir, le long de ses jambes fines pour terminer par venir lacé ses sandales de nouveau chaussés à ses pieds fins. Elle sursauta lorsque Liam se trouva de nouveau dans la pièce. Il avait accompagné Liv en bas, et elle ne s'attendait pas à le voir revenir si vite. Un sourire étira ses lèvres tout en se redressant pour faire face à l'arrivant. Elle inclina légèrement sa tête, laissant ses cheveux retombés légèrement sur son épaule

« Avec plaisir ! avec ce que je viens de voir j'en ai bien besoin .. vous m'accompagnez j'espère ? Je n'aime pas boire seule. »

Avec une démarche suggestive, la tête haute et un sourire fleurissant sur ses lèvres, la brune s'approcha du bureau, posa une fesse sur le bois de celui-ci et attendit que l'homme lui donne son verre. Lorsqu'elle le prit, le remerciant d'un signe de tête, elle se leva, et le cogna légèrement dans un tintement cristallin contre celui de l'officier. Elle porta ensuite celui-ci vers sa bouche tout en observant de ses yeux vert amande l'homme devant elle. La question qu'il lui posa était une question dont elle avait déjà eut jadis. Et elle sourit amusée par les paroles de l'homme. Pour toute réponse, elle tourna autour de lui, posant son index sur le tissu de sa chemise et effleurant de son doigt le corps de l'homme d'une épaule à l'autre. Elle murmura ensuite tout contre son oreille d'une voix suave et sensuelle

« J'ai des arguments très .. convaincant ... »


Sa bouche s'étira plus longuement, elle s'écarta de lui et vint se remettre contre le bois du poste de travaille qu'occupe habituellement Mr Wilson

« Je voulais être écrivain à la base mais mon premier jet n'a pas eut le succès escompté, je me suis tournée vers le journalisme, j'adore écrire. Et ne vous inquiétez pas, je ne vous drague pas, je sors d'une rupture qui ne me donne pas envie de m'y remettre et vous me rappelez trop cet enfoiré qui vient de me quitter ... »

Elle termina son verre d'une traite, grimaça juste après et le posa d'un coup sec sur le bureau

« Et vous .. dites moi, la shérif et vous, c'est du sérieux ? Ca se voit comme le nez au milieu de votre beau visage que vous êtes fou d'elle ! »
:copyright: Crimson Day


L'oubli est fait du silence des morts et du mutisme des vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Olivia S. Newcombe
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : undecided
Messages : 41
Points : 429
Olivia S. Newcombe
Jeu 16 Jan - 16:20
Une autopsie surprenanteMackenzie, Liam & Liv
Une autopsie surprenante... (Mackenzie Hollister et Olivia S. Newcombe) FIN SEPTEMBRE 2015 N7x1

Du sang, des bouts d’intestins. Cette affaire s’annonce corsée pour mes amis, ça va les changer de leurs petites habitudes. Je vais récupérer ce que Mia a trouvé pour l’empaqueter. Encore quelques échanges et je déclare qu’il est temps de ramener notre inconnu au frais. On s’apprête à partir quand un appel radio signale qu’un des bouseux pète déjà son câble. Moi, ça me fait sourire mais vu la tête de la belle shérif, ça l’a fait chier. Je lui adresse un petit à plus et la laisse s’éloigner. Mon petit doigt me dit qu’elle et l’adjoint ne se sont pas encore déclarés mais qu’ils n’ont pas qu’envie de jouer aux cartes ensemble. Je l’aurais pourtant pas pensé timide le playboy qui mentionne Silas et ça me fait forcément sourire. J’ai hâte de le revoir d’ailleurs ! Depuis ma première visite on s’envoie régulièrement des courriers et il me manque.
Le gugus raide enveloppé et mis dans mon véhicule, on repart au poste. Chacun d’entre nous y va de son argumentation, mode Cluedo ! Liam pense que la victime n’était pas seule. Je confirme d’un hochement de tête. Humble, il admet qu’il n’a pas l’habitude de ce genre d’enquêtes et nous remercie pour notre aide. Dans le rétro je lui fais un clin d’œil avant de gueuler sur un con qui m’a barré la route à toute berzingue.

« Putain, encore un qui a un coup de trop dans le nez ! »

Je suis loin d’imaginer que ce mec sera l’un des prochains sur une table d’autopsie, et pas à cause de sa conduite…

« Ah oui ! Je vote pour le steackhouse, j’ai trop la dalle ! »


Je vois l’air surpris de ma passagère et lui sourit :

« Je fais ce boulot depuis trop longtemps pour que ça me perturbe. »

Puis à l’attention de Liam, avec un sourire non dissimulé et les yeux pétillants :

« Est-ce qu’il sait que je viens ? J’espère que non, j’ai envie de voir sa tête : surpriiiiise ! »

Je suis une vraie ado attardée parfois, je sais. Je me gare enfin devant le poste et au boulot ! Je remercie musclor en lui tapotant le bras et le laisse remonter avec la belle brune. Avec elle il est moins timide ou c’est juste son numéro habituel ? Rahhh ! Va falloir que j’enquête sur ça aussi.

« Qu’est-ce qui est si drôle ? »

Ah le bleu, je l’avais presque oublié.

« C’est mon autre moi qui me racontait une blague. »

J’adore sa tronche du mec qui prend tout au premier degré.

« Allez viens, tu vas avoir de quoi faire ! »

Nous voilà partis pour commencer l’autopsie. Je lui donne des instructions. Je commence mes seconds examens en enregistrant sur le magnétophone. La température du corps me semble bizarre, va falloir que je vérifie mon matos. On entreprend les bases : ouvrir le thorax, sortir les organes restants, les peser. Joe pousse un petit cri persuader d’avoir vu le cadavre bouger le petit doigt. Nan mais je vous jure. Un dernier réflexe nerveux, voilà tout.

« Bon, je te laisse la suite des examens. Tu prends tout en photo et tu utilises le magnétophone. Je veux avoir toutes tes idées et impressions au moment où tu les as, pigé ? Je te ramènerais à manger. »

Non, je ne me fais pas avoir devant son air penaud, ça ne prend pas avec moi. Un bleu doit trimer, c’est la règle. Ah ! Ah ! Je me nettoie, retire ma blouse et file rejoindre les deux en haut. Ça doit bien faire une heure qu’ils sont seuls alors cette fois je m’annonce même si l’envie de les surprendre m’amuse.

« Prêts pour le steackhouse ! J’ai une faim de loup ! »

Je repense à l’appel du shérif.

« Faut en profiter avant la fin du monde ! »


Ma connerie me fait rire. Si je savais…


:copyright: Crimson Day

HRP :
 


Schizo

Celui qu'on est, celui qu'on montre, celui que les autres voient et celui qu'on voudrait être... ©️ belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Liam Wilson
Liam Wilson
Liam Wilson
Survivants
Survivants
Age : 35
Emploi : Adjoint du shérif, ex-caporal du Australian Army (éclaireur)
Messages : 189
Points : 1407
Localisation : On the road again
Humeur : optimiste
Liam Wilson
Lun 27 Jan - 12:37
Un autopsie surprenante
L’adjoint du shérif avala la gorgée de sa boisson de travers lorsque la magnifique brunette joua carrément la carte de la suggestion lascive. L’index gracile de la journaliste slalomant d’une épaule à l’autre, dessinant la musculation d’adonis de Liam, fit naitre des frissons de désir sur la peau de l’ancien militaire. Ensuite les lèvres sensuelles vinrent se poser à quelques millimètres de l’oreille du blondinet et la voix suave et modulé à la perfection fit naître une goutte de sueur à la tempe de l’ancien éclair d’élite. Voilà bien longtemps que le bel homme n’avait connu de femme, des aventures d’un soir dont les deux partenaires étaient consentants. Alors à cet instant Liam était complètement troublé. Ce fut un véritable soulagement de sentir la présence incendiaire de désir de la jeune femme s’éloigner et enfin l’esprit de l’homme fut délivrer de la tentation. Il était visiblement soulager alors que la voix de la journaliste lui avoua qu’elle ne le draguait pas. Mais il fut légèrement piqué au vif quand Mackenzie le compara au salaud qu’il l’avait laissé. Mais la prochaine question fit naître des rougeurs sur les joues de l’homme musculeux. Une main robuste fit alors se déposer à l’arrière de la nuque du blondinet pour lui apporter réconfort. Le verre de whiskey vola alors aux lippes charnues de l’ancien militaire et il but d’une traite le contenu sans sourciller. Un irlandais reste un irlandais quoi que ce soit les circonstances. La voix chaude et rauque de l’homme s’éleva alors dans un murmure, une confession qui semblait si friande la belle au regard vert semblable à celui de la mer calme sous un soleil de midi.

Liam- Vous avez des arguments plus que convainquant… Vous étiez en train de réussir à me charmer… Et rien ne vous empêche d’être écrivaine. Avec votre profession vous devez avoir des sources d’inspirations.

Il eut un petit sourire gêner quand il dut parler de ses sentiments. Comme le patriarche Wilson, le beau blondinet était plutôt avare de parler de ce qu’il ressentait.

Liam- Cet homme semble être un salaud de première… je suis désolé que j’y ressemble autant.

Il prit une grande respiration et se lança à l’eau.

Liam- Non nous sommes célibataires tous les deux. Et pour répondre à votre question muette, non il ne s’est rien passé entre nous. Nous nous connaissons depuis l’adolescence. Nous sommes voisins en fait.

Le musculeux adjoint hocha la tête avec douceur.

Liam- Oui je l’aime, mais elle doit juste voir le chérif et sympathique voisin. Son confident et meilleur ami. Donc exit les sentiments. J’ai bien essayé de lui dire, mais j’ai toujours peur de tout faire foirer.

L’adjoint viril à souhait, laissant une facette de fragilité se dévoiler devant le regard de la journaliste, fini doucement.

Liam- J’ai connu quelques aventures d’un soir, mais jamais de relations. Car j’ai toujours espoir d’être capable de lui avouer tout ce qui me pèse sur le cœur et qu’elle voudra bien d’un type comme moi.

Un pauvre sourire s’incurva sur les lippes charnues et une moue à la fois triste et nostalgique se déposa sur les traits harmonieux et taillé à la serpe du viril homme.

Liam- Et c’est quoi ma ressemblance avec votre ex?

Quelques minutes après Olivia arriva tout sourire annonça qu’elle était fin prête pour le restaurant. Faisant un clin d’œil complice aux jeunes femmes, Liam sorti son cellulaire. Un adjoint, un homme tout sec et nerveux, arriva et sembla sous le choc de voir la brunette magnifique en tenue étudier pour charmer. Il alla prendre son poste en se cognant sur la table. Le blondinet rigola un peu et composa alors le numéro de son grand-père et mit le main libre. À la première sonnerie la voix autoritaire et surtout direct du patriarche résonna comme un coup de fouet.

Silas- Oui bordel de merde? J’espère que c’est important car sinon je vous retrouve et vous arrache la tête pour vous la planter dans le cul.

L’adjoint rigola encore plus fort en voyant la mine des deux femmes.

Liam- Papy c’est moi. Je vais au Steakhouse et j’aimerais bien que tu sois là. Il y a une journaliste…


Aussitôt on entendit un grognement intimidant et de nouveau Liam fit un clin d’œil amusé aux femmes près de lui.

Liam- Elle est du The Daily Telegraph. Elle est ici pour couvrir le meutre que je t’ai parlé. Elle aimerait bien rencontrer le titulaire de la Victoria Cross et celui qu’on parle de ses tactiques en formation dans l’armée.

Il eut un silence et après la voix de l’homme taciturne résonna avec franchise.

Silas- Putain de merde ça c’est un journal. C’est pas un tas de conneries pour vendre de la foutue pub de mon cul. D’accord c’est pour là? Je pars avec Rusty. Aussi gamin pas un mot à ma Fierté que je vais me gaver de viande, elle essaie de me transformer en putain de légume en mangeant des trucs de hippies.

Dès que le combiné fut raccroché Liam eut un sourire désarmant et des plus heureux.

Liam- Voilà mademoiselle Hollister vous allez rencontrer une légende vivante qui a même envoyé promener les plus grands journalistes de l’Australie.

Il laissa alors son regard d’azur renversant se déposa sur la jeune femme à la peau ivoirienne.

Liam- Il sera rudement surpris. Il me parle un peu de vous et c’est toujours en terme élogieux. Allez mesdemoiselles connaissant Papy il doit être en chemin et nous avons cinq minutes de marche pour nous rendre…

Il fit signe à la relève qui dévorait littéralement des yeux les deux superbes femmes.

Liam- Bobby tu devrais refermer ta bouche les oiseaux vont venir y faire un lit. Je t’emmène un buger frites?

L’homme totalement sous le charme hocha la tête et le trio prit le chemin vers le restaurant. Galant comme son grand-père lui avait enseigné, le beau blondinet ouvrit la porte et marcha sur le rebord du trottoir qui menait à la rue. Il plaisantait avec Olivia, parla des commerces et des lieux historiques d’Alice Springs. Au loin on voyait un homme complètement intoxiquer qui se dirigeait vers une ruelle surement pour soulager sa vessie trop pleine. Ils arrivèrent au restaurant et ils durent attendre car il y avait trop de monde. Les hommes regardaient les deux femmes avec une envie non dissimulés et des commentaires crus furent dits sans gêne. Liam calma doucement le jeu en lançant quelques regards, mais la donne changea abruptement quand le patriarche Wilson arriva avec un golden retriever. L’aura du vieux soldat était glaciale et de son regard bleuté une profonde intimidation descendit sur la foule qui trouvait tout à coup le contenu de leurs verres très intéressant. Voyant Liam et la journaliste Silas se dirigea d’un pas alerte et d’une démarche toute militaire. Mais un véritable bonheur illumina les traits sévères de l’irlandais quand il vit Olivia. Il lui fit un baisemain en rigolant et aussi à la journaliste. Le vieil homme fit semblant de gronder son gamin pour lui avoir caché la venue de la médecin-légiste. Le vieux chien féta le trio avec joie. D’un regard mauvais il regarda ensuite le proprio qui leur dégotta aussitôt une table de libre et en passant Silas entendit un commentaire sur les deux jeunes femmes. Celui qui venait de gaffer en présence de « Pitbull Wilson » connu l’intimidation et surtout la froideur d’un héros de guerre de plein fouet. Le colosse semblait rapetisser devant les paroles et le langage cru de l’irlandais pour ressembler à un enfant qui pleure sa mère. Il s’excusa et s’évapora aussitôt que le quatuor passa pour rejoindre la table. L’heure suivante fut des plus relaxantes et drôle. Silas répondait aux questions de Mackenzie avec aplomb et sans filtre. Son passé, ses connaissances dans les hautes sphères et surtout ceux qui ne méritaient pas leurs place dans la cour des grands. Des anecdotes comiques et surtout des histoires dignes d’un conteur. Ils dégustèrent des viandes rôties à point, de la bière et du whiskey et les deux hommes invitèrent même les demoiselles à danser un peu. La belle brunette avait de quoi remplir des articles pour le jour des vétérans qui allait poindre son nez et avait réussi l’exploit de discuter avec le héros qui repoussait toutes les entrevues d’un geste de la main. Olivia et Silas semblaient comme cul et chemise et Liam était simplement heureux de voir son grand-père aussi à l’aise et décontracté malgré son air revanchard qui semblait ciseler son visage.

Ils durent alors se séparer, le vieil homme devait faire la dernière tournée de sa ferme et Liam ramener le plat de Bobby. Le trio escorta le vieil homme à son pick-up qui semblait aussi ancien que lui et de retour au bureau du shérif. Mais les sens du militaire s’alarmèrent quand il vit la trace d’une main sanglante sur le battant de verre. D’un geste il arrêta les deux femmes et posa sa main sur la crosse de son pistolet

Liam- Bordel il se passe quoi? Sûrement un blessé qui est venu demander de l’aide. Vous restez en arrière de moi d’accord? Avec les cinglés qui se promènent en liberté, on ne sait jamais…


@Mackenzie Hollister
@Olivia S. Newcombe
Codage par Libella sur Graphiorum


Duty all the way!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser